3/10

Passion du Christ (La)

Calvaire

Je ne pense pas pouvoir me doter du droit d'apposer jugement ou critique sur une « histoire » aussi sacralisée que peut l'être celle du Christ, ni sur les hypothétiques aboutissements de tel ou tel comportement historique ou non. Et c'est pourquoi je ne parlerai ici de La Passion du Christ que de la façon qu'il convient au mieux de le citer ; C'est-à-dire comme un film. Car, entendons-nous bien, il ne s'agira aucunement de philosophie ou de spiritualité dans quelque forme que ce soit, mais bien de deux heures pleines et entières de tortures physiques et châtiments corporels dans leurs formes les plus éloquentes. Ce que Gibson a fait de William Wallace en un quart d'heure de la fin de Braveheart, il l'inflige à son messie en version longue et sans anesthésie. Ames sensibles, promenez votre regard ailleurs. Car violence et barbarie n'auront jamais été aussi mises en valeur qu'ici bas.
Mais l'éloge d'un tel déluge de souffrance n'en oublie-t-elle pas de se trouver un sens, une cause à défendre, un sentiment à exposer ? La Passion. La conviction du Christ en sa sainte ascendance, en son divin salut, en ses propres aspirations. Tel le mot « Liberté » hurlé du corps meurtri de Wallace sur la table de torture, Jésus endure maux et plaies sans jamais se détourner de la voie qu'il a lui-même tracée. Etait-ce donc à cela que Mel Gibson voulait rendre hommage en s'emparant des douze dernières heures de la vie du Christ ? Ou voulait-il honorer les pieux sentiments que sont le sacrifice et le courage à travers le récit d'une souffrance sans réel fondement ?

On comprend alors aisément le vent de polémique qui précéda la sortie du film, et les nombreuses difficultés rencontrées pour y associer un distributeur. Et l'on se surprend d'autant plus des conséquences engendrées. La réactivité du public reste elle uniforme, bien qu'à plusieurs échelles. La Passion du Christ est un choc, comme pourrait l'être un massacre filmé et passé aux informations à une heure de grande écoute. Mais l'on se demande parfois si cela était sa seule vocation, ou si Gibson ne propagande pas à sa manière. Les scènes au ralenti occupent aussi une large portion du film, magnificiant le moindre trébuchement comme s'il était alourdi de tous les pêchés de la condition humaine. Et encore. Et encore.
La crucifixion, après de longues minutes d'acharnement sur un corps lacéré de toutes parts, finit de plonger la salle dans le désarroi le plus total. Des hoquets d'effroi résonnent de jeunes gorges venues trembler devant d'horrifiques scènes de violence très poussée, joyeux d'avoir les treize années nécessaires à l'obtention du ticket de cinéma ; des sanglots s'échappent des quatre coins de la salle ; d'autres se cachent les yeux pour échapper à l'image d'une douleur qu'ils sont pourtant venue voir. A peu de choses près, on se méprendrait à contempler une séance de film d'horreur qui aurait fait salle comble. Qu'auront-ils à raconter en sortant de la salle ? Le dégoût, qu'il soit positif ou négatif, qu'ils auront eu à regarder un homme endurer mille maux pour ses convictions ; la souffrance démesurée par des dizaines de millions de dollars, qui s'oublie entre les mains d'un réalisateur plus occupé à la mettre en valeur qu'à lui insuffler une quelconque étincelle d'intérêt.

Je ne considère pas avoir vu un film. Je n'ai vu que le massacre d'un être humain sur grand écran, et je n'y ai point décelé de message qui en valait la peine. Et donc pas d'intérêt. Je concède le 3/10 pour les acteurs et la caméra mielleuse de Mel Gibson, mais pour rien d'autre.

Partager cet article

A propos de l'auteur

11 commentaires

  • Tony Montana

    23/12/2005 à 13h23

    Répondre

    Je respecte chaque avis, et chaque critique aussi . Mais désolé, je ne partage pas la meme opinion que toi, car pour moi, je trouve que au contraire dans ce film, il ne fallait pas s'arrêter seulement au niveau des images (parfois très durs je l'avoue), mais il fallait décoder les message ou plutôt le message présent dans ce film, car pour moi il y en avait belle et bien un . Ce film nous montre la cruauté des gens, leurs lacheté, et que même si ils vous on accueillis à bras ouvert la veille ils peuvent vous rejetez le lendemain sans aucune pitié. C'est un regard sur notre société, qui même si les siècles on passés, est toujours la même, dans le sens ou les gens ne pense qu'à eux, qu'à leurs propre personne. Personnellement j'ai beaucoup apprécié ce film.
    ET encore une fois, chacun est libre de penser ce qu'il veut car comme on dit, les gouts et les couleurs ne se discute pas !!!

  • Choucroot

    24/12/2005 à 22h56

    Répondre

    Je n' ai pas vu ce film, et ne le verrai jamais.
    Par contre j' ai vu l' épisode de South Park "The Passion of the Jew", et rien que pour ca, vive Mel Gibson
    Mais pour en revenir au commentaire precedent, soit, mais je ne suis pas sûr qu' un film ( selon toi ) sur la méchanceté des gens illustré par le martyre du christ a cause des juifs soit tres fin, donc louable...

