Oscars 2008 : le palmarès

On va vous en rebattre les oreilles à longueur de journée : Marion Cotillard a eu l'Oscar de la Meilleure Actrice pour son incarnation d'Edith Piaf dans La Môme. Voilà, c'est la première fois qu'une actrice française remporte cette récompense depuis Simone Signoret en 1960 pour Room at the top. On est content pour la jeune actrice, mais la récompense reste étrange puisque La Môme est un film français... on se demande donc pourquoi les Oscars récompensent d'habitude des acteurs et actrices américains, si la compétition est internationale !

A part ça, le grand vainqueur de cette année est incontestablement le film des frères Coen No country for old men, qui repart avec les statuettes du Meilleur Film, de la Meilleure Réalisation, de la Meilleure Adaptation et du Meilleur Acteur Secondaire (Javier Bardem) ; et le gros déçu, c'est Michael Clayton, nominé dans presque toutes les catégories et vainqueur seulement de l'Oscar du Meilleur Second Rôle Féminin (Tilda Swinton).

A l'Oscar de la Meilleure Photographie, on peut regretter que Roger Deakins, nominé deux fois (pour No country for old men et surtout L'assassinat de Jesse James par le lâche Robert Ford), reparte les mains vides...

Academy Awards 2008 :


Meilleur Film
No country for old men

Meilleurs Réalisateurs
Joel Coen & Ethan Coen (No country for old men)

Meilleur Acteur
Daniel Day-Lewis (There will be blood)

Meilleure Actrice
Marion Cotillard (La Môme)

Meilleur Acteur dans un Rôle Secondaire
Javier Bardem (No country for old men)

Meilleure Actrice dans un Rôle Secondaire
Tilda Swinton (Michael Clayton)

Meilleur Scénario Original
Diablo Cody (Juno)

Meilleur Scénario Adapté
Ethan Coen & Joel Coen (No country for old men)

Remarquez la similitude entre les affiches
Remarquez la similitude
entre les affiches
Meilleure Photographie
Robert Elswit (There will be blood)

Meilleur Montage
Christopher Rouse (La vengeance dans la peau)

Meilleure Direction Artistique
Dante Ferretti & Francesca Lo Schiavo (Sweeney Todd)

Meilleurs Costumes
Alexandra Byrne (Elisabeth : L'âge d'or)

Meilleurs Maquillages
Didier Lavergne & Jan Archibald (La Môme)

Meilleure Musique
Dario Marianelli (Reviens-moi)

Meilleure Chanson
Glen Hansard & Markéta Irglova (Once)

Meilleur Son
Scott Millan, David Parker & Kirk Francis (La vengeance dans la peau)

Meilleur Montage Son
Karen M. Baker & Per Hallberg (La vengeance dans la peau)

Meilleurs Effets Spéciaux
Michael L. Fink, Ben Morris, Trevor Wood & Bill Westenhofer (A la croisée des mondes : La boussole d'or)

Meilleur Film d'Animation
Ratatouille

Meilleur Film Etranger
Die Fälscher / Les Faussaires (Autriche)

Meilleur Court Métrage
Le Mozart des Pickpockets


Voir la liste des nominations

A propos de l'auteur

14 commentaires

  • SOPHY&

    27/01/2008 à 04h02

    Répondre

    J'espère que ce film fera connaître au grand public Cormac McCarthy, auteur majeur de la littérature contemporaine américaine, digne successeur, à mon avis, de Faulkner...

  • Anonyme

    27/01/2008 à 13h02

    Répondre

    Attention SPOILER


    Je ne vois pas bien en quoi la fin est ouverte. Llewelyn se fait buter par les mexicains au motel, qui n'ont pas le temps de retrouver le fric. Après coup, Chigurh vient récupérer le fric dans les conduits d'aération (on voit le shérif contempler la plaque dévissée). Enfin, Chigurh va buter Carla Jean qui refuse de jouer à pile ou face (il regarde ses chaussures pour vérifier qu'elles ne sont pas tâchées par le sang). Les morts de Llewelyn et Carla Jean étant inévitables et prédites ("you know how it's going to end"), il était inutile de les filmer. Beaucoup plus sujettes à l'interprétation sont les scènes montrées, et non les ellipses : à savoir l'accident de Chigurh et son dialogue avec les gosses, ainsi que les deux scènes finales avec Tommy Lee Jones.

