6/10

Open Water

Peur de l'eau? Peur de tout animal pouvant nager sous vos pieds? Peur d'être perdu sans aucun moyen de secours? Si la réponse est oui, apprêtez vous à vivre un véritable cauchemar avec Open Water. Basé sur une histoire vraie, ce film raconte comment un couple de plongeurs a pu être oublié au large par son bateau. Réalisé sans grands moyens, je m'imaginais que c'était le pendant aquatique de La Mort Suspendue. Et bien, ce n'est pas vraiment le cas. Susan et Daniel sont usés par leur vie professionnelle. Ils décident de partir aux Caraïbes se ressourcer. Tous deux amateurs de plongée, ils embarquent avec une vingtaine de personnes afin de pratiquer leur loisir. Mais suite à un cafouillage sur le bateau, les organisateurs les oublient et les laissent seuls, tous les deux en pleine mer avec leur tenue de plongée. Que faire pour eux? Attendre que leur embarcation revienne? Nager vers un bateau visible à l'horizon? Cela sans compter que le courant les dérive et que ces eaux sont infestées de requins.

Imaginez vous dans cette même situation. Voilà le parti pris du film. Ici, ce n'est pas Hollywood et cela aurait été dur à faire de toute façon avec le petit budget du film. Pas de grandes morales, de moments d'action ou de tout ce qui fait le genre. Le réalisateur a même cherché à faire l'inverse, tourner un film très intimiste. On suit donc le couple en DV avec un peu n'importe quoi comme angle de vue, des paroles rares et l'on voit même un nu total de la femme (c'est gentil mais inutile). Bref, ce n'est vraiment pas habituel mais pas réussi non plus. L'ennui vient vite, le film est long à commencer et l'on attend qu'une seule chose, qu'ils soient en mer (c'est sadique mais c'est quand même pour ça que l'on y va).

Le bateau les laisse enfin et c'est un tout autre film que nous avons là. Il ne reste plus que ces deux personnes perdues en mer et nous, spectateurs de leur aventure. Une aventure qui tourne au calvaire, voire pire. Malgré leur combinaison leur permettant de flotter, Susan et Daniel savent que plus le temps passe, plus il sera dur de les retrouver. Et quand les premières grosses bestioles se pointent, ça ne rigole vraiment plus du tout pour eux. Ainsi, on voit leur caractère évoluer, passant de la frustration à la déprime à la colère ou au désespoir, mais sans la même réussite vue dans La Mort Suspendue. Pourtant les acteurs y croient (les pauvres ont passé tout le tournage dans l'eau) mais la magie a du mal à apparaître à cause d'une réalisation manquant de tonus et d'ingéniosité. J'ai ainsi eu l'impression qu'Open Water était bien plus long qu'il ne l'est. Cela dit, plus le temps passe, plus le film nous prend et cela jusqu'à une fin qui nous mystifie. La séance se termine, on en sort glacé et bouche bée, seulement heureux d'avoir les pieds qui touchent la terre ferme.

Open Water est un film que l'on n'oublie pas de sitôt mais que l'on n'a pas forcément envie de revoir très vite. La deuxième partie lui donne tout son sens, le rythme s'accélérant au fur à mesure pour nous entraîner avec lui dans les profondeurs de l'océan et dans la perdition de ce couple. Loin d'être un film réellement tourné sur la peur et l'horreur, Open Water offre un peu d'originalité et une noirceur grandissante. Assez pour vous dégoûter de la plongée mais pas suffisamment pour en faire un grand film.

Partager cet article

A propos de l'auteur

9 commentaires

  • nazonfly

    19/03/2006 à 19h00

    Répondre

    Open Water j'avais failli aller le voir au cinéma. Grand bien m'a pris d'attendre la diffusion télé.
    C'est quand même loin d'être bien, plutôt prévisible dans l'évolution; et ça ne fait pas très peur. Si ça ne fait pas peur ou n'engendre pas le malaise, à quoi sert un tel film?
    Donc très très déçu... Le budget n'était peut-être pas énorme, mais ça suffit pour un film de ce genre...

