5/10

Percy Jackson : le voleur de foudre

Du blockbuster d'adolescent, qui tente de nous faire croire qu'il peut rivaliser avec Harry Potter. Peut-être dans les années à venir, qui sait...

Nouveau Harry Potter ? Rien n'est moins sûr, quand on examine la popularité de ce jeune  héros tout droit venu des Etats-Unis. Les livres ont beau se vendre à des millions d'exemplaires à travers le monde, et constituer déjà cinq tomes, le nom n'est pas encore un incontournable, et peut même prêter à confusion en cette période de Mickael-Jacksonnisme (la sortie de This Is It en DVD / Blu-Ray vient de relancer la machine).
Premier tome adapté au cinéma, donc, par l'éminent réalisateur des premiers Harry Potter : Chris Colombus ; quelques têtes d'affiche pour la forme, bien entendu reléguées à la figuration pour ne pas exploser le budget : Uma Thurman, Sean Bean, et Pierce Brosnan ; et un jeune premier dont le nom ne dira probablement pas grand chose à qui que ce soit, malgré la filmographie de l'adolescent (L'effet papillon, Ce que veulent les femmes, etc.) : Logan Lerman. Ajoutons à ce menu des affiches d'une sobriété toute relative (le jeune garçon en train de faire son dieu avec de bonnes grosses vagues), affublées de slogans racoleurs tel que « être un demi-dieu, c'est mortel ! », puis réfléchissons quelques minutes, et apportons notre conclusion : Percy Jackson sera un film d'adolescent, un vrai, une machine à pop-corn qui ne souhaite pas s'encombrer de second degré.


Le Voleur de Foudre
raconte comment Percy Jackson découvre qu'il est un demi-dieu, qu'il est le fils de Poséidon, que son meilleure ami Glover est un satyre, que son professeur est un centaure, et que Zeus s'est fait piquer sa foudre. Beaucoup de choses à avaler pour un jeune adolescent, et encore davantage pour nous. En tout cas, Zeus n'est pas du genre à finasser : il se persuade que Percy est l'auteur du larcin, et donne quatorze jours à tout le monde pour retrouver sa foufoudre chérie, sous peine de quoi il démonte l'univers. Hadès, jamais le dernier quand il s'agit de faire un coup fourré, se met à rechercher l'objet mythique, et kidnappe la mère de Percy, en guise de monnaie d'échange. Le garçon va donc devoir composer avec Hadès pour récupérer sa mère, et se dédouaner des accusations de Zeus. Etre un demi-dieu, c'est effectivement mortel !
Et qu'en dire ? Chris Colombus rate la marche. Vous savez, cette marche virtuelle entre la crédulité et l'incrédulité, celle qui nous permet de croire que des gens peuvent dévier des balles de pistolet en un coup de poignet (Wanted) ? Bin voilà, Colombus se la prend dans les pieds dès la première scène, quelques lignes de dialogue entre Zeus et Poséidon qui sont à deux doigts de se serrer la main ou de se taper sur l'épaule. Premier petit rire. On ne va pas y croire, il ne fallait pas commencer comme cela, pas aussi franchement. Les "surprises" suivantes perdent de leur force, à l'image de ce Pierce Brosnan paraplégique qui se révèle être un centaure. L'effet spécial est convaincant, le contexte ne l'est pas - une maxime qui résume bien le film. On nous sort une méduse, une hydre, un minotaure, le royaume des enfers, l'équipe des effets spéciaux a fait du bon boulot, certes oui. Mais cette volonté de rendre la mythologie grecque attirante, un peu djeun's, fait vraiment tache. Hermès possède des Converse ? Percy utilise un IPhone pour combattre la méduse ? Un stylo bille cache une épée de bronze ? Les Lotophages habitent un casino de Las Vegas ? Un peu dur à accepter, à partir du moment que l'on a lâché la classe adolescente, et l'absence total de second degré se fait sentir.

Toutefois, n'oublions pas que le métrage fait deux heures, ce qui paraît énorme pour un film de cet acabit. Et pourtant, le rythme n'est pas mauvais, il consomme les minutes facilement, grâce à des péripéties, certes ineptes, mais qui partent d'un bon sentiment. Oui, on se dit parfois que l'idée est défendable, juste mal utilisée, malgré une haute qualité d'effets spéciaux. Aussi burlesque cela puisse être, Percy Jackson a de la ressource magique à revendre, et c'est ce qui parvient à capter notre attention. Avec un plus gros budget et un meilleur scénariste, voire un réalisateur plus bourrin, il est même possible qu'un éventuel prochain opus nous surprenne, qu'il se détache de l'aspect "Narnia" qu'il se donne - mais ne vendons pas la peau du minotaure avant de l'avoir tué.
Une chose est sûre, l'histoire prend de graves libertés avec le récit originel. Simplification à l'extrême, disparition de personnages, modification de l'intrigue, la moulinette Harry Potter est passé par là. Le produit devient très typé, et ne pourra même pas servir à réviser sa mythologie.

Un peu traitées par dessus la jambe, les péripéties de ce Percy Jackson flirtent constamment avec l'inepte, trop ciblées "adolescent" pour pouvoir s'approprier une autre cible. Quelques bonnes idées tombent à plat, les star invitées prêtent plus à rire qu'à impressionner, mais les effets spéciaux sont au poil.

A découvrir

Daybreakers

Partager cet article

A propos de l'auteur

3 commentaires

  • Anonyme

    08/03/2010 à 18h47

    Répondre

    Je ne suis pas d'accord avec vous ! Tout du moins je n'ai pas ressenti le film comme cela ! Les 2h ont passé à une vitesse incroyable et je trouve que tout était bien dosé : la musique pendant le périple à travers les USA, l'humour bien distillé, une histoire passionnante, et la petite scène de fin de générique qui clôt le film en beauté ! J'avais envie d'applaudir ! 

  • kou4k

    10/03/2010 à 19h20

    Répondre

    Damn, si la mise en scène n'est pas catastrophique, il faut bien avouer que le tout prend rapidement l'air d'un film érotique à gros budget...


     Même si le jeu des acteurs est correct, c'est trerriblement kitsch ! 


    Les scènes d'action sont ridicules(le minotaure O_o) et on se cogne le florilège de clichés à deux balles du teenmovie en général, avec le pote black du héros, qui sert de chris tucker nouvelle génération.


    Quitte à faire un teenmovie, autant faire un effort pour la crédibilité du truc, complètement à la ramasse dans le cas présent...

  • Guillaume

    14/11/2010 à 12h49

    Répondre

    Je viens de voir le film. J'ai été plutôt agréablement surpris., surtout que je ne m'attendais à rien du tout.

    J'ai tout le long pensé que le scénariste était vraiment incroyablement fort. Il fallait oser adapter Perseus dans le présent. Dans la droite ligne de tous les remakes hollywoodiens qu'on se tape ses derniers temps. Reprenons les recettes et histoires éprouvées pour refaire du neuf. C'est juste une idée de génie. Réussir autant de placements produits, en leur donnant un intérêt dans l'intrigue. Wow.


    Ceci dit, oui, c'est sûr, ça fait bizarre de voir Zeus et cie dépeints de cette façon là. Comme s'ils s'étaient bel et bien mis à la vie moderne, mais en gardant uniquement les éléments kitchs.

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein cinéma, c'est l'actualité et les critiques de films qui sortent au cinéma, en dvd et en bluray .

Des grands classiques aux films d'actions hollywoodiens. Pas de tabous chez Krinein cinéma, hormis, peut-être, les films français qui sont trop souvent oubliés.

Rubriques