7/10

[°Rec]

Une journaliste et son cameraman suivent une équipe de pompiers dans un immeuble où l'horreur se déchaîne.

Concept qui poussa le cinéma d'horreur dans ses derniers retranchements, la supercherie du vrai-faux film amateur, où les protagonistes apportent directement leur point de vue au spectateur via la caméra qu'ils portent, a ceci d'amusante que, de Cannibal Holocaust à [REC] en passant par Blair Witch, elle n'est pas crédible pour un sou. Appelons ça de la lâcheté, de la logique ou de l'instinct de survie, face à l'innommable rugissant, quiconque de saint d'esprit songerait davantage à lâcher sa caméra et sauver ses fesses que de filmer la menace sous tous les angles, fussent-ils tremblotants. Disserter ici de la justesse de tel comportement ou du réalisme de telle situation n'a donc aucun intérêt, puisque si [REC] avait été réaliste, le cameraman se serait caché dans un placard avec sa mignonne collègue et le film... n'existerait pas. En cela, [REC] est avant tout un exercice de style plutôt bien ficelé, dont les passages tentants de justifier sa forme laissent avant tout planer la délicieuse sensation de se faire berner.

Sensation du dernier festival de Gérardmer, succès critique et public, avec à sa tête deux réalisateurs doués, [REC] ne révolutionne pourtant pas grand chose dans le fond. Malgré un dernier acte foutrement glauque (évoquant malgré tout le travail de Chris Cunningham) et pour le coup vraiment bien pensé, le déroulement du film se montre assez balisé, évoquant notamment, sans spoiler, le cinéma de Romero -il y a du The Crazies, dans [REC]-. Un aspect prévisible qui désamorce le côté frousse, mais apporte finalement au film une certaine humilité. Et si le trouillomètre est en berne, l'efficacité est bien là. Passée une exposition un peu laborieuse, le film, avantagé par sa courte durée, se montre nerveux et enragé, nous faisant plonger la tête la première dans une sorte d'apocalypse à huis clos à l'hystérie jouissive. Sombre, sanglant, sans concessions, [REC] gagne tous ses galons sur le terrain du divertissement. Au final, mieux vaut retenir et apprécier [REC] pour cet aspect. Car au chapitre de l'intellectualisation, le film se perd un peu. Glaçant lorsqu'il met en lumière certains comportements humains, [REC] atterre lorsqu'il ressort le message-tarte à la crème sur le voyeurisme, toujours le même lorsqu'il est question de médias et de journalistes aux dents longues...

Jaume Balaguero ayant déjà fait mieux dans sa sympathique carrière, [REC] devrait surtout servir de tremplin au prometteur Paco Plaza, à la filmographie plus obscure. [REC] gagnera sans aucun doute à être revu loin de son sillage, loin de toute couverture médiatique et une fois n'est pas coutume, dans des conditions que ne permettent pas (plus ?) les salles de cinéma. En solitaire, devant une télévision qui donnera tout son sens à son parti pris et dans le noir complet. Là, peut être que [REC] se dévoilera comme ce qu'il est : un petit film sincère et correctement fait, qui apportera son lot de sursauts à des samedis soirs sans fêtes. Quoiqu'il advienne du futur, [REC] pourra donc toujours compter sur son capital de sympathie...


PS : à noter que [REC] aura "l'honneur" d'un remake américain intitulé Quarantine. Voila voila...

A découvrir

Jeux de dupes

Partager cet article

A propos de l'auteur

13 commentaires

  • nazonfly

    24/04/2008 à 20h51

    Répondre

    Je viens de le voir. Et tout ce que je peux dire c'est que ce film est génial. Mais vraiment génial (pour le genre hein); Prenant, horrifiant, du début (ou presque) jusqu'à la fin!

  • scribouille arts

    26/04/2008 à 16h00

    Répondre

    Une semi boucherie de type "télé réalité" immonde et encensée par la presse. Quel constat navrant !


    Les réalisateurs ont cousu un patchwork de films du genre ( 28 jours plus tard, projet blair witch...pour ne citer qu'eux) pour un long métrage insoutenable.


    La caméra à l'épaule si sublime dans Blair Witch se révèle être d'une perversion malsaine et effroyablement inhumaine dans REC...

  • Luz

    26/04/2008 à 16h04

    Répondre

    naz, tu m'a donné envie.

