9/10

Philadelphia

Andrew Beckett est un brillant avocat, appelé à suivre une carrière d'exception. Si bien que ses associés décident de lui confier un dossier éminemment important pour leur agence. Seulement, le jour où ceux-ci apprennent qu'Andrew est atteint du virus du sida, ils ne tergiversent pas bien longtemps et le renvoient. Ils justifient leur acte par une prétendue faute professionnelle. Bientôt, Andrew s'adresse à plusieurs avocats de Philadelphie, parmi lesquels le très médiatisé Joe Miller, afin de présenter à la Cour les responsables de cette sordide affaire de licenciement abusif.

Depuis l'apparition des toutes premières réalisations cinématographiques, le but inavoué de tous les cinéastes a toujours été d'émouvoir, de tout mettre en oeuvre pour prendre chaque spectateur par la main et le sortir de sa torpeur quotidienne en le rendant psychiquement actif d'une façon ou d'une autre. A partir de là, plusieurs styles sont apparus tour à tour, si bien que le cinéma ne s'est jamais véritablement laisser embourber par une complaisance quelconque. Le septième Art a toujours su se renouveler tout au long de son histoire à travers le génie de plusieurs de ses illuminés. Si bien que le cinéma a toujours été une activité, une pratique particulièrement appréciée du grand public, puisque éternellement variée, régulièrement intéressante et finalement assez abordable pour Monsieur et Madame Tout-le-monde.

Philadelphia n'est ni une comédie dramatique ni un drame plutôt amusant mais bien une oeuvre purement et simplement dramatique. Elle met en scène un jeune homme, qui sombre tous les jours un peu plus vers sa propre disparition. Ce jeune homme est un éblouissant homme de Loi, que ses proches adorent, que ses employés adulent et que ses confrères ont appris à respecter à sa juste valeur. Ses honorables associés n'entendent cependant pas garder auprès d'eux bien longtemps un homme aussi peu recommandable, puisque malade, physiquement affaibli, moralement instable... et homosexuel, par-dessus le marché. Son licenciement le renvoie auprès d'un avocat qu'il a déjà dû affronter et dont il n'apprécie pas tellement les manières. Dès lors s'engage un véritable combat et la descente aux enfers du héros laisse place à une bataille juridique pour la reconnaissance de ses droits, de son formidable talent mais aussi de sa condition d'homme et de l'honneur qu'il est en droit d'attendre d'une société qui se dit civilisée.

Il serait totalement inadapté de reprocher aujourd'hui au film les nombreux clichés qui le parcourent de bout en bout. Les temps changent, voilà tout. Et Philadelphia était un film à faire, puisque aucune autre tentative n'avait été entreprise jusque là pour que le sida soit un jour sous le feu des projecteurs. Certes, la musique, la mise en scène et le jeu de certains acteurs accentuent parfois assez péniblement l'aspect dramatique du film. On devine aussi assez aisément la quasi-totalité de l'intrigue dès les quelques premières prises de vue. Mais l'émotion qui se dégage de cette oeuvre parfaitement achevée est intacte. Philadelphia est une incroyable prouesse, terriblement sincère, aussi merveilleuse que bouleversante sans être pour autant une expérience totalement désespérante. Philadelphia est plutôt une ode à la tolérance, à l'amour et à la magnificence de la vie dans sa globalité. La scène au cours de laquelle les deux principaux protagonistes se laissent emporter par les quelques notes d'un opéra de Umberto Giordano et par cette formidable interprétation de Maria Callas est en tout point admirable : parfaitement orchestrée, cette scène est un invraisemblable dialogue de sentiments qui laisse entrevoir tout cet amour qu'Andrew porte à la vie. Ce bref passage parle de lui-même : Philadelphia n'est en aucun cas une initiative cinématographique désespérément traumatisante, puisque Jonathan Demme met en scène la mort d'Andrew comme il porte à l'écran la renaissance de Joe. En somme, Ron Nyswaner a opté pour la plus abominable des maladies pour faire de son Philadelphia une formidable initiation à la vie.

Au-delà de cette folle interprétation scénaristique, Philadelphia ne serait certainement pas aussi convaincant sans son célèbre duo d'interprètes : Tom Hanks et Denzel Washington, plusieurs fois encensés pour leurs performances cinématographiques. Quant à la jolie contribution musicale de Bruce Springsteen pour ce film, elle est mondialement reconnue. Et encore une fois, au-delà de tout ce bla-bla sans véritable intérêt, Philadelphia est un récital d'une grande pureté, une oeuvre à revisiter de temps à autres pour satisfaire ses sens et titiller cette forme d'angoisse profonde que chacun affronte un jour ou l'autre ou bien ne cesse de refouler à sa manière : la peur de l'inconnu.

