A DECOUVRIR
6.5/10

Pop redemption, le métal au pays des fraises

Chaque été, depuis leur adolescence, les Dead MaKabés se paient ce qu'ils appellent prétentieusement une "tournée d'été" - quelques concerts dans des festivals du fin fond de l'Europe.
Mais, pour ces quatre copains, la crise de la trentaine couve et cette semaine de récréation risque bien d'être la dernière, surtout quand ils se perdent dans un hameau en plein "Festival de la fraise".
Difficile de rester fidèle à ses idéaux quand on est membre d'un groupe de black metal…


Citation de l'album Abbey Road des Beattles, vue et revue, mais qui fonctionne toujours

Pour son premier long métrage, Martin Le Gall s'accapare les codes des traditionnels "films de pote", et les intègre dans un contexte rare au cinéma : celui de la musique, encore mieux, du métal.

Genre dérivé du rock, peu populaire et surtout absolument méconnu, le métal connaît encore aujourd'hui de très grands préjugés de la part du grand public. Dès lors on se demande à qui s'adresse le film. Aux "métalleux" ? certainement, mais pas seulement, car en dehors de quelques rares privates jokes qui parleront aux initiés, Pop redemption est avant tout un film TRES grand public, qui fait rire. Beaucoup rire.


Les Dead Makabés à la Fête de la fraise.

Les situations, plus cocasses les unes que les autres, et l'efficacité des dialogues (que ne renierait pas Alexandre Astier, crédité comme acteur, mais aussi comme ayant participé au scénario) apportent une certaine modernité à un "genre" qu'on pensait éculé. Il dépeint aussi très bien l'incommensurable ignorance de la plupart des gens concernant cette musique, qui s'apparente bien souvent à un certain mode de vie, à une certaine vision du monde. Les thèmes abordés parleront à beaucoup, notamment cette quête identitaire au sein d'une société où l'on est forcé -un jour ou l'autre- d'entrer dans le moule.

Le film réussit son contrat en très grande partie : celui d'être sans prétention et de divertir. Il réussit même la rareté de véhiculer du bonheur en bobine, tant on en ressort léger et souriant.

Pourtant je ne peux lui mettre une vraie bonne note. Si le film s'arrêtait à tout ça, il vaudrait pour moi un bon 7,5 ou 8/10. Notez bien que si vous n'êtes pas sensible aux propos qui vont suivre, vous pourrez très bien vous en contenter :


Julien Doré est parfait, drôle à en mourir !

Le principal et grave défaut du film à mes yeux est sa morale sous-jacente. Il véhicule un discours artistique que revendiquerait bien TF1, et ça je ne peux pas laisser passer... En somme, "l'intégrité artistique est une aberration dans notre société telle qu'elle est faite. On ne peut rester intègre et être heureux, finalement c'est quand on en revient au populaire, qu'on plaît aux gens, qu'on prend soit-même du plaisir."

Si je ne suis pas un absolu défenseur de l'intégrité artistique, de la dévotion la plus totale à son art, je ne peux rester indifférent lorsqu'une oeuvre pousse à rentrer dans le moule, plutôt qu'à rester soit-même.

Cette vision reproduit honteusement une idéologie prônée essentiellement par l'industrie de la musique et du cinéma, par des Majors qui tentent de formater la créativité artistique. Elle connote aussi une vision ultra caricaturale du "metalleux" comme éternel ado en constante rébellion, qui ne pourra dépasser ce stade que lorsqu'il aura mûrit (où mûrir équivaut à rentrer dans le moule sociétal).

Tout cela est certainement inconscient de la part de Martin Le Gall, on sent une véritable honnêteté dans la simplicité du film et le plaisir qu'il procure. Certainement que le réalisateur et ses co-scénaristes ont voulu parler de personnes simples, dont les ambitions se font manger par la vie. Seulement, ce n'est pas le seul discours qui transparaît en filigrane, et c'est bien dommage.

Partager cet article

A propos de l'auteur

6 commentaires

  • Guillaume

    05/06/2013 à 12h07

    Répondre

    Est-ce que le metal ne sucrerait pas les fraises ?

  • nazonfly

    05/06/2013 à 13h29

    Répondre

    Quand même, le metal comme genre peu populaire et méconnu, ça me fait mal au fondement. Genre d'après Wikipedia Metallica est classé dans le Top 25 des artistes ayant vendu le plus de disque, coincé entre Mariah Carey et Pink Floyd.
    Les succès de Manson ou Linkin Park font difficilement passer le metal pour une musique méconnue.
    Si on parle de black metal (genre auquel on veut bien trop souvent réduire le metal), alors là on est d'accord.
    Non je ne pinaille pas.

  • Loïc Massaïa

    06/06/2013 à 10h34

    Répondre

    C'est précisé dans le pitch du film que c'est un groupe de black metal ;-)
    Mais je reste tout de même convaincu que le metal, du point de vue du grand public, reste vue de facon caricaturale.
    Metallica les albums qui se sont le plus vendus sont ceux dont les ballades ont envahit les radios (le black album avec nothing else matters), ou quand ils ont fait limite du FM (load-reload). Reste que parle de metallica aujourd'hui à quelqu'un qui écoute des musiques "grand public" (genre christophe mae en boucle), il va faire la moue !
    Pour Manson, c'est du metal FM et c'est une caricature à lui tout seul, donc bon...
    Linkin Park, c'est le coté rap qui a fait son succès je pense, comme les Rage again the machine en leur temps. Pour des gens habitué à entendre du rap, c'est moins "agressif" du coup.
    A la limite tu m'aurais dit System of a down ...
    Non mais sérieux, si tu parles du metal à des gens qui ont des goûts grands publics (je veux dire qui n'ont pas de grandes exigeances musicales particulières), tu t'aperçois vire qu'il en ont une vision vraiment tronquée. Je travaille avec des gens comme ça, je peux te le dire... Après, on en trouve même parmis ceux qui ont des exigeances musicales, mais qui ont des goûts "cool" (genre pop, folk, soul...), pour qui le metal c'est du bruit et puis c'est tout, qui ne voient pas la différence entre Iron Maiden, Dream Theater, Slipknot et Pantera (alors que bon...). J'y suis confronté très régulièrement.

  • Loïc Massaïa

    06/06/2013 à 10h43

    Répondre

    ah oui, j'ai oublié l'essentiel lol.
    Ce que je veux dire par "méconnu", c'est sa diversité qui est méconnus. La plupart des gens vont assimiler "metal" a des trucs qu'ils ont vaguement entendu par ci par là, mais n'ont pas conscience de la (gigantesque) diversité de ce genre.
    Entre le black, le trash, Le glam metal, le gothique, le doom, le heavy, le speed metal, le metal melodique, le metal symphonique, le neo-classique, le groove metal, le progressif, et le nu-metal... Y a un monde...

  • nazonfly

    06/06/2013 à 16h10

    Répondre

    Que sa diversité soit méconnue, je veux bien l'admettre

  • Anonyme

    29/06/2013 à 01h44

    Répondre

    Il y a une partie "pédagogique" sur les différents courants dans le film qui est marrante.

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Rubriques