1/10

People, Jet Set 2

Charles de Poulignac (Ruppert Everett) est l'homme à papouilles et à fêtes branchouilles, pour les jets setteurs BCBG tendance grosses nouilles. Mais, il suffit d'une embrouille, et il se retrouve comme une andouille renié de ses pairs nouillles.
Il se débrouille pour revenir sur le devant des sunlights par un stratagème de fripouille qui le mène à John-John (José Garcia) la Queen d'Ibiza.


Après Jet Set (dans lequel un gars de la banlieue -Samuel Le Bihan- s'infiltrait dans la caste des VIP), le réalisateur Onteniente revient avec une autre idée « Voici»: opposer les jets setteurs "vieille France" surannés, derniers vestiges de l'ancien modèle festif, à la nouvelle génération de fêtards sans complexes, branchés made in Ibiza. Les "Pipols" et le futile sont à la mode, il serait dommage de ne pas en tirer avantage. Et tant qu'à faire, histoire de surfer sur la vague du succès de Jet Set, Onteniente appelle son nouveau film Jet Set 2, même s'il ne s'agit pas de sa suite. Une première tromperie sur la marchandise qui va s'accentuer à la vision (d'horreur ?) de People, Jet Set 2.

Onteniente, auréolé du succès de Jet Set s'est cru capable de faire aussi bien avec plus de moyens, mais avec moins d'idées, et surtout moins de talent !
Comment le formiiidable Charles de Poulignac regagnera-t-il les faveurs des VIP ? Comment les feux de l'amour gay finiront-ils... ? Le film qui se voulait le reflet sarcastique de la vanité et superficialité des Peoples se révèle encore plus futile et creux qu'eux. L'histoire plate, dépourvue d'enjeux et de véritables ressorts scénaristiques, est des plus inintéressantes.
La direction d'acteurs est catastrophique. Jouer des faux-culs de premier choix ne justifie pas de jouer aussi faux et aussi mal. Ruppert Everett habituellement si classieux, si finement et subtilement anglais semble parachuter chez les bidasses des années 70. Elie Semoun rejoue un de ses sketchs. A chaque répartie (heureusement elles sont rares) de l'amant de José Garcia, c'est tout juste si on ne se retient pas de lui faire avaler ses haltères.(...) Seul José Garcia bénéficie d'un microclimat de talent. La brochette d'acteurs sous exploités ou fourvoyés dans ce film catastrophe rajoute au gâchis.
Mais, le plus regrettable dans cette comédie, c'est qu'elle ne fait pas rire. Le comble pour une comédie. Onteniente et ses camarades d'infortune s'enfoncent dans les caricatures, les longueurs et les clichés peace & chèvre love. Finalement, le pire dans le film est la recherche constante de scènes comiques maxpecasiennes qui s'heurte à la paralysie quasi totale des muscles zygomatiques amenant progressivement mais irréversiblement à une consternation de tous les instants du pauvre spectateur, victime malheureusement consentante.

Jet Set était une comédie gentiment satirique sur les illuminés strassés et starisés qui brillaient aussi bien par leur paraître que par leur vacuité. Le film demeurait honorable et surtout drôle. Peut-être aussi parce qu'il était sans prétention. People, Jet Set 2 pèche probablement par orgueil. On nous rejoue La cage aux folles à Ibiza, sans l'exubérance de Serrault, mais avec la démesure de Garcia et le cafouillage maladroit d'Onteniente.
A trop regarder l'abîme des gens qui n'ont rien à dire, rien à faire mais qui le font avec ostentation, on finit par faire de même.

A découvrir

Rock Academy - DVD

Partager cet article

A propos de l'auteur

4 commentaires

  • Nicolas

    30/05/2004 à 00h00

    Répondre

    Immonde, ignoble, les mots me manqueraient pour qualifier cette horrible preuve du mauvais goût du cinéma français censé comique. Mis à part un José Garcia professionnel au possible, et un type complètement shooté comme on les adore, rien à voir ni même à sauver.

  • Alessandro

    30/05/2004 à 00h01

    Répondre

    J'avais particulièrement aimé le premier Jet Set. Enfin, un film satyrique osait casser le mythe des people évoluant entre deux eaux dans leur aquaruim d'artifice, de superficialité. En revanche, la vraie-fausse suite de Jet Set est consternante. Tout est nullissime! On souffre pour Ruppert Everett. Il évolue maladroitement dans une histoire qui au bout de cinq minutes confirme le jugement du spectateur qu'il est en train d'assister à la diffusion d'un navet. Ciao, amore!

  • Anonyme

    31/05/2004 à 00h02

    Répondre

    Pourquoi José Garcia peut accepter de jouer dans un film aussi pourri? Avait-il pris un cachet d'exta avant de lire la scenario?.....

  • Anonyme

    12/06/2004 à 00h03

    Répondre

    Pour un film "comique", c'est loupé je crois. Pourtant avec le bon acteur José Garcia on pourrait arriver à un truc "potable": même pas.
    Un film creux, sans histoire, pas marrant: encore un film qui sert à rien.

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein cinéma, c'est l'actualité et les critiques de films qui sortent au cinéma, en dvd et en bluray .

Des grands classiques aux films d'actions hollywoodiens. Pas de tabous chez Krinein cinéma, hormis, peut-être, les films français qui sont trop souvent oubliés.

Rubriques