  • keeve64

    29/03/2006 à 02h41

    Répondre

    J'ai eu le plaisir de nager avec des dauphins et croyez-moi, si j'avais vu le film avant certainement que j'aurai annuler cet "instant de communion avec l'océan"...
    Si le film n'est pas effrayant, on peut toujours se dire que dans ce monde rien n'est impossible.
    Mon annecdocte : les moniteurs vous disent vraiment cette petite phrase lors de la mise à l'eau "ne vous inquiétez pas, on n'a jamais oublié quelqu'un en pleine mer", la bonne blague....A quand la balise ARGOS ou le téléphone portable longue distance étanche intégrés à la combinaison de plongée ?!?.

  • Perco

    29/03/2006 à 12h22

    Répondre

    Hum, je fais de la plongée depuis un bail, et un peu partout autour du monde, et je n'ai jamais entendu parler d'une histoire d'oubli de quelqu'un dans l'eau. C'est des legendes, tout comme les histoires de gens qui sautent en parachute avec un sac a dos...

  • Islara

    14/04/2006 à 16h29

    Répondre

    Le film est apparemment tiré de faits réels. APrès recherches, je n'ai pas réussi à savoir quelle était la partie réelle du scénario. Comme tout peut arriver dans la vie, je me dis que ce n'est pas impossible. Disons qu'un oubli de plonguer est un évènement très peu probable et encore moins pour les plongeurs qui n'ont pas le niveau pour se promener sans le moniteur.

    Au-delà de cete aspect purement pratique, je dirai que le film vaut le coup d'être vu et qu'il ne m'a pas déçue. A vrai dire, je ne m'attendais à rien de spécial, donc je ne pouvais pas être déçue. Mieux vous en saurez et plus vous l'apprécierez car il change du cinéma habituel et réserve quelques surpises de taille, sachant qu'il ne fait pas sépcialement peur. Vu que je n'aime pas trop les films qui vous pétrifient d'angoisse, ça m'arrangeait.

  • weirdkorn

    14/04/2006 à 17h15

    Répondre

    Petit éclaircissement sur les faits réels dont il est tiré. Comme ça parle du fiml, spoiler :

    Le film est donc effectivé basé sur l'histoire d'un couple qui n'a jamais été retrouvé après une petite partie de plongée sous-marine. Cela s'est passé en Australie du côté de la grande barrière de corail. Les organisateurs de la plongée se sont apperçus bien tard qu'il manquait deux individus et comme les eaux sont infestés de requins, on suppose qu'ils ont été mangé.
    Mais bon, en fait c'était deux super agents secrets qui se sont enfouis par un sous-marin nucléaire miniature qui les amenait droit en Indonésie où ils devaient déjouer les attaques terroristes des islamiques.
    Comme personne n'en sait rien, chacun peut imaginer l'histoire qu'il veut. Il y a une variante avec des voleurs de banque qui se sont enfouis pour une île paradisiaque

  • Islara

    16/04/2006 à 19h09

    Répondre

    Merci pour l'info. Où l'as-tu trouvée ???

  • weirdkorn

    16/04/2006 à 19h17

    Répondre

    Je m'étais renseigné pour la critique. Après où, je ne sais plus. Un magazine de cinéma je crois.

  • alenia7

    16/04/2006 à 21h44

    Répondre

    Je dois dire que ce n'est pas le genre de film aquatérapeuthique qui rassure ! Je me noierai d'ennuie cependant devant ma petite télévision, malgré les effroyables requins...(vu la bande annonce, l'on pourrais s'attendre à pire), quoiqu'il en soit le dvd ne sera pas pour moi !!! Je préfère le bon vieux Flipper toujours à l'heure en cas de problème !
    Pauvres Danièle et Suzanne ! J'espère que l'histoire finit bien au moins...!

  • Anonyme

    25/03/2008 à 09h29

    Répondre

    au générique on peut voir des pecheurs de requin vider un mako (requin)


    ils ouvrent le ventre, retire une moitié de poisson.......et l'apareil photo de daniel.....


     


    tres bon film mine de rien.....


     


    le 2 est moins bien! 

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein cinéma, c'est l'actualité et les critiques de films qui sortent au cinéma, en dvd et en bluray .

Des grands classiques aux films d'actions hollywoodiens. Pas de tabous chez Krinein cinéma, hormis, peut-être, les films français qui sont trop souvent oubliés.

Rubriques