5/10

plus belle victoire (La)

Service à plat

Pauvres Anglais ! Depuis 1936 et la victoire de Fred Perry, aucun des leurs n'a remporté le tournoi de tennis de Wimbledon. Tous les espoirs fondés sur Tim Henman, déjà 3 fois demi-finaliste, restent vains. Alors que faire ? Réaliser un film sur ce sujet bien sûr ! On peut tout se permettre dans la fiction, même faire gagner un anglais à Wimbledon. La plus belle victoire peut commencer.

Peter Colt (Paul Bettany) vient de dépasser la trentaine et commence à se faire vieux sur les courts. Ancien 11ème joueur mondial, il est redescendu 119ème et n'a plus vraiment l'envie de jouer. Peter va profiter du tournoi de Wimbledon pour mettre fin à sa carrière. Mais sa rencontre avec Lizzie Bradbury (Kirsten Dunst), la star montante du tennis, va changer la donne. Parce que pour qu'un Anglais gagne, il faut bien le doper à cela, à l'Amour avec un grand A (Tim, prends-en de la graine).

La plus belle victoire est bien une énième love story, avec le héros looser séduisant la belle qui gagne. Le film a été produit par la même équipe que Love actually ou Le Journal de Bridget Jones qui sont des gages de qualité mais finalement cela se voit finalement beaucoup trop. Les effets comiques proviennent surtout des seconds rôles. Assez banales, les situations de couple sont néanmoins gentillettes. Kirsten Dunst et Paul Bettany sont bons et crédibles mais le scénario suit un schéma bien trop convenu, empêchant le film de décoller. Quelques longueurs complètent le tout et il faut bien le tennis pour apporter de la nouveauté.

N'oublions pas que le titre original est Wimbledon, alors ce serait dommage de se passer de ce sport, bien présent, assez réussi mais pas toujours convaincant. Les scènes ont été tournées en plein de tournoi et l'ambiance est bien retranscrite. Pour des raisons pratiques et obligatoires, malheureusement seule la finale a été tournée sur le court Central, les annexes assurant le reste des matchs. Un effort particulier a été effectué avec l'aide de Pat Cash (vainqueur de Wimbledon en 1987) qui a été consultant et entraîneur des deux personnages principaux. Son travail a été vraiment épatant s'ils ne savaient pas jouer au tennis vu qu'au niveau technique, leurs mouvements sont relativement corrects. Par contre, ça se corse pour tout ce qui est jeu. Le réalisateur a pris le parti de tourner les principales scènes de tennis en rajoutant une balle numérique afin d'obtenir un effet plus dynamique et spectaculaire mais finalement assez peu réaliste. Les deux joueurs simulent le match, faisant de grands gestes dans le vide et cela se voit trop. Les échanges sont too much, trop longs (surtout pour du gazon) et souvent quasiment irréalisables (les points en volée / volée) pour une impression finale qui tient beaucoup du jeu vidéo. D'autre part, leurs occupations entre les matchs laissent également à discuter.

La plus belle victoire est au final très moyen faute à un scénario copié sur les films du genre et par un manque de scènes comiques. La sympathie constante du film et de ses deux acteurs relèvent le niveau sans que cela soit vraiment suffisant pour faire un grand film. On appréciera l'effort fait au niveau du tennis mais tout n'est pas encore parfait. A quand un film sur ce sport avec de vraies images non truquées ?


PS : Bonne chance à Tim Henman pour son prochain Wimbledon.

Partager cet article

A propos de l'auteur

0 commentaires

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein cinéma, c'est l'actualité et les critiques de films qui sortent au cinéma, en dvd et en bluray .

Des grands classiques aux films d'actions hollywoodiens. Pas de tabous chez Krinein cinéma, hormis, peut-être, les films français qui sont trop souvent oubliés.

Rubriques