  • Anonyme

    27/01/2008 à 18h13

    Répondre

    ...en tout cas 7 pour un film de ce genre c'est mal noté


     

  • Anonyme

    27/01/2008 à 18h29

    Répondre

    Léger Spoil


    Bon je sens que j aurai a faire un meaculpa, mais e peux m'empecher de reagir et de m'avancer en demandant (Bouffée d'air et raclement de gorge..) : Pourquoi "a la David Lynch" ? Je suis un cinephile tres tres amateur mais du peu que j ai vu de lynch (Dune a part hein la blague), j arrive pas a comprendre le rapprochement, se fait-il du coté de l'esotérisme evoqué dans le texte dans la scene finale, alors est-ce les plans du desert lors de la poursuite de nuit, est ce le desert lui meme, ou enfin (navre de la longueur) les personnage qui semble parfois totalement isolé ou meme pour certains (plutot tres secondaires..) sortis "de nulle-part" ? Enfin voila,je sais que ce n'est pas tres etayé ni argumenté comme commentaire mais c est avant tout une question.


    M'enfin pour donner quand meme mon humble et partiel avis ,je trouve que par rapport a Lynch (et je repete ca n engage que moi) dans ce film, son deroulement et sa "thematique" (ce mot est mal-appropiré m'enfin..), j ai eu l'impression de pas avoir besoin d'etre "initié" comme devant Mullholand Drive (j'ecorche navre..) ni d'avoir affaire a un film dont certain aspect ,malgre les symetries etc.. (il y a aussi des symetrie dans le Coen hein !), m'echapperait de toute facon car trop "cloisonné".. Enfin voila Navré et dans l'espoir d'une reponse plus habile que ma question !

  • Anonyme

    28/01/2008 à 14h59

    Répondre

    Tout à fait d'accord avec Naxos, du point de vue de l'histoire proprement dite, il n'y a rien qui reste en plan. Pour l'image d'Anton qui s'éloigne avec son bras en écharpe, je rapproche ça d'une remarque de Tomy Lee Jones qui dit grosso modo que ce tueur est "un fantôme". Si Anton est un fantôme, impossible à stopper, c'est qu'il représente le Mal avec un grand M (y compris la part de hasard qui fera que certains innocents croiseront ou non la mort, et pourront même croire qu'ils jouent avec elle à pile ou face)


     

  • Anonyme

    29/01/2008 à 12h46

    Répondre

    Re-SPOILER


    Smouales, je pense que justement, on a tort d'en faire un fantôme, une incarnation absolue du Mal. Les scènes où Chigurh est blessé, ainsi que la scène face à Carson Wells, où Chigurh semble vexé (petit sentiment très humain subtilement exprimé) qu'on puisse le traiter de fou servent à nous rappeler qu'il s'agit bien d'un être en chair et en os, qui peut aussi éprouver des sentiments très communs (douleur, susceptibilité, puérilité quand il se montre déçu que Carla Jean refuse de jouer à pile ou face, reconnaissance envers les gamins, voire peut-être attirance, puisqu'ils les observent dans son rétroviseur avant son accident) et c'est ça qui le rend d'autant plus flippant, car alors on se rend compte que c'est un véritable être humain qui est capable de toute cette horreur, et non une machine ou une abstraction (le mal absolu).


    Senior, je comprends rien, c'est quoi ta question ? 

  • Shingo

    29/01/2008 à 14h05

    Répondre

    Naxos tu parles vrai !