  • Castel

    25/12/2005 à 12h08

    Répondre

    En même temps en regardant le film tu vois bien que Jésus, les apôtres et tous et toutes (Romains mis à part) sont juifs, donc parler de film anti-juif est carrément hors de propos : les responsables de l'exécution du Christ étant avant tout les prêtres du Temple qui sentent leurs intérêts menacés et montent la foule contre lui. J'ai d'ailleurs bien aimé tout le passage avec Pilate, ses doutes et son abandon. De même pour les doutes de Jésus à la toute fin.
    Mais c'est vrai que le film est un carnage en long et en large, si on veut le critiquer c'est surtout ça qu'on doit mettre en avant, pas de supposées intentions malignes de Gibson.

  • Choucroot

    25/12/2005 à 14h03

    Répondre

    Si tu le dis, autant pour moi

  • Meow

    05/04/2006 à 19h13

    Répondre

    Tout à fait d'accord avec la critique de Nicolas : une scène de torture d'environ une heure trente. C'est dur, c'est le moins que l'on puisse dire mais c'est aussi très ennuyeux.
    Pourtant c'est dommage parce que le début du film est interessant, avec ses lumières, ses ralentis, ses non-dits qui commencent d'entrée à plonger dans une ambiance mystique qui vire malheureusement vite à la complaisance masochiste.
    Ensuite, la polémique sur le fond de l'histoire avec des romains qui laissent entièrement reposer la responsabilité de ce massacre sur le peuple juif reste une interprétation parmis tant d'autres.
    De toute façon, c'est le genre de sujet sur lequel on aura toujours quelque chose à redire.
    Juste un film sans une once d'interet du coup...

  • mordanlam

    08/04/2006 à 22h51

    Répondre

    j'ai pa trop aimé ce film qui est trop partisant. de toutes les manieres le Christ laisse entendre dans les evangiles qu'il admirait Judias l'Iscariot plus que tous autre de ses apotres puisqu'il a été le seul a sacrifié l'enveloppe qui faisait de lui un homme

  • Anonyme

    20/09/2007 à 21h25

    Répondre

    C'est sur çà change des films de jesus que l'on a pu voir jusqu'ici, toujours beau, propres, presque si on ne verrais pas leur mascara avec leur grands yeux verts et de sacés pectoraux sachant que la famine de ce dernier faisait partis de la torture. Mais voila, on nous a montré cette triste réalité, regardez d'un peu plus prés certaines actualités et vous verrai bien que l'homme barbare n'a pas vraiment changé et ce n'est pas par l'influence de ce film, ça toujours été ainsi, exemple rappeler vous ce qu'hitler à fait et a l'epoque mel gibson et autres acteurs n'etaient pas nés. Bref ce que j'ai retenu dans ce film c'est qu'un homme bon, doux et chaleureux a été tuer par jalousie.  Et certains critiquent négativement par jalousie. Moi je le regarderai une 3 eme fois bien volontier. l'acteur joue tres bien ce personnage "jesus". Que ceux qui critiquent n'en qu'a prouver leurs propres talents, s'ils en ont un bien sur.

  • Bung

    13/04/2008 à 02h43

    Répondre

    Arf.


     Je peux tenter de prouver mon talent à la murge, pas au tournage je n'ai pas de thunes !

  • Islara

    24/11/2008 à 13h30

    Répondre

    Un film sur la Passion du Christ, c'est finalement le thème qui pose problème et le choix de cette partie de la vie du Christ, qui est la plus rude... A mon avis, Mel Gibson (fervant chrétien un tantinet traditionnaliste d'ailleurs) n' a rien cherché d'autre que de transcrire fidèlement les évangiles.


    Alors après, forcément, les réactions sont variées : le film choque, ennuie, émeut, horrifie, fait réfléchir, énerve, touche certains au coeur... tout était possible.


    En ce qui me concerne, j'ai apprécié sa fidélité aux évangiles et sa volonté d'authenticité avec les dialogues en araméen et en latin (il fallait le faire quand même), et ses romains cruels (n'oublions pas que ce sont eux qui ont inventé les jeux du cirque).

  • Anonyme

    20/12/2008 à 23h48

    Répondre

    je ne considere pas la passion du christ de mel gibson comme une tentative de glorification de l' souffrance ou meme d'une forme d'exaltation  de la l'horreur subie par le Christ dans la passion du Christ selon Mel Gibson. j'ajoute que la realite ne doit pas etre edulcoree, elle est ce qu'elle est apres tout, il faut bien l'accepter  et que malgré les accusations dont on abreuve le realisateur , de supertitions,ou meme de bigoterie, il semble que le film reste assez fidele a la verité


    je n'ai pas l'impression pour ma part qu'il faille surproteger la jeunesse a laquelle nous devons l'honeteté faute de quoi elle risque de se reveiller un beau matin d'un beau, charmant, mais naif reve de realite edulcorée qui les laisserait desarmee face aux defis a relever.


    en conclusion , le cinema devrait ainsi etre plus realiste afin de remplir sa veritable vocation, nous armer, et nous encourager  face aux dures realites de l'existence et j'affirme que la passion du Christ  de Mel Gibson  en est un tres digne exemple

  • Bung

    21/12/2008 à 09h00

    Répondre

    je n'ai pas l'impression pour ma part qu'il faille surproteger la
    jeunesse a laquelle nous devons l'honeteté faute de quoi elle risque de
    se reveiller un beau matin d'un beau, charmant, mais naif reve de
    realite edulcorée qui les laisserait desarmee face aux defis a relever.


    En voilà un beau paragraphe, j'espere que tu pensais à tous les films et pas qu'a celui là

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein cinéma, c'est l'actualité et les critiques de films qui sortent au cinéma, en dvd et en bluray .

Des grands classiques aux films d'actions hollywoodiens. Pas de tabous chez Krinein cinéma, hormis, peut-être, les films français qui sont trop souvent oubliés.

Rubriques