7/10

Opération Espadon

Il y a quelques jours, je chambrais un petit peu John Travolta pour son nullissime Battlefield Earth. Opération Espadon est la preuve qu'il peut faire quelque chose de bien si on lui donne des rôles qui lui correspondent. On pourrait faire la même remarque d'ailleurs sur le réalisateur Dominic Senna (60 secondes chrono)...

Stanley (Hugh Jackman, Wolverine de X-Men !), ex-hacker très compétent et divorcé, s'est reconverti et mène une vie honnête mais austère, partagé entre son boulot minable et son désir de revoir sa fille. Quand Ginger (Halle Berry) vient le chercher avec une pochette de 100.000 dollars pour rencontrer Gabriel (John Travolta), un malfrat se disant oeuvrer pour la patrie, Stanley peut difficilement refuser...

On commence d'abord avec une introduction efficace mais bizarrement réalisée, suivie d'une explosion filmée à 360 degrés envoyant valdinguer otages, voitures, et flics, pour nous mettre un peu en bouche. Puis on revient quelques jours plut tôt pour comprendre comment le Stanley en est arrivé là. Le film se partage alors en scènes un peu chaudes (Halle Berry nous offre d'ailleurs un peu de sa personne), des moments d'actions assez réussis (même si certains se contentent de meubler), un chtit peu d'informatique sans aller trop loin (Pas besoin d'être accro au net pour comprendre...), et une pincée de niaiserie dans les relations père-fille de Stanley ("Je veux voir ma fille !"). Les acteurs sont corrects, John Travolta n'est pas ridicule, ce qui dresse un bilan assez positif à cet Opération Espadon.

Opération Espadon remplit plutôt bien son contrat de chtit film d'action post-estival, et nous redonne un peu du bon Travolta. Maintenant la note j'hésite. Ça mérite plus que le orange, mais moins que le vert... Allez, c'est bientôt Noël, je vote vert.

Partager cet article
A voir

Vidocq - 2001

A propos de l'auteur

5 commentaires

  • Anonyme

    17/11/2003 à 00h00

    Répondre

    ce film accumule les clichés minables. Surtout en ce qui concerne le hacker de service qui programme un virus avec un logiciel tout en 3D irrealiste, entouré d'une dizaine d'ecrans LCD... Ca rappelle un peu le film Hackers, ou les flics embarquent l'ecran du pirate qu'ils perquisitionnent au lieu de l'unité centrale.

    On atteint le comble du ridicule et du comique qd il est contraint de pirater un site ultra securisé en 1 minute, avec un flingue sur la tempe et une pute qui le suce.
    lol. Et le pire c qu'il reussi. Entre temps on a vu sur son ecran des trucs qui n'ont rien a voir avec le hacking en lui meme, comme une photo de Rejewski (cracker du code Enigma) ou des lignes de codes qui ne servent qu'a impressionner les spectateurs qui n'y connaissent rien.
    Certaines repliques aussi sont la juste pour etaler la confiture, genre "meme avec un virus caché dans un cheval de troie...(...)...clé 128 bits....". Ca produit son effet sur les non initiés de plus de 80 ans, sinon ca tombe a l'eau.

    A regarder donc pour se marrer, avant de bannir ce film et son scenariste aux oubliettes.

  • KalistoR

    14/03/2005 à 18h02

    Répondre

    Mon avis sur ce film reste assez mitigé.
    Le début est vraiment intrigant : John Travolta, charismatique au possible, disserte sur le cinéma hollywoodien en appuyant son argumentation sur le chef duvre de Sidney Lumet, [i]Un après-midi de chien, réalisation dans laquelle Al Pacino excelle en braqueur de banques débutant.
    Mise en abyme parfaite puisque cette évocation reflète le présent du film, le bon John tenant en otages plusieurs personnes dans une banque et menaçant de tout faire sauter... Cest donc tout naturellement que lon peut sentir lintérêt poindre.

    Malheureusement, après une séquence explosion tout droit sortie de Matrix, le flash-back nous ramenant quatre jours en arrière va doter le film dune intrigue peu convaincante.
    On retrouve alors un Hugh Jackman en hacker somme toute très moyen, la perte de ses griffes de Wolverine semblant lavoir discrédité au passage. Les dialogues sont pauvres et la facilité avec laquelle les étapes de piratage informatique sont franchies frôle la bouffonnerie (sans même parler des commandes /admin qui vous fournissent les droits administrateurs de nimporte quel système, c'est bien connu).
    Certaines scènes sont cependant originales, se laissant regarder avec plaisir, et John Travolta parvient à bien sen sortir mais jattendais beaucoup mieux de cette troisième réalisation de Dominic Sena, déjà père dun piètre 60 secondes chronos. Dailleurs, est-ce un clin dil voulu mais la limite des soixante secondes est récurrente dans Swordfish[/i].
    Pour finir, il me paraissait essentiel voire primordial dévoquer les charmes indéniables dune Halle Berry décidément très « en forme ».

  • kou4k

    14/03/2005 à 21h07

    Répondre

    hormis les scenes de hacking assez minables( c'est vrai que clé 128bists ca fait sourire et je suis pas dutout un crack!), j'ai trouvé le reste du film tout a fait honnete.
    l'action est bien rythmée, les acteurs n'ont pas a rougir de leurs interprétations, la bande son met bien dans le bain, et le scénario , malgré ses incohérences énormes, est assez sympathique.
    un film a savourer tel un bon thriller pour ma part...
    et qui a deja vu un bon film de hackers???
    (en mem temps si le héros avait le physique de" l'ingénieur informaticieeeennn" pour ceux qui connaissent la chanson, je sais pas trop si je le regarderai... ou au 3-4eme degré ^^)

  • Anonyme

    15/05/2009 à 14h57

    Répondre

    franchement, je vous trouve durµ. très honnêtmeent, j'ai tourvé ce film super. Travolta signe une superbe performance, tantôt séduisant, tantôt effrayant.K Des rebondissements à la pelle, mais unescène d'intro monstrueuse qui met bien en bouche. et désarçonne le spectateur. Une réalisation léchéeet un twist final au poil, je trouve...Le scénario est alambiqué, mais bien construit, succitant toujours chez le spectateur des questionnements sur la suite par l'incersion subtile et rapide d'élements. qui serviront par la suite à comprendre l'intrigue, et le plan démentiel et machaivélique de travolta.Le spectateur est toujours en éveil, et j'ai pas eu l'impression d'assister à un énième movie action dégueux, ou on sent venir la fin à des kilomètres. Franchement, film frais qui aurait mérité mieux en terme de reconnaissance qu'un certain Volte /face, si je puis me permettre...

  • Anonyme

    09/06/2009 à 17h52

    Répondre

    C'est que le passage ou il "crack" et assez ridicule et qui touche au domaine du comique. Sinon cella reste un assez bon film dans l'ensemble. Pourtant je ne suis pas tres adepte des film avec un flash back mais celui la ne ma pas tellement deranger.


     

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein cinéma, c'est l'actualité et les critiques de films qui sortent au cinéma, en dvd et en bluray .

Des grands classiques aux films d'actions hollywoodiens. Pas de tabous chez Krinein cinéma, hormis, peut-être, les films français qui sont trop souvent oubliés.

Rubriques