8.5/10

Dans la peau de Jacques Chirac

« La France a besoin d'un homme de courage, de résolution ». C'était en 1981, pour la campagne présidentielle de Jacques Chirac. Une chanson écrite et chantée en son honneur, qui sonne aujourd'hui comme un monument du kitsch. Une chanson ressortie des vieux tiroirs pour faire le générique d'une fausse autobiographie de notre président, signée par Michel Royer et Karl Zéro. Dans la peau de Jacques Chirac, c'est un travail de montages d'images d'archives, des années soixante à aujourd'hui, de Pompidou à la crise du CPE. Le montage est commenté par Didier Gustin, imitant Jacques Chirac. « J'en ai fait des conneries ». Le film commence par la plus grosse, tout au moins aux yeux de Karl Zéro et des Guignols : la dissolution.


« Plize you stop naow... Bonjour ! »

Après quinze premières minutes un peu mollassonnes, le rythme du film s'accélère pour ne plus redescendre d'un cran. L'un des thèmes du film, c'est la façon dont Chirac gère son image. Le long métrage souligne ses multiples discours contradictoires, ses innombrables gaffes et hauts moments de ridicule. Dans la peau de Jacques Chirac souligne un parler et une conduite typiquement politicienne qui, incarnée par Chirac, grand débonnaire surexpressif, prête forcément à rire. Des interventions télévisées où l'on cherche l'oeil de la caméra un sourire charmeur aux lèvres, les petites phrases et slogans chocs, l'esquive de journalistes aux questions trop ardues... Bref, tout un tas de disciplines dans lesquelles Chirac excelle. Chirac, mis en image par Karl Zéro, n'est plus président, c'est un comique de haut vol, irrésistible. S'il y a bien une chose que les politiciens travaillent, c'est leur communication. Ainsi, voir et écouter certains politiciens parler peut être tout à fait risible. Ceux-ci décomposent leurs phrases et adaptent leur expression faciale en fonction de la légèreté ou de la dureté de leurs propos. En quelques secondes, on passe d'un bout de phrase à l'autre, d'une expression à l'autre, de façon quasi robotique. Loin de moi l'idée de transmettre un quelconque message politique, mais dans cet art de l'articulation et de la parade, Jacques Chirac est un véritable champion. Rajoutez à ce naturel débonnaire et gaffeur un texte écrit avec beaucoup de verve, d'humour et de pertinence par Michel Royer et Karl Zéro, et vous obtenez un film à fous rires.


Une bouffonnade qui a du fond

Même les propos les plus choquants de Jacques Chirac rapportés par le film (le fameux discours sur le bruit et l'odeur), commentés et mis en scène par Royer et Zéro, provoquent rire ou sourire. Dans la peau de Jacques Chirac n'est pas un film de dénonciation au sens strict du thème. Le but du long métrage n'est pas le discrédit construit (comme on a pu le voir avec Fahrenheit 9/11 de Moore) mais la bouffonnade. Une bouffonnade qui a tout de même un fond véritable. Par des formules ironiques ou assassines, Didier Gustin commente des images qui, avec le recul dont nous bénéficions, ont de quoi faire grincer des dents. Mais les choses s'arrêtent là, le film ne poursuit pas sur la route de l'analyse. Pendant une heure trente, de manière plutôt construite, nous nous remettons en tête et en images le parcours de Jacques Chirac. Pompidou, Valérie Giscard d'Estaing, l'opposition sous Mitterrand, l'élection de 1995, la dissolution, la réélection face à Le Pen et, finalement, les ères Raffarin, Sarkozy et Villepin. Les sujets politiques évoqués dans ce film ne prêtent pas, en eux-mêmes, à rire. Pourtant, l'hilarité est au rendez-vous. Souvenons-nous des Guignols appelant Jacques Chirac « Supermenteur », des manifestants souhaitant élire un « escroc plutôt qu'un facho » en 2002. La description qui est faite de Chirac, présenté comme un homme sans parole, dont la pensée virevolte au vent, ne sera une découverte pour personne, tant le président a déjà été mille fois moqué par le passé. Pourtant, on ne se lasse pas de revoir certaines images : les joueurs de l'équipe de France dont il ne connaît le nom, la coupe du monde qu'il confond avec celle de France, son anglais pittoresque, etc... Des images vues et revues qui, placées dans ce nouveau contexte, voient leur impact comique décuplé.


Dans la peau de Jacques Chirac est un film jubilatoire, loin de toute dénonciation politique rageuse mais pourvu d'un fond véritable, bien que peu développé. Un film fort appréciable, surtout en comparaison de l'habituelle production comique française, consensuelle, fade et sclérosée.