  • kou4k

    26/04/2008 à 19h16

    Répondre

    Perso, J'ai vu exactement ce à quoi je m'attendais :


    un film d'horreur hyper classique, avec ses clichés, qui obéit bien sagement à tous les principes de base du film d'horreur en huis clos...

    la caméra à l'épaule n'apporte absolument rien au film, et, là ou cloverfield nous bluffait par son mélange des genres(apocalypse, situation nouvelle, camera à l'épaule pour le coté immersif...), on est ici plus exaspéré par les mouvements de caméras qu'autre chose, surtout que le rendu final est très proche de ce qu'offre un 28 jours plus tard dans ses scenes de poursuites, par exemple.

    L'ambiance est bien là, les acteurs charismatiques pour certains, le scenario presque crédible(le pompier pas foutu de faire une injection, mais qui te brise les cervicales avec 2 doigts de face, entre autres, est bien sympa ), les effets spéciaux/maquillages/hurlements font leur petit effet, meuh, avec tous ces avantages, on est forcé de constater une chose :

    Bien qu'il soit plutot réussi, [REC.] n'innove en rien, et reste dans le classique, avec ses carricatures, ses flics qui petent un plomb, ses dialogues somme toute un peu pourraves, ses situations et sursauts prévisibles et ses bimbos qui braillent.

    A retenir une scene finale bien trippante, malgré un final risible.


     A voir pour profiter d'un bon film du genre, mais il ne faut pas esperer un brin d'originalité, ou le grand frisson tant attendu.

  • nazonfly

    28/04/2008 à 11h26

    Répondre

    kou4k et Lestat, je vous trouve dur dans les critiques du film. Par exemple, le "c'est pas très crédible qu'ils n'arrêtent pas de filmer", forcément c'est pas très crédible. Mais on peut difficilement parler de réalisme, quand on parle de zombies, de vampires ou autres fantômes. Dans tous les autres films, on suit les personnages tout le temps, comme l'oeil de Dieu. Pas forcément réaliste non plus.


    L'originalité et l'intellectualité sont aussi en général absents des films d'horreur.


    Je suis persuadé aussi que le voir sur un écran de télé (encore qu'avec les Home Cinema, c'est ptet un peu caduque) lui ferait perdre sa force. J'ai vu Blair Witch par exemple, sur petit écran, et franchement ce n'est pas très impressionnant. 

  • riffhifi

    28/04/2008 à 11h33

    Répondre

    Personnellement j'ai vu Blair Witch sur grand écran, et je n'ai pas trouvé ça impressionnant non plus

  • Lestat

    28/04/2008 à 11h48

    Répondre

    Lorsque je dis que c'est pas réaliste, je ne le dis pas pour dénigrer le film. Au contraire, c'est pour montrer que ce n'est pas forcément un défaut en soi : sur d'autres forums, je lis des "c'est trop joué", "les réactions sont pas crédibles", etc...C'est à ça que je répond : oui, mais si le film était réaliste, il n'existerait pas. 


    Si j'ai envie de voir un film réaliste caméra à l'épaule, je regarde Mondo Cane. Pas REC qui est une pur film de genre, bien sympathique mais à mon sens pas transcendants.

  • Anonyme

    28/04/2008 à 14h55

    Répondre

    Bon film, mais j'ai eu le malheur de le voir en vf (j'avais l'impression d'etre devant un épisode d'un dos tres...aussi bien doublé....) et dans une salle de ciné insupportable avec, le truc horripilant dans ce genre de film, les types qui rigolent quand c'est pas drole!!!(a croire que ça demande trop d'effort a certaine personne de rentrer dans un film de 1h20 seulement).


    Mais malgré tout ça, et le fait que ça m'ai empeché de pleinement savourer l'ambiance, c'est objectivement un bon film d'horreur!!Avec ses codes classiques et ses clichés, c'est vrai...


     


    Et pour le coup de dire que ce type de film n'est pas réaliste, des types ont bien continué a filmé quand la fumée des tours fonçait sur eux le jour du 11 septembre...c'est sur qu'après c poussé a l'extrème, mais c'est plutot immersif et j'aime bien comme procédé.

  • kou4k

    28/04/2008 à 19h32

    Répondre

    c'est pas tant le coup de la camera qui filme qui n'est pas realiste, le mec est un professionnel, et, de plus, la camera sert de faire valloir à certaines scenes ou montre parfois son utilité dans l'intrigue, donc elle a sa place, et joue bien son rôle.


    Par contre, les personnnages, eux, sont à moitié credibles.


    pour un film qui se voulait révolutionnaire, nous innondant de sa campagne marketing choc et de ses images de salles horrifiées, ben c'est très classique, même si loin d'être mauvais au fond...




