8/10

La planète des singes : les origines

Reboot malin d’une saga éteinte, cette nouvelle Planète des Singes réussit le tour de force de nous mettre dans la peau d’un chimpanzé. Un blockbuster atypique, émouvant et bien mené.

Honnêtement, on pensait en avoir fini avec La Planète des Singes. Après l'échec essuyé par un cinéaste comme Tim 16790-planete-singes-les-origines-1.jpgBurton, il paraissait hasardeux d'exhumer cette franchise exsangue. Revenir au roman de Pierre Boulle ? Aucun intérêt, le film de 1968 lui était déjà fidèle, en l'améliorant sur plusieurs points. Inventer de nouvelles aventures dans un environnement simien hostile à l'homme ? Trop fait. La solution est apportée par les scénaristes Rick Jaffa et Amanda Silver : situer le film de nos jours (ou plutôt dans un futur très proche, comme l'indiquent quelques détails), et se concentrer sur un singe oppressé par l'espèce humaine. En somme, il s'agit de l'histoire du livre, mais inversée – et le spectateur est invité à prendre fait et cause pour le chimpanzé. Le concept rappelle La Conquête de la planète des singes, le quatrième volet de la franchise des années 70.

Will Rodman (James Franco) est un scientifique obsédé par le traitement de la maladie d'Alzheimer. Et pour cause : son papa (John Lithgow) en est atteint, et en souffre considérablement… La découverte du "virus" ALZ-112 permet au chercheur de développer les capacités mentales d'un chimpanzé femelle, qui donne naissance à un bébé surdoué ; baptisé Caesar (et joué en performance capture par Andy Serkis), celui-ci présente une intelligence et une attitude comparables à celles d'un être humain. Voulant pousser l'expérience plus loin, Will travaille sur l'ALZ-113… mais comme chacun sait, 113 fout la merde.

Hail Caesar

Ponctué d'innombrables hommages et clins d'œil à la saga cinématographique existante, Les origines (de quoi ? des films suivants ? bravo le titre français…) possède un style et un ton inédits, insufflés par un cinéaste inconnu appelé Rupert 60040.jpgWyatt. Producteur de courts métrages et de documentaires, ce quasi-quadragénaire n'a qu'un seul autre film à son actif en tant que réalisateur : Ultime évasion, sorti directement en DVD. C'est dire le pari que 20th Century Fox a fait en misant 90 millions de dollars sur lui, sur un label périmé, sur un blockbuster avare en action, et sur un casting sans véritable star (bien que la plupart jouissent d'une réputation flatteuse). Au centre de l'attention, on trouve le chimpanzé en images de synthèse incarné par Andy Serkis (rompu à l'exercice grâce à Gollum et King Kong) : bien que son aspect artificiel soit parfois trop visible (les spectateurs qui ont avalé Avatar sans broncher ne devraient pas avoir de problèmes, toutefois), ses mésaventures ont de quoi émouvoir. Traité comme la bête qu'il n'est pas, il découvre tardivement ses semblables et leurs conditions de vie… On ne peut pas dire que notre espèce sorte grandie de la vision du film, et il n'est pas surprenant que les acteurs humains soient réduits dans l'ensemble à la fonction de figurants : James Franco babille en vain, John Lithgow est touchant mais peu présent, Freida Pinto sert tout juste à décorer, David Hewlett cabotine un peu trop dans son rôle de voisin colérique, Brian Cox rétablit la balance en sous-jouant le geôlier désinvolte, et Tom Felton recycle son personnage de Draco Malfoy.

Plus violent dans les émotions qu'il véhicule que dans les faits représentés, Les origines réserve tout de même quelques belles scènes d'action, portées par une musique épique de Patrick Doyle (Eragon, Thor). Atypique et efficace, le film pourrait bien être le succès surprise de l'été, entre deux histoires de super-héros prévisibles et une poignée de comédies trop formatées.

59563.jpg

A propos de l'auteur

2 commentaires

  • Wax

    02/08/2011 à 17h58

    Répondre

    "... mais comme chacun sait, 113 fout la merde."
    Magnifique!

    Ca n'a pas l'air d'être le blockbuster sans relief auquel je m'attendais. Pour le coup tu m'as donné envie de le voir. http://cinema.krinein.com/planete-s ... 16790.html

  • OuRs256

    09/08/2011 à 23h11

    Répondre

    J'avoue que j'ai plutôt bien aimé. C'était assez prenant et vraiment rapide (il fait moins d'1h45). J'ai hâte de voir la suite en tout cas

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein cinéma, c'est l'actualité et les critiques de films qui sortent au cinéma, en dvd et en bluray .

Des grands classiques aux films d'actions hollywoodiens. Pas de tabous chez Krinein cinéma, hormis, peut-être, les films français qui sont trop souvent oubliés.

Rubriques