8/10

L'Ordre et la Morale : un retour réussi pour Kassovitz

Un succès pour le retour de Mathieu Kassovitz avec un film honorant le devoir de mémoire. Malgré quelques longueurs inutiles.


DR.
1988, les kanaks, indépendantistes néo-calédoniens,  mènent un assaut contre un commissariat. Ils prennent alors en otage trente gendarmes français. L'armée de terre est envoyée sur place ainsi que le GIGN , dirigée par le négociateur Philippe Legorjus. Ce dernier tente de trouver une solution pacifique à la situation en entamant des négociations avec le chef des preneurs d'otages :  Alphonse Dianou. A travers des valeurs communes, ils vont tenter de favoriser le dialogue. Mais en pleine période d'élection, les politiques veulent trouver une issue rapide à la situation, même si l'ordre n'est pas toujours dicté par la morale.

Tel est le synopsis, adapté de faits réels, du nouveau film du réalisateur français Mathieu Kassovitz, L'Ordre et la Morale. Une épopée violente et trouble qui marque son retour derrière et devant la caméra.

Très attendu et plein d'espérance, ce nouveau film tient clairement ses promesses. Intense, suffocant, à l'ambiance pesante et aux mouvements de caméra saccadés, la réalisation est plus que réussie. Mathieu Kassovitz a toujours su maintenir le spectateur en haleine, possédant un talent inné de réalisation et un don de raconter des histoires (La Haine), il parvient ici à nous prendre en otage, tout comme ses protagonistes, par une réalisation sans faille.


DR.
Les acteurs, dont la plupart sont peu connus (à part Mathieu Kassovitz, Malik Zidi et les apparitions de Philippe Torreton et Sylvie Testud), interprètent leur rôle avec justesse et sincérité.

Un bon point aussi pour la musique, composée par Klaus Badelt et interprété par Les Tambours du Bronx qui vient se coller parfaitement à l'image et participer grandement à cette intensité scénaristique.

Alors L'Ordre et la Morale réunit toutes les conditions nécessaires pour passer un très bon, et beau, moment de cinéma allez-vous me dire ? Et bien oui, tout à fait mais sauf que non en fait. Il y un seul bémol… la durée du film : 2h16 ! Alors autant vous dire tout de suite qu'il y a des longueurs pas toujours nécessaires. Voulant parfois trop montrer, ou démontrer, le réalisateur présente des scènes qui ne sont pas primordiales au déroulement de l'histoire et qui font baisser par moment le rythme du film, au détriment du spectateur.


DR.

Partager cet article

A propos de l'auteur

10 commentaires

  • Islara

    16/11/2011 à 08h18

    Répondre

    Si Kassovitz avait été honnête avec la réalité, ce film serait peut-être bon. Apparemment, ce ne serait qu'un tissu de mensonges... cf interview du Général de l'époque hier.

    Quel gâchis ! Je n'aurais jamais cru ça de Kassovitz... Quelle déception !


    http://cinema.krinein.com/ordre-morale- ... 17010.html

  • nazonfly

    16/11/2011 à 08h27

    Répondre

    Pourtant avec ses propos sur le 11 septembre, on sait qu'il ne dit pas toujours que des choses intelligentes

  • Islara

    16/11/2011 à 09h57

    Répondre

    Ah, je ne suis pas au courant. Qu'est-ce qu'il a dit ?

  • gyzmo

    16/11/2011 à 10h38

    Répondre

    Le même genre de propos dit "conspirationnistes" que celles diffusaient par Bigard et Cotillard (Les grands esprits se rencontrent). On aura sans doute sa vision de l'Histoire. Il aimerait bien faire un film sur le 11 Septembre.

  • Islara

    17/11/2011 à 14h58

    Répondre

    Sur le fond, ce genre de propos ne sont pas si choquants (c'est plutôt les termes que Marion Cotillard avaient employés qui étaient hallucinants ; quant à Kassovitz, je viens de visionner le bout d'émission de l'époque, pour la coup là, il était plutôt nuancé et donnait même qq arguments de fond ; ça me fait mal de le défendre, mais on doit être honnête ^^').

    Il y a bien des thèses historiques qui indiquent que le gouvernement américain savait pour Pearl Harbour. Il n'est pas impossible que le gouvernement ait également su pour le 11 septembre et qu'on retrouve dans 40 ans des documents pour le moment classés secret-défense qui modifient la version actuelle.

    Quand on sait quelle propagande le gouvernement américain avait fait suite à Hiroshima et Nagasaki (désinformation sur les conséquences de la bombe, bridage des médias japonais sur la question, saisie de tous les documents médicaux, expériences humaines etc... voir l'émission qui est passé sur Arte en septembre), cette théorie ne me paraît pas du tout fumiste, malheureusement.

  • nazonfly

    17/11/2011 à 15h52

    Répondre

    Si tu parles de l'émission Ce soir ou jamais, je ne sais pas trop où sont les "arguments de fond" qui n'ont pas été montrés comme faux un peu partout (cf le dossier sur le 11 septembre du Science et Vie de cette année).

  • Islara

    17/11/2011 à 16h58

    Répondre

    Il parlait de la 3ème tour qui s'est effondrée qq heures plus tard et qui contenait des archives de la CIA, de l'ultra-sécurisation du pentagone et du peu d'images qu'il y avait sur celui-ci, par exemple.

    Ce ne sont pas des preuves bien sûr. Mais ce sont des idées intéressantes à creuser. Il disait justement qu'il ne fallait jamais accepter une version pour acquise et qu'il n'y avait jamais de mal à creuser et à se poser des questions, bref d'avoir l'esprit critique. Je ne peux franchement pas le blâmer de dire ça (et pourtant je suis remontée contre lui pour ce film partial qui jette la pierre à l'armée française sans autre forme de procès ! ).

  • nazonfly

    17/11/2011 à 17h15

    Répondre

    http://www.rue89.com/desintox-11-septem ... ncendie-mo

    (mais je suis bien content de savoir que Kassovitz savait où étaient les archives de la CIA, qu'en plus il savait qu'il y avait précisément des données sur les Bush et qu'en plus, c'est un expert en buildings)
    (je me demande combien de "versions acquises" n'ont jamais été questionnées)

  • gyzmo

    17/11/2011 à 17h40

    Répondre

    Histoire de se désintoxiquer un peu plus : http://www.bastison.net/

    Kassovitz est sûrement très doué pour se poser des questions et faire du ciné popcorn. Mais j'ai l'impression qu'il est beaucoup moins à l'aise pour trouver des réponses et toucher les multiples facettes d'une vérité.

  • Islara

    17/11/2011 à 18h16

    Répondre

    gyzmo a dit :
    Mais j'ai l'impression qu'il est beaucoup moins à l'aise pour trouver des réponses et toucher les multiples facettes d'une vérité.


    Ah, ça, c'est la bonne conclusion de nos échanges je crois.

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein cinéma, c'est l'actualité et les critiques de films qui sortent au cinéma, en dvd et en bluray .

Des grands classiques aux films d'actions hollywoodiens. Pas de tabous chez Krinein cinéma, hormis, peut-être, les films français qui sont trop souvent oubliés.

Rubriques