Partager cet article

A propos de l'auteur

6 commentaires

  • fred

    06/08/2003 à 00h00

    Répondre

    sortez les mouchoirs car là on en a besoin! c un film poignant dramatique, qui met mal à l'aise car qui n'a pas eu une pensée ou une réflexion sur le monde homosexuel !!!
    ce film est un hymne à la vie et pousse les gens à réfléchir sur les personnes cataloguées hors normes!!
    ce qui a d'extraordinaire dans ce film c'est que l'on ne peut même pas en vouloir aux personnages homophobes qui restent sur leurs préjugés, car la peur de l'autre et l'ignorance sont des sentiments que l'on a tous ressentis!
    Une mise en scène juste, qui n'en rajoute pas, des comédiens jouent au sommet (en particulier tom hanks, vraiment touchant de sincerité, banderas dans son meilleur rôle pour moi, et denzel washington au jeu subtil qui crédibilise son personnage) et en + une bande son qui se fond à merveille dans le moule!
    un film que l'on doit montrer dans les écoles sur la tolérance, et montrer à tous ceux qui considère que la force a toujours raison car c nous qui sommes les + forts...
    un des films les plus marquants des années 90 malgré un sujet dramatique: le SIDA (qui le reste malheureusement!!)

  • Gabrielle

    04/03/2004 à 00h01

    Répondre

    "Philadelphia" est un hommage magnifique à la tolérance et à l'humanité, aux sentiments humains et aux combats contre les maladies et notamment contre le SIDA.
    Tom Hanks est extrêmement poignant dans cette oeuvre. Le scénario est bon et la musique également. Tout est parfait ou presque. Un must, à voir absolument.

  • Anonyme

    23/03/2004 à 00h02

    Répondre

    Probablement un des meilleurs films, d'un grand réalisme par sa simplicité. Dommage qu'il n'y en ai qu'un traitant de ce sujet. En espérant qu'il chasse un peu les idées reçues des mentalités et la peur de "monsieur tout-l'monde" face à cette maladie.

  • bibi

    02/12/2004 à 19h07

    Répondre

    Comme vous tous je trouve ce film merveilleux, triste et à la fois plein d'espoir pour l'intégration des personnes séropositives.
    La musique est vraiment géniale.
    L'extrait d'opéra de Maria Callas donne vraiment des frissons d'émotion,
    cependant j'aimerais trouver une traduction de ce morceau pour le comparer au monologue de Tom Hanks.
    Quelqu'un pourrait m'aider ?
    Encore bravo pour un tel film.

  • Daggy

    02/12/2004 à 20h44

    Répondre

    Beau film, en effet. Je vous conseille aussi la série Angels in America avec Al Pacino, Meryl Streep et Emma Thompson. Cela traite du même théme de manière fort intéressante et émouvante.

    Sinon, bibi, j'ai trouvé les paroles de La Mama Morta de Marias-Callas. Elles sont en anglais. J'espère que cela t'aideras dans ta quête comparative :

    My mother is dying
    Close to the door to my room
    While dying, she saved me!...
    Then, in the dead of night
    I left with Bersi.
    And in the distance,
    Flames leapt up behind us;
    Fierce tongues of fire set all the sky aglow,
    Lighting our path.
    My home, my beloved home,
    Was burnt to ashes.
    I was alone.
    I had no shelter.
    What hunger! What misery!
    What need! What danger!
    Then I fell ill and Bersi, poor faithful creature,
    She would not leave me;
    She bartered her beauty to keep me alive.
    I bring misfortune even to those
    Who love me.
    It so happened in that pain
    That my poor heart awoke to love.
    In a voice of soft compassion he murmured:
    And yet you live!
    In my eyes is your heaven!
    You are not alone.
    Thy tears of despair I will banish.
    I am beside you,
    To guide your faltering footsteps.
    Smile and hope!
    For Love itself am I! (I AM love!)
    Though thy path be dark with terror,
    Take heart!
    I am the divine!
    I am oblivion!
    I am God.
    Raise your eyes and behold me;
    I come to thee from out of the vault of heaven above,
    Making earth a paradise.
    I am love!
    And the angel hovered near me,
    And kissed me with the cold kiss of death.
    This worthless body is my body!
    Take it wherever you will,
    For I am dead already.

  • Anonyme

    01/12/2010 à 20h22

    Répondre

    Une merveille bouleversante!

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein cinéma, c'est l'actualité et les critiques de films qui sortent au cinéma, en dvd et en bluray .

Des grands classiques aux films d'actions hollywoodiens. Pas de tabous chez Krinein cinéma, hormis, peut-être, les films français qui sont trop souvent oubliés.

Rubriques