    Je comprend pas toutes ces critiques parlant du mal absolu et blablabla. Moi je toruve qu ils ont voulu le rendre dumain, voire meme pas vraiment classe vu sa coupe de cheveux. Et c'est ca qui est pas mal, qu'un perso comme ca arrive a mettre de la tension !


    sinon pour la fin du film, j'etais decu. Je veux dire c'est pas bete d'arreter un thriller sur le flic qui laisse tomber trop fatigué par ce qu'il a vu. Quand j'y pense un peu je me dis meme que c'est une idée enorme, que je n'avais jamais vue au cinéma: le flic qui abandonne et donc le film qui s'arrete    Mais voila j'ai trouvé ca tres mal amené, une fin batarde et bancale au lieu que ce soit la grande classe.

    En bref a voir c'est sur, mais je ne pense pas que l'on tienne la un futur classique / film culte

  • Anonyme

    30/01/2008 à 02h54

    Répondre

    Je voudrais seulement savoir qui a traduit le titre en français car malheureusement No country for old men n'a jamais voulu dire Non ce pays n'est pas pour le vieil homme mais plutôt qu'il n'y a pas de pays pour les vieux (hommes). 

  • nazonfly

    21/02/2008 à 21h46

    Répondre

    Je suis entièrement d'accord avec riffhifi pour son parallèle avec David Lynch.


    No Country for Old Men m'a fait penser à 3 Enterrements (par exemple) pour son ambiance, à n'importe quel film de Tarantino pour la violence maîtrisée, la construction des personnages (faut dire que je ne suis pas forcément un grand connaisseur des frères Cohen), les longues tirades ainsi qu'à David Lynch pour les bizarres et désagréables ellipses de la fin.


    Oui désagréables parce que le film semble très cohérent puis d'un coup part en sucette, dans tous les sens, fait le contraire de ce qu'il dit. Bref on ne comprend plus rien et, au contraire d'un Lynch, ça semble très maladroit. 

  • Narog

    23/02/2008 à 10h57

    Répondre

    Je comprends bien les critiques quant à la fin du film...mais je vois pas pourquoi forcément le rapprochement avec un cinéma exterieur aus frères coen! Personne ici n'a vu "Barton Fink"?!      Pour moi, le personnage de Chigurgh se rapproche pas mal de celui deCharlie Meadows (le voisin) dont on ne saisit pas bien l'essence...Impression plus diffuse dans "No country" qui suggere le fantastique sans l'affirmer du tout (contrairement à Barton Fink!)


    Mais ce qui m'a vraiment soufflé dans ce film, c'est la réalisation!! Ca faisait vraiment très longtemps que j'avais pas  eu d'émotion au cinéma! Bon, peut-être que je vais pas voir les bons films pour ça...mais je suis resté scotché! 


     





     

  • Anonyme

    25/02/2008 à 13h58

    Répondre

    Content pour la ptite française, content pour les Coen qui n'ont plus rien à faire valoir, content pour Ratatouille aussi .


    Salut

  • Anonyme

    25/02/2008 à 14h03

    Répondre

    j'aime bien les freres Coen, mais vraiment je trouve cet engouement pour leur petit dernier inconsidéré.


    ou alors c'est juste que la concurrence est pire, ca doit etre ca ...


     Bravo pour Marion Cotillard, pour le film je juge pas car je ne l'ai pas vu et ne le verrai surement jamais. En effet, Edith Piaf me vrille les tympans.

  • Veterini

    25/02/2008 à 17h13

    Répondre

    Je veux pas faire ma Danorah, mais quand même Ratatouille c'était pourris alors que Persépolis c'était bien.


    De toute façon Pixar j'aime pas, je préfére les Pixies.




     

  • nazonfly

    25/02/2008 à 20h51

    Répondre

    Même si je n'ai pas forcément adoré No Country, l'Oscard pour Bardem est mérité.

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein cinéma, c'est l'actualité et les critiques de films qui sortent au cinéma, en dvd et en bluray .

Des grands classiques aux films d'actions hollywoodiens. Pas de tabous chez Krinein cinéma, hormis, peut-être, les films français qui sont trop souvent oubliés.

Rubriques