5.5/10

Roman de gare

Gare au roman

Claude Lelouch est souvent vu comme une sorte d'équivalent français de Woody Allen pour sa façon de ressasser depuis quarante ans ses thèmes de prédilection dans une série de films qui se ressemblent tous. Sauf qu'on est en droit de préférer l'humour du petit new-yorkais au nombrilisme pompeux du parisien laborieux.
Ce film, il l'a annoncé, est celui du changement : fini les modes d'emploi sur les relations homme/femme (quoique...), c'est l'intrigue policière qui tiendra l'affiche. Et pour bien annoncer la couleur, appelons ça Roman de gare, afin sans doute de pouvoir clamer fièrement que l'oubli dans lequel tombera le film était voulu dès sa conception...

Judith Ralitzer (Fanny Ardant), écrivain à succès, est mise en garde à vue pour le meurtre de son nègre. Un an plus tôt, un dangereux tueur en série, doublé d'un pédophile, d'un violeur et d'un magicien (sic) s'évade de prison.

Difficile de résumer un film dont l'intrigue ne se révèle qu'aux deux tiers du métrage. Le début n'est que fausses pistes, histoires parallèles et suspense à 20 cents : tout hommage à la littérature bon marché qu'il soit, Roman de gare révèle de façon assez déprimante qu'au bout d'une quarantaine de films, Lelouch est aussi incapable de construire un scénario de façon cohérente que d'intéresser le spectateur attentif au déroulement de l'action. Il y avait pourtant matière à napper de tension ces protagonistes qui aiment à se faire passer pour ce qu'ils ne sont pas (ou l'inverse).

Mais on se désintéresse de ces enjeux dramatiques assez rapidement, pour se contenter d'apprécier le jeu des acteurs : car si Fanny Ardant conserve sa diction horripilante (c'est pourtant facile Fanny : quand on parle, les dents doivent parfois se toucher ; il ne faut pas avoir peur, elles ne cassent pas), Dominique Pinon rappelle qu'il est un des meilleurs acteurs français en circulation à l'heure actuelle. Sous-exploité ici comme d'habitude, il apporte sa personnalité inimitable à un rôle qui aurait fondu comme un flan dans les mains de n'importe qui d'autre. Audrey Dana, ancienne animatrice de Culture Pub, se révèle également très talentueuse, et certains de ses échanges verbaux avec Pinon sont de petites merveilles. Etonnant d'ailleurs, que ces occasionnels dialogues si bien écrits alternent avec d'autres manifestement écrits avec les pieds...

Les clichés, manifestement utilisés à dessein par un film qui se veut une mise en abîme du roman de gare, finissent par plomber le peu de vraisemblance de l'ensemble, qu'il s'agisse de rebondissements ultra-prévisibles ou de détails horripilants (quel écrivain ânonne réellement à haute voix les phrases qu'il est en train d'écrire ?).

Visuellement, le film passe en pilote automatique passé quelques images intéressantes dans le premier quart d'heure. On remarquera d'ailleurs que le générique rappelle largement le court métrage C'était un rendez-vous que Lelouch tourna en 1976 : un plan-séquence de 9 minutes filmé dans la plus grande illégalité à partir d'une voiture lâchée à pleine vitesse dans Paris au petit matin, au mépris des feux rouges et des panneaux de signalisation... Ici toutefois, l'énergie retombe dès la fin des titres d'ouverture.

Reste l'attachement que l'on éprouve pour certains de ces personnages, indépendamment de l'histoire abscons dans laquelle ils évoluent. Et la perspective que Lelouch, en explorant d'autres terrains que ceux qu'il bat depuis quatre décennies, finisse par retrouver le feu sacré de ses premiers films...

Ce vrai-faux film policier a semblé un argument suffisant pour nommer Claude Lelouch président du festival du Film Policier de Cognac de cette année. Et pourquoi pas un vrai réalisateur de film noir comme Guillaume Nicloux ?..

A propos de l'auteur

8 commentaires

  • Anonyme

    29/06/2007 à 21h45

    Répondre

    Cinéaste de la vie, torpillé depuis quarante ans par la lie de la critique.

  • riffhifi

    30/06/2007 à 13h16

    Répondre

    Quels salauds, ces critiques, quand même...

  • Anonyme

    06/07/2007 à 10h02

    Répondre

    Je suis bien triste quand je lis la critique, comment peut-on SYSTEMATIQUEMENT tirer à boulets rouges sur un film de LELOUCH et faire peur aux spectateurs?


    D'autre part comment critiquer la diction de Fanny Ardant, n'est-ce pas une part de son charme ?


     


    Ce film est bien meilleur que ce que la critique veut en dire, j'ai
    passé un bon moment et je conseile d'aller voir ce film, ne serait-ce
    que pour faire taire tous ces "critiqueux" à l'encre anti-Lelouch.

  • riffhifi

    06/07/2007 à 10h52

    Répondre

    ça n'a rien de systématique, je trouve que Roman de Gare est ce que Lelouch a fait de mieux depuis des années ; ça n'en fait pas un grand film.


    Et 5.5/10, c'est une note moyenne, sans boulet rouge...

  • Bung

    07/07/2007 à 18h29

    Répondre

    Dîtes les fans de untel ou untel, quand est ce que vous arrêterez de systématiquement fusillez les critiques sans argumenter et que vous enleverez vos oeuillères ?


    Je comprends que l'on puisse aimé un réalisateur, mais tous les avis sont bons à prendre, quels qu'ils soient.


     Et puis c'est navrant de voir des gens défendre becs et ongles un travail, aussi médiocre soit-il, surtout quand il démontre de façon aussi flagrante que l'auteur doit prendre sa retaite.


     


     

  • Anonyme

    08/07/2007 à 19h52

    Répondre

    J e me suis demandé si le fait de voir souvent la caméra se mettre à la place du conducteur (sur l'autoroute par exemple) ne voulait pas inciter le spectateur à essayer mener l'intrigue lui-même ?


    Enfin le choix du "chanteur pour midinettes" des années 70 me parait excellent dans un tel film ! (même si c'était effectivement le chanteur préféré de Lelouch )

  • Anonyme

    19/07/2007 à 16h41

    Répondre

    lelouch me fait rever depuis des annees et j'ai pris beaucoup de plaisir avec "roman de gare". merci claude lelouch de nous faire oublier les soucis de la vie.......

  • Anonyme

    08/08/2007 à 22h44

    Répondre

    La critique est si facile par rapport à l'action, la réalisation. Quel métier inquiétant qu'être critique si c'est le métier que vous avez choisi. Un avis personnel ok ok,  mais il est important de le recadrer par rapport à vos propres sentiments et ne pas en faire une "anti-sortie cinéma" et "anti-découverte", Nous ne sommes pas en guerre contre le cinéma, restez ouvert, Lelouche ne semble pas être dans la propagande et le danger? et vos impressions sont aussi subjectives que son film à la différence que vous essayez de détruire alors que lui essaie simplement de nous faire partager son imaginaire..

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein cinéma, c'est l'actualité et les critiques de films qui sortent au cinéma, en dvd et en bluray .

Des grands classiques aux films d'actions hollywoodiens. Pas de tabous chez Krinein cinéma, hormis, peut-être, les films français qui sont trop souvent oubliés.

Rubriques