3/10

Revolver

Arnaque totale

Selon la légende, le roi Midas, quand il touche un objet le transforme en or. La légende est devenue réalité, Luc Besson, quand il produit, transforme tout en bouse. Sa capacité de bousification est incontrôlable et parvient même à juguler la créativité d'un metteur en scène qui eut un avenir prometteur : Guy Ritchie. Tout avait bien commencé pour le petit Ritchie : deux films brillants et drôles (Arnaques, crimes et botanique et Snatch), un mariage avec LA star mondiale, j'ai nommée Madonna, bref tout lui semblait acquis. Seulement voila après un Swept Away raté, Guy Ritchie persiste et signe avec un Revolver qui confirme son statut d'ex metteur en scène de génie qui fait naufrage.

L'expression "il a pris le melon", trouve ici une application très concrète. Le pitch est finalement de peu d'intérêt mais pour être complet le voici. Jack est un joueur, un arnaqueur de haut vol qui vient de passer sept ans en prison. En sortant il reprend les affaires. Tout semble se passer pour le mieux, il parvient même à se venger quelque peu. Seulement voila, il semblerait qu'il soit lui même au centre d'une arnaque qui le dépasse.

Guy Ritchie donc se la pète grave. Tout le monde n'est pas David Lynch et filmer la folie, la schizophrénie demande un doigté particulier. En voulant prendre de la hauteur et faire un film sophistiqué avec plusieurs niveaux de lectures, Ritchie se plante royalement. D'une part son film fait collage, récup, les références qui viennent immédiatement à l'esprit sont Usual Supects et Casino pour l'ambiance polar, Lost Highway pour l'ambiance "psycho" et Traffic pour l'esthétique bleutée. D'autre part en intercalant des citations pompeuses (de Jules César notamment), les métaphores vraiment trop lourdes (mon dieu ils jouent aux échecs que cela peut il bien signifier ?) et en répétant sans cesses les mêmes questions, Ritchie finit par obtenir en un film ce que la série X-Files a mis plusieurs années à atteindre : un sentiment d'ennui profond du spectateur qui se rend compte que rien ne sortira de ce méli-mélo. Ainsi si au début on est un peu accroché, on se demande qu'elle va être la conclusion, où se cache le truc (le complot dans X-Files), qu'elle va être la révélation grandiose qui va vous être faites, au bout d'une petite demi heure vous avez compris que rien ne viendra jamais.

Et si la plus grosse arnaque dans ce film c'était le film lui même ? Et si c'était une méta mise en abyme que nous proposait Ritchie ? Oui je sais c'est plus que tiré par les cheveux mais c'est la seule chose positive que je pourrais trouver à dire de ce film. Non je suis méchant, la BO n'est pas mal non plus.

Partager cet article
A voir

Night Watch

A propos de l'auteur

7 commentaires

  • Attila

    26/05/2005 à 15h20

    Répondre

    Simple et plutot basique comme histoire.
    En fait c'est plutot a contre courant des Polar de plus en plus compliqués. A la limite du poncif cette histoire.
    J'ai trop hate qu'il sorte!!!

  • Turkish

    07/10/2005 à 00h37

    Répondre

    C'est pas tout d'avoir des références, il faut savoir les utiliser à bon escient...
    Casino pour son ambiance polar?! Mais bien sûr!!!!! Et traffic pour son ambiance bleutée? Euh on voit à 2 reprises Ray Liotta (Mr Maccha) dans une salle à UV, à part ça...
    Bref mon but n'est pas de faire une critique de ta critique Kassad, mais je trouve un peu radical de descendre un film avec de tels références et arguments.

    Revolver est un film hors-norme, et personnellement il m'a scotché. On retrouve une réalisation impeccable à l'image de snatch et arnaque crime et botanique, mais c'est là un des seuls points communs.
    En effet Guy Ritchie ne nous absolument pas pondu un clone d'un des 2 derniers films cités, et comme à son habitude il nous surprend.

    Tout d'abord par l'originalité du montage, tout est fait très habilement, et c'est au moment que l'on croit perdre le fil que tout vient s'assembler à la perfection dans notre tete pour mieux nous abasourdir. A celà viennent s'ajouter des répliques souvent crues, mais très classes et calculées au millimètre.

