6.5/10

Predators

La créature chasseresse révélée en 1987 par John McTiernan a décidément une bien grande famille : après Arnold Schwarzenegger, Danny Glover et les aliens (deux fois), c'est Adrien Brody qui doit essayer de survivre.

Au début des années 90, après s'être fait remarquer avec son film El Mariachi, Robert Rodriguez est contacté par 20th Century Fox pour écrire et réaliser un nouvel épisode de la saga Predators, qui en compte alors deux. Le projet qu'il propose est jugé trop coûteux, et finit dans les limbes du development hell... mais Rodriguez n'est pas homme à laisser filer une idée : une quinzaine d'années plus tard, il exhume ce Predators des cartons, et en confie la réalisation à Nimrod Antal (Motel, Blindés) tout en gardant un gros œil dessus depuis sa chaise de producteur (il supervise notamment les effets spéciaux). Le but : proposer aux fans
autre chose qu'un combat de rues entre Aliens et Predators (on en a déjà mangé deux fois), et revenir aux sources en proposant un film dans la lignée de l'original réalisé par John McTiernan.

Le début peut se raconter comme une blague : c'est l'histoire d'un Mexicain, d'un Russe et d'un Américain qui sont dans une jungle... Ils rencontrent une Israélienne, un Sierra-léonais et un Japonais (et deux autres Américains, pour faire bonne mesure), et commencent à se demander où sont les caméras cachées. Ils réalisent que malheureusement, ce ne sont pas des caméras qui se cachent, mais des créatures de 2m50 qui aiment chasser l'humain pour la beauté du sport, et ont sélectionné dans ce but un échantillonnage de guerriers venus des quatre coins de la Terre...

Des mercenaires virils armés jusqu'aux dents (oui oui, même la fille est virile), un environnement feuillu et moite qui favorise la traque sournoise, aucune des suites n'avait repris d'aussi près le concept du film d'origine ; même la musique, pourtant signée John Debney, ressemble à s'y méprendre à du Alan Silvestri. Du coup, on s'amusera de constater que le premier rôle est tenu par Adrien Brody, que peu de gens auraient choisi spontanément comme nouvel Arnold Schwarzenegger ; pourtant, il incarne avec beaucoup de justesse son personnage sec et efficace, et s'avère un héros d'action plus convaincant que dans King Kong. Autre bizarrerie du casting : Topher Grace, héros de la série That 70s Show et interprète d'Eddie Brock dans Spider-man 3, dont la personnalité fluette s'accorde mal avec la galerie de bourrins qui l'entoure. En revanche, on apprécie la
présence de Danny Trejo, gueule incontournable de la filmographie de Rodriguez, et que l'on retrouvera prochainement dans le rôle-titre de Machete.

Quoi de neuf par rapport au classique de 1987 ? Une faune exotique et menaçante, qui ne se limite pas aux Predators eux-mêmes (mais souffre un peu du syndrome "CGI à tout prix"), et une variété de personnalités qui découle de la nature internationale de la population présentée. Rien de bien révolutionnaire, l'essentiel ici étant de maintenir un mélange constant de suspense et d'action, selon la formule éprouvée du survival : qui va mourir ? dans quel ordre ? de quelle manière ? Rodriguez et Antal ont le mérite de traiter le sujet au premier degré, sans essayer de faire les malins ni de policer le spectacle pour un public familial. C'est brutal, ludique (avec le sang vert fluo des Predators, on se croirait parfois en plein train fantôme), et respectueux envers le mythe. Pourquoi se plaindre ?

Partager cet article
A voir

Top Cops

A propos de l'auteur

6 commentaires

  • kou4k

    15/07/2010 à 23h11

    Répondre

    Petite déception...


    Le film reste très fidèle à l'esprit du premier film, avec de très nombreux clins d'oeils et des affrontements variés et bien  foutus.


    Bon, ça vole pas haut, les personnages sont presque crédibles pour certains(le russe au minigun ), le casting impressionnant pour ce qui ressemble , au final, à une série B à moyen budget.


    Bref du tout bon pour ce qui se veut clairement la suite spirituelle du Prédator de 1987, mais une déception au niveau de l'ambiance générale : Les innovations ne sont pas légion, pas de risques, effets spéciaux classiques, sans plus, ...


    Rien de vraiment bluffant, on n'en prend pas plein les yeux, et on reste un peu sur sa faim malgré les quelques bonnes idées.


    Ma plus grosse déception concerne le coté old school et classique, d'autant que certaines scènes  parmis les plus spectaculaires de la BA n'apparaissent tout simplement pas dans le film(ou post générique, mais j'aime pas rester 5mn à regarder des noms défiler).


     Film sympatique et divertissant, à regarder pour qui apprécie la licence, mais il ne faut pas s'attendre à être surpris.

  • gyzmo

    16/07/2010 à 20h49

    Répondre

    Et ben moi j'ai bien aimé cette espèce de revival. Le film grouille de références au film de Mc­Tier­nan, niveau mise en scène, ambiance, musique et énergie. Parfois un peu trop (la chute de la chute ; le combat de samouraï ; l'affrontement final). Mais il faut y voir, je crois, plus un hommage qu'un plagiat. On se croierait revenir à la bonne époque de la série B façon 80's. Le cast est pas mal (Brody en tête) et les Fx sont honnètes. Il est vrai que lorsqu'on a vu la bande-annonce, on a pratiquement tout vu du film. Mais en y allant sans connaissance de causes, le scénario est bourré de bonnes surprises et de revirements intéressants. J'ai d'ailleurs trouvé le dernier quart d'heure bien foutu, même si prévisible concernant le personnage de Brody.


    Ce côté Old School, perso, j'adore. Pas étonnant que derrière cette machine, le nom de Rodriguez figure au générique. 

  • kou4k

    17/07/2010 à 09h32

    Répondre

    Tiens, d'ailleurs, au passage, en regardant le film, durant la scène où ils dégringolent une pente pour tomber à la flotte,  je eme suis demandé si c'était le même endroit que dans le premier, là où schwarzie tombe...


     Une idée ?

  • gyzmo

    17/07/2010 à 10h33

    Répondre

    J'ai eu la même impression ! Mais Predators a été tourné côté Hawaï, et Predator, côté Caraibes. Mais bon, de l'eau, c'est de l'eau^^


    Ah et je viens de lire que les caméos de Schwarzy et Glover ont été coupés du montage final. Ca sent le bonus dvd.

  • riffhifi

    17/07/2010 à 11h41

    Répondre

    Il me semble malheureusement que ces caméos ont été coupés au scénario, pas au tournage

  • el viking

    19/07/2010 à 20h28

    Répondre

    mouaih... j'ai vraiment du mal avec ce Brody... Pourtant il est plutôt bon dans son rôle, mais chaque fois qu'il joue les durs, je le revoie dans "le pianiste" (qui doit être le seul film que j'ai vu avec lui) et ça casse tout... vraiment dommage, d'autant plus qu'il tient le rôle principal...


    A part ça, le film est plutot pas mal, même si très prévisible et souvent bien foireux... Il y a de l'action, peu de parlotte, et un minigun... bref, le bonheur, quoi!


    Mais du coup, ce film soulève bien des questions, notamment sur la société predatorienne, sur leur technologie, etc. Enfin, encore plus que les précédents, je veux dire...

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein cinéma, c'est l'actualité et les critiques de films qui sortent au cinéma, en dvd et en bluray .

Des grands classiques aux films d'actions hollywoodiens. Pas de tabous chez Krinein cinéma, hormis, peut-être, les films français qui sont trop souvent oubliés.

Rubriques