9/10

Planète interdite

Avant d'être le guignol favori des ZAZ, Leslie Nielsen était un jeune premier enthousiaste, dont le CV hétéroclite brillait surtout par la présence de Planète interdite. Mais les vraies vedettes du film étaient Anne Francis et Robby le Robot...

 

L'affiche du film est une des plus célèbres de l'histoire du cinéma. Anne Francis, évanouie dans les bras de Robby le Robot, renvoie aux classiques du fantastique, avec ses belles délicatement portées par d'horribles bêtes comme la momie, le Un ovni dans le paysage SF des années 50
Un ovni dans le paysage SF des années 50
loup-garou, etc. Pourtant, Robby est loin d'être une menace pour l'être humain, et sa présence amicale est même l'aspect le plus rassurant d'un univers par ailleurs très oppressant...

Nous sommes en 2200, et le croiseur interstellaire C57D (enchanté) est envoyé en mission de sauvetage sur la planète Altair4. Les membres de l'équipage reçoivent un accueil glacial du professeur Morbius (Walter Pidgeon), seul survivant de l'expédition d'origine, qui vit seul avec sa fille Altaira (Anne Francis). Scientifique misanthrope, Morbius étudie depuis de nombreuses années la technologie des Krells, une civilisation très évoluée mais éteinte depuis plusieurs millénaires. Le commandant John J. Adams (Leslie Nielsen) fera-t-il entendre raison au savant ? Et surtout, fera-t-il découvrir l'amour à sa progéniture trop ingénue ?

Les spectateurs les plus lettrés ne s'y sont pas trompés : remplacez Morbius par Prospero et Altaira par Miranda, vous obtiendrez la trame de la pièce de William Shakespeare La tempête. L'ambition affichée du scénario, qui s'intéresse autant à la psychologie humaine qu'à la science-fiction, a permis à Planète interdite de s'affranchir du ghetto de la série B auquel le genre était alors confiné. Tourné en cinémascope couleurs (à une époque où ce type de production se complaisait plutôt dans la 3D - oui oui, dans les années 50, alors que James Cameron tétait Franchement, vous reconnaissez Frank Drebin ?
Franchement, vous reconnaissez Frank Drebin ?
tout juste le lait de sa maman), le film est d'une qualité esthétique impressionnante, même vu avec les yeux d'aujourd'hui : décors vertigineux, couleurs incroyablement riches... Les effets spéciaux sont l'œuvre de Joshua Meador, un animateur prêté par les studios Disney, et la "musique" est faite de sons électroniques composés par les avant-gardistes Louis et Bebe Barron. Quant à Robby le Robot, qui n'est finalement qu'un personnage secondaire dans l'intrigue, il fascinera le public au point de revenir dès l'année suivante dans une semi-suite intitulée Le cerveau infernal (The Invisible Boy), avant de mener une longue carrière de guest star (on le voit dans deux films de Joe Dante) et d'acteur de pub. Autant dire que Leslie Nielsen, jeune premier de 30 ans, se fait souffler la vedette par toutes ces innovations technologiques au service d'un scénario fascinant ; il lui faudra une vingtaine d'années de plus pour trouver sa voie, dans un registre comique bien éloigné de la gravité déployée ici.

Œuvre séminale, jalon du cinéma de science-fiction, Planète interdite fournira la base de la série Star Trek, dont la parenté visuelle est évidente (d'ailleurs, Leslie Nielsen a failli jouer dans la série !), et sera régulièrement citée par ses admirateurs (notamment dans le refrain du générique du Rocky Horror Picture Show). Un remake semble pointer le bout de son nez pour 2013 ; mais est-ce bien nécessaire ?...


Partager cet article

A propos de l'auteur

0 commentaires

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein cinéma, c'est l'actualité et les critiques de films qui sortent au cinéma, en dvd et en bluray .

Des grands classiques aux films d'actions hollywoodiens. Pas de tabous chez Krinein cinéma, hormis, peut-être, les films français qui sont trop souvent oubliés.

Rubriques