9/10

Le Prénom ou comment régler ses comptes en famille

On peut dire ce que l'on veut du cinéma français, mais en matière de comédie, il est roi. Sachant toujours innover sur les thèmes choisis, allier finesse à grand éclat de rire, il confirme une fois de plus son statut émérite avec Le Prénom. Explication...

Lors d'un petit dîner en famille, Vincent annonce à sa sœur, son beau-frère et leur ami d'enfance quel prénom la femme de sa vie et lui-même ont choisi pour leur enfant. Voilà un scénario d'une étonnante simplicité et, à vrai dire, l'histoire n'ira pas beaucoup plus loin. Pourtant le suspense et les coups de théâtre vont s'enchaîner pendant 1H45. Comment donc ?

Par une recette qui a d'ailleurs toujours été le point fort de la grande Coline Serreau : des dialogues et des personnages emblématiques travaillés sur le bout des doigts. Chaque parole est utile dans le film, chaque mot pèse lourd sur l'atmosphère, chaque discours absorbe autant les personnages que les spectateurs, chaque tirade est aussi enflammée qu'un brasier. Les thèmes de discussion, bien qu'anodins au premier abord, se révèlent en réalité sérieux et excitent les passions humaines des convives présents, tout en interpellant le spectateur pourtant en train de se marrer. Les personnages eux-mêmes, portraits parfaitement bien présentés des différents Français moyens, sont si familiers qu'on ne peut que les savourer, soit parce qu'on y retrouve ceux que l'on aime critiquer, soit parce qu'on s'y retrouve soi-même avec tant d'accent de vérité.

Le jeu d'acteur n'est pas en reste. Il faut dire que les interprètes avaient eu un entraînement de longue durée puisqu'à l'origine, le film était une pièce, jouée par les mêmes acteurs. Autant dire que le résultat sonne comme un point d'orgue : mimiques, expressions de visage, intonations, regards, tout y est pour absorber complètement et définitivement le spectateur dans cette histoire à la fois si improbable dans son succès et si probable dans son réalisme. Cela ne vous étonnera donc pas d'apprendre que le film a été nominé à cinq Césars, en a raflé deux en 2013 (meilleurs seconds rôles pour Valérie Benguigui et Guillaume de Tonquédec), a fait 3,4 millions d'entrées et s'est placé à la deuxième place du box-office la première semaine de sa sortie, derrière The Avengers. Comme quoi, pas besoin de dépenser des millions pour être dans le top. 

Bref, Le Prénom est une vague de bonne humeur assez exaltante, ajoutée à une bonne petite dose de réflexion et de remise en question et qui ne se refuse pas quand on a la prétention de se dire cinéphile.


DR.

A propos de l'auteur

0 commentaires

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein cinéma, c'est l'actualité et les critiques de films qui sortent au cinéma, en dvd et en bluray .

Des grands classiques aux films d'actions hollywoodiens. Pas de tabous chez Krinein cinéma, hormis, peut-être, les films français qui sont trop souvent oubliés.

Rubriques