9.5/10

Persepolis

Marjane Satrapi, avec Vincent Paronnaud, adapte sans faute sa bd et réalise un film d'animation fort, enjoué et… terriblement vivant !

De 2000 à 2003, l'éditeur L'Association sortait en quatre tomes Persepolis. Cette
bande dessinée autobiographique de Marjane Satrapi permettait de découvrir sous une plume au caractère assuré, non seulement une artiste déjà indispensable sur la scène de la nouvelle bd française mais également un regard personnel sur la révolution islamique puis la vie en Iran de 1978 à 1994, année où la dessinatrice quittera définitivement son pays d'origine.

Avec le succès de cette œuvre, les propositions d'adaptation se sont multipliées, notamment de l'autre côté de l'Atlantique. « C'était tout et n'importe quoi. » C'est en parlant avec Vincent Paronnaud, que les amateurs du neuvième art connaissent mieux sous le nom de Winshluss, que Satrapi voit l'occasion de travailler avec ce dernier et de pratiquer un nouvel exercice.

Mastroianni, Satrapi & Paronnaud (par Eugene Hernandez/indieWIRE)
Mastroianni, Satrapi & Paronnaud
(par Eugene Hernandez)
On retrouve ainsi de manière fidèle le trait Satrapi, sorte de réalisme stylisé en noir et blanc, qui permet une identification facile aux personnages, même si l'action se passe ailleurs (cf. synopsis ci-dessous). C'est l'Iran mais cela pourrait être le Chili, la Corée du Nord, l'Union soviétique, etc. ; une angoisse universelle face au totalitarisme, quel qu'il soit. L'animation entièrement réalisée sur papier donne alors une âme, une profondeur que la machine ne réussie pas (encore) à rendre. Le poids de l'exil se fait sentir, une certaine nostalgie qui devient rapidement notre.

Dans le même temps, ce nouveau support lui permet d'exploiter d'autres formes graphiques qui accentuent les côtés les plus poétiques de son œuvre. Ainsi les flash-back, les vieilles histoires, sont présentés sous la forme de marionnettes marquées par la magie des contes perses, rappelant d'ailleurs le travail de David B, l'un des fondateurs de l'Association, et qui ouvrent la porte à l'imaginaire et au fantasme. Ces effets sont accentués par des bruitages parfois décalés qui lui confèrent un peu de fantaisie.

Persepolis
Persepolis
En effet, si le propos est grave, il est contrebalancé par un humour certain, des pointes d'ironies qui permettent de relativiser aussi les évènements : il reste toujours de l'espoir… Si le lieu et le contexte historique ont leur importance c'est aussi une vision sur l'enfance, ses perceptions, ses rêves (Marjane a huit ans parle avec Dieu et veux devenir le dernier des prophètes…), l'adolescence avec ses doutes (et un premier exil en Autriche), la révolte intrinsèque qui va ici de pair avec une résistance au régime. Les drames aussi, la mort, la perte, la peur, la guerre et l'exil à nouveau comme bouée de sauvetage, comme résurrection.

La construction reste basée sur le même principe que la bd en chapitre, la musique d'Olivier Bernet liant alors les séquences et donnant une cohérence à l'ensemble. Les voix, enregistrées avant la réalisation des animations, rendent une meilleure synchronisation avec l'image. Pour rentrer un peu plus dans le détail, si le travail de Catherine Deneuve et Chiara Mastroianni restent assez neutres (voire un peu froid), on est par contre séduit par l'interprétation de Simon Abkarian dans le rôle du père et celui de Danielle Darrieux dans celui de la grand-mère au langage fleuri.

Marjane Satrapi au fil de ses anecdotes, ses chroniques familiales, dévoile l'histoire d'un monde en conflit, avec ses joies, ses peines, et qui malgré les menaces, le voile, voit la vie se poursuivre, s'adapter, jouer avec ces nouveaux paramètres. La jeune femme garde toujours un recul face à cet ensemble, elle ne juge pas, elle témoigne. Le résultat est fort, enjoué et avant tout… terriblement vivant !

Persepolis
Persepolis
synopsis

Téhéran 1978 : Marjane, huit ans, songe à l'avenir et se rêve en prophète sauvant le monde. Choyée par des parents modernes et cultivés, particulièrement liée à sa grand-mère, elle suit avec exaltation les évènements qui vont mener à la révolution et provoquer la chute du régime du Chah.

