7/10

Panic room

Prenant, mais sans surprise

Récemment divorcée, Meg Altman (Jodie Foster) emménage dans une demeure à New York avec sa fille Sarah. Outre le luxe et la grandeur de l'édifice, la demeure a ceci de particulier qu'elle est dotée d'une "panic room", c'est à dire une sorte de bunker de survie destiné à servir de dernier remparts contre d'éventuels cambrioleurs. Et évidemment, dès la première nuit passée dans la maison, le pire survient...

Panic Room fait partie de la catégorie des films au scénario tenant sur un ticket de métro et pourtant efficace. C'est clair que l'idée n'a pas été cherché bien loin, on croirait plus ou moins que David Fincher s'est contenté d'adapter son Alien III en recyclant les aliens en cambrioleurs, le pénitencier en Panic Room. D'ailleurs, c'est là aussi un sentiment d'enfermement et d'oppression que le cinéaste tente de transmettre au spectateur. Avec bien peu de succès... on reste bien tranquille, bien passif calé dans le fond de son fauteuil en attendant que ça se passe. Mais ne soyons pas injuste, il y a tout de même quelques moments de tensions : c'est toujours fascinant d'entendre sa voisine de cinéma murmurer un "vas-y !" pendant qu'à l'écran l'héroïne tente désespérément d'attraper son téléphone portable afin d'appeler la police. Si c'est pas de l'interactivité ça !

A défaut d'une impression d'étouffement et/ou de suffocation, on retiendra la plus grande qualité du film, son esthétisme. C'est bien filmé, on voyage littéralement dans la maison grâce à des mouvements de caméras traversant les murs et les plafonds, volants à travers les pièces. Le soucis du détail est inhabituel mais remarquable : lorsque l'un des cambrioleur tente de détruire un mur grâce à une masse, on a le droit à un gros plan nous montrant nettement les particules de poussières en vibration. Toutes ces petites choses créent une atmosphère particulière, sans pour autant sombrer dans le ridicule. Bien dosé.

Finalement, Panic Room est une réussite indéniable, moins original que Fight Club certes, le film parvient à planter un décor réaliste et prenant, sans tomber dans le grotesque ou le film catastrophe facile. C'est dépaysant, amusant par moment, et rien que pour Raul, le cambrioleur à la cagoule, il faut se déplacer jusqu'au cinéma...

Partager cet article
A voir

Panic room

A propos de l'auteur

Guillaume est le fondateur et le rédacteur en chef de Krinein. Curieux et passionné par la culture au sens large, il poursuit sa route sur les chemins tumulteux de la critique culturelle.

1 commentaires

  • Anonyme

    21/01/2010 à 22h24

    Répondre

    Je n'ai jamais vu Panic Room, mais je suis fane de Kristen Stewart et j'ai vu Speak et Twilight ! Elle est vraiment MAGNIFIQUE

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein cinéma, c'est l'actualité et les critiques de films qui sortent au cinéma, en dvd et en bluray .

Des grands classiques aux films d'actions hollywoodiens. Pas de tabous chez Krinein cinéma, hormis, peut-être, les films français qui sont trop souvent oubliés.

Rubriques