    Par contre un argument qui me passe au dessus de la tête : "la situation est fantastique, alors c'est pas grave si c'est pas credible pour un sou."


    Encore heureux qu'on essaye de coller le plus possible à une certaine réalité des choses et des réactions, même si ce qui se passe autour est complètement aberrant, sinon, ce genre de films n'aurait aucun interêt.

  • Anonyme

    28/04/2008 à 20h15

    Répondre

    Je rejoins Kou4k sur le "film de genre classique". Quand je pense que partout dans la presse on parlait d'un film horrifiant "même pour les coeurs les plus accrochés"...
    Les évènements arrivent au moment où l'on s'y attend 95% du temps (les Z qui se réveillent toujours au bon moment, les incubations folklo,...), les comportements peu intelligents voire incompréhensible (sauf si on se base sur les grands principes du film de Z) comme l'arrivée du médecin (tout seul? alors que visiblement dehors y a la police, Rainbow Six et Jack Bauer...); et bien sûr les journalistes fouteurs de merde qui méritent ce qui leur arrive...

  • nazonfly

    28/04/2008 à 23h38

    Répondre

    Oui c'est vrai que dans la salle, il n'y avait bien que quelques filles qui étaient horrifiées. Rien que du très convenu et habituel (et vazy que je te fais un tour de caméra pour découvrir au dernier moment ce qu'on veut voir).


    Mais personnellement un film de zombie m'a rarement effrayé (moins qu'un Dark Water par exemple). C'est quelque chose qui prend aux tripes (voire qui les étire sur des mètres et des mètres). C'est pour ça que j'ai trouvé ce film génial. Il m'a vraiment retourné. Tiens je m'en vais rajouter un coup de coeur. 

  • Anonyme

    04/05/2008 à 13h05

    Répondre

    j'ai trouver ce film personnelement bien! mais qui tourne mal apres un restaurant... un registre teriffiant, perçant, qui t'inflige à etre à la place du cameraman. il est vrai q'uon s'attend à tout sursaut si facile à analyser et des comportements absurdes souvent répétés mais l'accroche y est! un moment plaisant pour un samedi soir en compagnie de sa conjointe...

  • Anonyme

    01/06/2008 à 00h25

    Répondre

    Tout à fait de ton avis SCREB, bon film à voir au ciné avec une poulette. Les fims d'horreurs, c'est pourtant pas mon truc. A part blairwitsh, d'habitude j'ai un gros problème avec les dialogues pourris made in holliwood du genre:


    "Ho non Steven! Il a attrapé la petite fille"


    "Cours Syndy c'est trop tard pour elle!!!!"


    "HAAAAAA"


    ect...


    Pour une fois, je trouve les dialogues à peu près crédible, l'ensemble pas trop surjoué. Et puis la réplique de la chinetok est d'anhtologie


    "LE POMPIER... TOMBé...TOMBé!"


     Non, plus sérieusement j'ai trouvé çà divertissant. Comme un tour de grand 8 qui fait peur tout en restant rassurant. Pas le genre de film qui te fait faire des cauchemards des années durant. Je regrète juste le doublage bidon.


     A la sortie de la salle j'étais content. Je m'étais pas ennuyé ( en même temps le show est trop court pour se permettre des temps morts) et la copine tremblotait encore. Le soir je lui faisais des blagues pouries pour la faire sursauter. C'était marrant. Bien sûre pour la réconforter on fait l'amour sous la douche, dans le salon, devant les miroirs et un peu partout en fait... mais vous vous en foutez hein ? Moi je dis juste çà pour le malin vous savez.


     


    Ha oui, un dernier truc : j'ai bien aimé le style des zombis. D'habitudes ils sont lent et mous. Et se contente de gémir. Et ben là, pas du tout ! Ils carburent tous à la coke, cavalent dans les escaliers en hurlant. Si l'un d'eux tentait un backflip et quelques pas de breackdance, je suis sûre que le spectateur serait à peine surpris. Sans déconner, c'est les zombis les plus sportifs que j'ai jamais vu. Et ceux là, quand tu les coincent derrière une porte, au lieux de geindre et de grater en vain, ils font demi-tour, se barrent immédiatement en courant (véridique) et reviennent un peu plus tard avec des potes, de l'alcool, du shit, et des meufs. Sans déconner, ces zombis ils ont trop la pattate.

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein cinéma, c'est l'actualité et les critiques de films qui sortent au cinéma, en dvd et en bluray .

Des grands classiques aux films d'actions hollywoodiens. Pas de tabous chez Krinein cinéma, hormis, peut-être, les films français qui sont trop souvent oubliés.

Rubriques