4/10

[°Rec]²

Une troupe du GIGN local escorte un prêtre exorciste à la mission nébuleuse dans l'immeuble sinistré du premier opus.

« Des zombies ?? Ce sont des infectés ! ». C'est par cette citation roublarde qu'Umberto Lenzi, un tantinet ronchon, défendait son inénarrable Avion de l'Apocalypse tourné en fin d'âge d'or du cinéma populaire italien. Quelques trente ans plus tard, et oui déjà, voici que, sous la houlette Balaguero / Plaza, on pourrait faire évoluer cette belle phrase, qui muterait alors en quelque chose du genre « Des infectés ?? Ce sont des démons ! ». Rec 2, donc, où une troupe du GIGN local escorte un prêtre exorciste à la mission nébuleuse dans l'immeuble sinistré du premier opus.

le_plan_prfr_de_nazonfly__250
Le plan préféré de Nazonfly !
Rec 2
a deux bons points : on y revoie Manuela Velasco (débardeur fourni) et il ne s'encombre pas du message sur le voyeurisme devenu la tarte à la crème des "films à la première personne". De même, son sujet inspire la sympathie, rappelant tout à la fois Aliens et Evil Dead -on notera à ce titre l'acteur jouant le prêtre, vague sosie de Bruce Campbell-, voire, pourquoi pas, Démons 2. Ce qui, hasard amusant, nous ramène à l'Italie des années 80.

« -Où es-tu ?
- Dans la chatte à ta mère ! »

19159529_jpgr_760_xf_jpgq_x20090826_120243_250
Dans l'escalier, personne ne vous entendra crier...
Le premier Rec évoquait une mise en image officieuse de Resident Evil. En adoptant un propos délibérément plus musclé et explicitement ésotérique, c'est assez logiquement que sa suite prend des airs de fausse adaptation de Fear ou de Doom 3. Tout du moins, sur le papier. Bien que privilégiant l'action à l'horreur pure, ce qui n'est pas un défaut en soi, le tandem Balaguero / Plaza échoue à recréer le côté hystérique -mais lisible- du premier opus, pour sacrifier à la mode de la caméra-parkinson. Ce dynamisme artificiel, associé à la voix atone de notre caméraman attitré, font partir frissons comme efficacité avec l'eau du bain, réduisant les attaques des infect... pardon, des démons, à une régulière succession de jump-scare paresseux. Plus grave encore, si Rec 2 parvient à intéresser un minimum par la caractérisation des militaires, l'irréparable est commis avec l'irruption de trois gamins tête à claque, qui, un malheur n'arrivant jamais seul, serviront à leur tour de narrateur pour un deuxième round en forme de contrechamp foireux.

Pourtant, quelque part, Rec 2 fait évoluer le médium à sa façon, en illustrant plus ou moins malgré lui les limites de son concept. Entre caméra qui tombe, cadrages brinquebalants, filmage de pieds et coupes frustrantes,  Jaume Balaguero et Paco Plaza adaptent la forme au cameraman, qui, de fait, devient approximative dès lors que la panique s'installe ou que l'on suit, tout simplement, le point de vue retransmis par le petit caméscope des enfants. Un cran a donc été monté dans l'histoire du cinéma post-Blair Witch, donnant à Rec 2 le curieux statut de série B expérimentale, aussi fascinante dans son audace qu'ennuyeuse à regarder.

Rec 2 est objectivement un film médiocre, ni effrayant ni drôle malgré quelques exorcismes croquignolets. Il y a pourtant fort à parier qu'il y aura un avant et un après Rec 2 (à commencer par un Rec 3 ?). Des évolutions qui, dans la course à l'image la plus "brute", tendront peut-être de plus en plus vers la mise en scène d'un  "non-cinéma". Etrange paradoxe.

A découvrir

route (La)

Partager cet article
A voir

RTT

A propos de l'auteur

4 commentaires

  • nazonfly

    29/12/2009 à 11h35

    Répondre

    Je ne comprends pas. Je ne comprends pas. Comment les deux réalisateurs ont pu faire un premier opus aussi prenant (même si pas très original) et se vautrer autant sur le deuxième ?

    Il y a bizarrement une absence complète de tension dans Rec2 qui fait qu'on s'ennuie pendant la majeure partie du film. On ne voit quasiment pas les "zombies" et quand ils sont à l'écran, ils ne sont ni effrayants, ni inquiétants.

    Et ne parlons pas du scénario vraiment décevant avec des twists improbables et une fin-qui-appelle-une-suite.


    Berk berk

  • Anonyme

    04/01/2010 à 14h20

    Répondre

    pas du tout d'accord, au lieux de s'enfoncer dans le "bis" répétita, Rec 2 tente d'explorer de nouveax horizons et clarifie la teneur de son oeuvres sans ambiguité. C'est fun, divertissant et pas prétentieux. Bon en même temps, l'auteur de cette critique a adoré la saga saw

  • Anonyme

    09/01/2010 à 17h49

    Répondre

    Déçu par cet suite, elle est fidèle au 1er film mais peut-etre trop, pas assez innovante et flippante, on connait les lieux, on est habitué à voir apparaitre un zombie immobile au fond d'un couloir avant de foncer, les personnages énèrvent, limite on s'en tape qu'ils soient dans la merde. puis ce côté Exorciste fait plutot pitié, j'accrochais à cette histoire de contamination, mais dés le plantage de couteau dans la porte avec le chapelet j'ai failli sortir de la salle. La bande-annonce fait plutot flipper et annonce une suite prometteuse, dommage, j'en attendais surement trop.

  • Dat'

    13/01/2010 à 10h08

    Répondre

    Premiere moitié du film de haute volée. Deuxieme moitié à la ramasse et bourrée de clichés.  Un demi-bon film, c'est deja pas trop mal... 

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein cinéma, c'est l'actualité et les critiques de films qui sortent au cinéma, en dvd et en bluray .

Des grands classiques aux films d'actions hollywoodiens. Pas de tabous chez Krinein cinéma, hormis, peut-être, les films français qui sont trop souvent oubliés.

Rubriques