Avec l'instauration de la République islamique débute le temps des "commissaires de la révolution" qui contrôlent tenues et comportements. Marjane qui doit porter le voile, se rêve désormais en révolutionnaire. Bientôt, la guerre contre l'Irak entraîne bombardements, privations, et disparitions de proches. La répression intérieure devient chaque jour plus sévère.

Dans un contexte de plus en plus pénible, sa langue bien pendue et ses positions rebelles deviennent problématiques. Ses parents décident alors de l'envoyer en Autriche pour la protéger.

A Vienne, Marjane vit à quatorze ans sa deuxième révolution : l'adolescence, la liberté, les vertiges de l'amour mais aussi l'exil, la solitude et la différence.

Partager cet article
A voir

THX 1138

A propos de l'auteur

20 commentaires

  • Cineman

    29/06/2007 à 23h35

    Répondre

    Un gros gros coup de coeur [img]/cinema/../forum/images/smilies/love.gif" border="0" alt="" />

  • Islara

    30/06/2007 à 09h06

    Répondre

    L'évènement que constitue Persépolis illustre de manière éclatante le grand paradoxe que constitue l'Iran : un pays loin d'être sous-développé, un grand peuple, à l'histoire illustre, une population féminine qui, même si elle porte un voile dans la rue, est éduquée, fait de longues études et accède à des professions d'élite, le tout sous un gouvernement totalitaire à l'Islam assez radical.


    Bizarre autant qu'étrange. Mais je suis optimiste sur l'évolution future.

  • Danorah

    30/06/2007 à 23h06

    Répondre

    Je viens de le voir et j'ai beaucoup aimé


    Comme je suis nulle pour parler de films, je crois que je vais en rester là


    Ah si, j'ajoute que moi aussi j'ai adoré la voix de Danielle Darrieux et la musique était très jolie et collait bien à l'ensemble ^^

  • Danorah

    30/06/2007 à 23h06

    Répondre

    Je réclame le retour des raccourcis pour les smileys !


     

  • Danorah

    30/06/2007 à 23h20

    Répondre

    (Steuplé grand chef )

  • riffhifi

    03/07/2007 à 13h25

    Répondre

    Magnifique.

    Rarement un film m'aura fait passer aussi fréquemment et aussi vite du rire aux larmes. Du vrai rire et des vraies larmes. J'espère qu'il remportera le succès qu'il mérite, c'est vraiment fabuleux

  • Anonyme

    03/07/2007 à 18h33

    Répondre

    Je réitère les compliments.


    Un film puissant, le meilleur que j'ai vu depuis bien longtemps.


    Je suis très heureux de l'avoir vu en n'en connaissant que le synopsis, ignorant de la BD, ainsi j'ai pu vivire pleinement le film.


    J'a vraiment été secoué, par les pleurs et les rires, c'est un film sans fausse note malgré ses multiples facettes, notamment sur ses aspects politiques.

  • weirdkorn

    03/07/2007 à 23h39

    Répondre

    Comme tous les autres, un grand film qui m'a complètement bluffé. Superbes images, superbe musique, super scénario. Il y a juste deux petits coups de mou mais dans l'ensemble, c'est à voir d'urgence.

  • iscarioth

    04/07/2007 à 00h15

    Répondre

    Un film magnifique !


    Comme l'a dit riffhifi, on passe très rapidement et sincèrement du rire aux larmes. Ce film m'a autant amusé qu'il m'a remué. Ca m'a fait m'interroger sur l'idée de vivre libre, et, de mémoire, je crois que c'est le tout premier film qui provoque ca chez moi 

  • hiddenplace

    04/07/2007 à 00h18

    Répondre

    Je sais que j'ai très envie de le voir (pourtant je n'ai pas lu la
    BD, mais j'en ai entendu tellement de bien) mais je ne vais pas avoir
    le temps ces jours prochains.


    Vos commentaires sont presque une torture de ce point de vue-là

  • Kei

    04/07/2007 à 09h50

    Répondre

    Je vais le voir ce WE. J'ai hâte !

  • Prospero

    04/07/2007 à 11h22

    Répondre

    Très, très, très très beau film.

  • Anonyme

    05/08/2007 à 07h18

    Répondre

    Film attachant, voir touchant.....