    J'en viens enfin à la dimension psychologique des personnages mais aussi du film lui-même... Elle prend une importance capitale avec les voix intérieures du héros, puis d'autres protagonistes au fur et à mesure et rend le film déroutant et passionnant à la fois.
    (Cela aussi me fait penser que tu n'as peut être pas tout compris Kassad car point de folie dans ce film, tout est dans la manipulation de l'esprit par autrui.)

    Voilà je n'en dis pas plus, si ce n'est que ce film est réellement impressionant et vraiment marquant.... Jugez-en par vous même!

  • Anonyme

    07/10/2005 à 06h22

    Répondre

    C'est dingue ce que ce film a pu se faire laminé par les critiques, Ritchie a intêret à vite se reprendre..

  • Kassad

    07/10/2005 à 10h14

    Répondre

    Turkish a dit :
    C'est pas tout d'avoir des références, il faut savoir les utiliser à bon escient...
    Casino pour son ambiance polar?! Mais bien sûr!!!!! Et traffic pour son ambiance bleutée? Euh on voit à 2 reprises Ray Liotta (Mr Maccha) dans une salle à UV, à part ça...


    En fait c'est aussi beaucoup pour le montage en général que ca sent le sous-soderbergh à des km, effectivement il ya l'aspect esthétique (ce qui n'est pas à dénigrer tout de même) mais il y a aussi un arrière goût peut être plus prononcé de Oceans 12 dans le montage de l'arnaque, les voix en surimpressions d'événements passés etc.

    Pour le coup c'est Ritchie qui pourrait dire qu'il a des références mais à mon avis il les utilise mal et le montage fait couper/coller sans originalité...

    Turkish a dit :


    J'en viens enfin à la dimension psychologique des personnages mais aussi du film lui-même... Elle prend une importance capitale avec les voix intérieures du héros, puis d'autres protagonistes au fur et à mesure et rend le film déroutant et passionnant à la fois.
    (Cela aussi me fait penser que tu n'as peut être pas tout compris Kassad car point de folie dans ce film, tout est dans la manipulation de l'esprit par autrui.)


    Disons que je crois que tu as "trop compris" dans ce film, tu y projètes des choses qui n'y sont pas... Pour la folie je suis désolé mais la scène de l'ascenceur (c'est pas de la schizophrénie peut être ?), et la destruction mentale de Liotta (qui est la vengeance ultime de Jason le transporteur statham) qui se fait step step ?

  • kiwod

    12/10/2005 à 10h35

    Répondre

    C'est la que vous vous trompez, Sa folie nefolie ne se cantonne pas à la scene de l'ascenceur. Elle inclut aussi le pro de l'arnac et le pro des echecs qui corresondent a des facettes de sa personalité qu'il a développé n prison durant ces 7 années. c'est vraiment un film a revoir nottament pour vérifier certain détail qui me conforterait dans l'interprétation que j'en fait.

  • Anonyme

    12/10/2005 à 17h42

    Répondre

    je veux bien te croire mais les critiques sont plutôt unanimes, ce film est plutôt mauvais (nul à en dire certain)

  • Anonyme

    17/10/2007 à 06h06

    Répondre

    mdr!bon j'arrive apres la bataille puisque nous sommes en 2007 maintenent...mais si comme moi vous venez de voir se film et que vous vous demander si vous etes un demeuré parceque ..bin rin compri au chmilblik;je vous propose deux adresse qui vous donneront pour l'un  (http://fr.answers.yahoo.com/question/in ... 943AAetrWZ ), un aspect plus globale du film et pour l'otre (http://www.clubic.com/forum/et-a-part-c ... page2.html)  une vision plus recherchée.dans les deux cas apres lecture de ces explication vous n'aurez qu'une envie c'est de revoir le film pour combler tout se que vous avez bin pu rater.quand a mon avis personnel....genie ou cafouillage?dans tout les cas fallait oser.merci guytou

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein cinéma, c'est l'actualité et les critiques de films qui sortent au cinéma, en dvd et en bluray .

Des grands classiques aux films d'actions hollywoodiens. Pas de tabous chez Krinein cinéma, hormis, peut-être, les films français qui sont trop souvent oubliés.

Rubriques