A découvrir

Marie-Antoinette

Partager cet article
A voir

Reeker

A propos de l'auteur

12 commentaires

  • tyler

    02/06/2006 à 20h31

    Répondre

    Ouf me voila rassure

    Surtout que le film depasse largement les objectifs fixés par les créateurs du film

    Ils espéraient faire 3000 places au demarrage du film, ils sont en train de depasser ce score et ce n'est que le debut

  • Otis

    02/06/2006 à 22h17

    Répondre

    Ne serait-ce que pour Karl Zero, j'irai voir ce film. Je suis un peu "triste" qu'il soit viré de Canal.

  • Murphybox

    03/06/2006 à 01h30

    Répondre

    ne serait que parce que c'est karl zero je n'irais pas voir ce film. Ce mec est une grosse honte et ne sais rien faire d'intelligent si ce n'est du cassage de la droite, aucun interet.Son émission n'avait rien d'interessant, les guignols sont bien plus critiques et analysateur (jsais pas si ca existe lol), j'attendais impatiemment que son émission pourrie soit enlevée de la grille des programmes. Mais j'suis d'accord avec ton texte, c'est pour ca que je n'irais pas. j'suis d'accord avec le fait aussi que Jacques Chirac soit un vrai homme politique, surement un des plus beaux parleurs dans les hommes politiques d'en ce moment mais ca n'a rien a voir avec lui, c'est ca le boulot d'un politique.
    Je n'ai pas mis de note, bien sur, puisque je ne l'ai pas vu.

    Tout ca n'est que mon avis...

  • Otis

    03/06/2006 à 13h25

    Répondre

    Si ça se trouve, Karl est de droite ; de tte façon, c'est sans doute naif de ma part, mais son émission était une autre manière de concevoir la politique et de l'appréhender : tutoiement, reportages pas aussi racoleurs qu'un "Droit de savoir" ; alors c'est sûr qu'il y avait des passages caricaturaux, mais le face à face avec le politique était toujours instructif, on sentait qu'on ôtait la cravate et qu'on y allait franco. Je salue l'effort.

  • Emeric

    03/06/2006 à 13h37

    Répondre

    Le film (que je n'ai pas vu) semble donc de qualité, cependant "mérite"-t-il d'être diffusé au cinéma ? Autrement dit, pourquoi n'a-t-il pas été diffusé sous la forme d'un reportage à la TV

  • Guillaume

    03/06/2006 à 14h09

    Répondre

    Ca me gêne de poser la question de ce qui est ou non diffusable au cinéma, sinon, j'ai bien peur qu'on puisse dire que 3/4 des films ne le méritent pas

  • Emeric

    03/06/2006 à 14h49

    Répondre

    Guillaume a dit :
    Ca me gêne de poser la question de ce qui est ou non diffusable au cinéma,


    Egalement, d'où mes " " car le verbe est pas très approprié. Je m'interrogeais sur les raisons du choix de cette diffusion. Karl, si tous nous lit ...

  • tyler

    04/06/2006 à 13h02

    Répondre

    Dommafe, je l'aurais bien vu chez TF1 un dimanche soir

    Evidemment, je prefere le voir au cinema qu' a la television

    Je ne pense pas qu'on puisse appeler le film un reportage, c'est plus une satire reussie car le reportage est fait pour nous informer, nous apprendre quelque chose, eet je ne pense pas que ce soit la volonte de K.Zero

  • Garf

    04/06/2006 à 23h38

    Répondre

    J'crois qu'aucune chaîne n'a voulu participer à la prod du film alors qu'il soit diffusé à la télé...c'est une utopie! Quoique si ça marche, les dirigeant de chaine vont pas dire non!!!

  • El Zozio

    06/06/2006 à 20h27

    Répondre

    Je l'ai vu et j'ai beaucoup aimé!

    On peut applaudir le texte de Karl Zero, et surtout le montage très bon qui a du prendre ENORMEMENT de temps.

    clap clap

    C'est vraiment un film a voir, enfin si vous trouver une salle qui le diffuse....

  • iscarioth

    06/06/2006 à 21h01

    Répondre

    Notamment dans le film :

  • Anonyme

    10/10/2008 à 17h09

    Répondre

    Une vie faite d amour et de passion


    Une vie au service de l autre

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein cinéma, c'est l'actualité et les critiques de films qui sortent au cinéma, en dvd et en bluray .

Des grands classiques aux films d'actions hollywoodiens. Pas de tabous chez Krinein cinéma, hormis, peut-être, les films français qui sont trop souvent oubliés.

Rubriques