    On a l'impression que c'est de la fiction, il y a comme un décalage, une illusion, une vie par procuration , une ombre en sa traduction si ce n'est en sa révision . :'(


    Comme un conte de fée


    Quoi qu'il en soit, après avoir vu ce film je n'ai pu m'empêcher de m'interroger sur la Bd 'Le soupir'. Une adaptation grand écran ???


    Bon film, à voir

     

  • froo

    28/08/2007 à 20h13

    Répondre

    Je ne sais pas trop quoi dire, si ce n'est que j'ai énormément aimé ce film... J'en suis encore toute retournée...

  • hiddenplace

    29/10/2008 à 22h49

    Répondre

    Bon alors ça y est, ma faute est réparée, j'ai enfin vu Persepolis (sans avoir lu la BD encore ) ce soir sur Canal.


    Difficile de faire plus constructif que ce qui a été dit plus haut et dans la critique très juste de wqw... l'ensemble m'a beaucoup touchée : l'histoire, si tragique parfois, mais retracée avec recul, poésie et une touche d'humour aux moments opportune ; le graphisme, fort, tranché, très axé sur les non-dits, et d'autant plus délicat qu'il s'agit de l'adaptation d'une BD. Et par ailleurs,  on trouve aussi une certaine douceur dans le traitement des décors, de certaines situations symboliques pour l'auteure.  Par moment, graphiquement, j'ai repensé à l'efficacité et à la beauté des images de Peur(s) du noir, même. Et même si ici il s'agit d'un autre thème, on pourrait presque s''inscrire dans le registres des différentes peurs  : la guerre et ses conséquences insupportables, l'absence de liberté, la difficulté de s'intégrer...


    Je vais m'empresser de me jeter sur les BD, parce que je suis curieuse de découvrir tout ce qui a dû être mis à l'écart pour l'adaptation... Un grand bravo à Marjane Satrapi d'avoir choisi de dépasser (et certainement d'exociser) les passages difficiles de son passé pour nous livrer un témoignage aussi fin, juste, et bien sûr joli.

  • dymE

    29/10/2008 à 23h05

    Répondre

    Ben merde alors.


    J'ai regardé, pareil qu'Hidden, sur Canal, et j'ai trouvé ça atrocement... trop court Franchement, j'ai aimé le film (graphiquement, scénaristiquement, au niveau de l'humour, etc etc...), mais je regrette justement, au vu de sa qualité, que certains thèmes et passages de l'histoire n'aient pas été plus développés... La fin arrive trop vite ! On ne voit même pas Marjane en France (je n'ai pas lu la BD donc je ne sais pas si elle aborde cette partie de sa vie).


    Ca m'a tout plombé, 1h30 c'est vraiment trop court

  • nazonfly

    12/01/2009 à 14h42

    Répondre

    Pas mal, sympa. Mais je m'attendais à mieux.

  • Anonyme

    09/02/2009 à 18h41

    Répondre

    ma fille de 18 ans et mon garçon de 15 ans me l'on fortement conseillés j 'ai longtemps hésitée le coté bande dessinée ne m' inspirait pas beaucoup, finalement je leurs est fait confiance j'ai été agréablement surprise de plus je l'ai vu deux fois.


    L'histoire est sa triste réalitée, les dessins et les voix tout vous tient devant ce document , mon fils là vu en classe de 3ième en voilà une autre bonne idée !.


    Moi j'ai 50ans j'avoue ne pas trop m'intéresser à l'histoire si seulement je pouvait faire quelque chose pour éviter ses situations dramatique la seule chose est bien entendu d'en parler à qui veut bien m'entendre.


    Aprés avoir vu ce film on devient plus consient de la chance que l'on à de vivre en France. 


     

  • Anonyme

    05/05/2009 à 21h15

    Répondre

    Ce film est une chiure phénomenale et je ne me suis jamais autant emmerdé au ciné de ma vie . je le redis , ce film est une diarrhée . JE NE RECOMMANDE PAS ! (sauf pour faire la sieste)

  • Anonyme

    06/04/2010 à 23h50

    Répondre

    elle est venue, elle a vue, elle a vaincu mais aussi et surtout, elle a osé!


     Une marocaine de 16 ans qui a vu ce film exeptionnel et à qui ça a beaucoup plus

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein cinéma, c'est l'actualité et les critiques de films qui sortent au cinéma, en dvd et en bluray .

Des grands classiques aux films d'actions hollywoodiens. Pas de tabous chez Krinein cinéma, hormis, peut-être, les films français qui sont trop souvent oubliés.

Rubriques