6.5/10

Open range

Kevin Costner aime les westerns. Les histoires du Far West, les grands espaces, tout ce qui touche à ce genre, c'est son truc. Il nous le démontre encore une fois avec Open Range. Après ce film, on peut dire que l'acteur-réalisateur a su se remettre sur de bons rails et se rattraper après son apocalyptique Postman.

En 1882, 4 cow-boys itinérants conduisent tranquillement leur troupeau de vaches sur les prairies herbacées. Ce petit groupe est composé de Boss Spearman (Robert Duvall) le vieux chef fier et courageux, de Charley Waite (Kevin Costner) le ténébreux second de l'équipe, de Mose (Abraham Benrubi) le brave homme et de Button, un jeune recueilli par les deux cow-boys. Tout va bien jusqu'à ce qu'ils apprennent que le vilain propriétaire des terres sur lesquels leurs bêtes vont paître veut tous les tuer. En plus, après un passage en ville, Charley tombe sous le charme d'une jolie infirmière (Annette Benning).

Comme vous avez pu le voir, le scénario est très basique et le restera jusqu'à la fin. Le suspense se limite à ces deux questions: les méchants vont-ils gagner? Kevin Costner restera t'il avec son infirmière? C'est très simple, trop souvent déjà-vu mais le tout passe sans aucun problème. Open Range se veut réaliste et intimiste, jouant sur l'authenticité, ce qui apporte beaucoup au film. On y croit et l'histoire prend vraiment bien. C'est réellement dépaysant. Pendant le film, on réussit à être transporté à cette époque, avec l'ambiance dans la ville, au saloon ou au beau milieu des grandes plaines. Même si le sujet a déjà souvent été traité, Open Range réussit quand même à apporter un peu de fraîcheur au genre tout en n'oubliant pas toutes les grandes valeurs du genre comme la vengeance, la fierté, etc. Il n'y a pas grand-chose à redire à propos de la réalisation, aussi bien nerveuse pour les scènes d'action que soignée dès qu'on touche au romantisme. Kevin Costner maîtrise son sujet, on ne peut que lui reprocher le rythme qui s'essouffle sur la fin. Le jeu de tous les acteurs est très bon, en particulier ceux de Robert Duvall et de Kevin Costner, tous deux méconnaissables et attachants malgré leur côté rustre.

Open Range n'est sûrement pas le film de l'année mais il a le mérite d'être plaisant et divertissant grâce à son aspect intimiste, ses excellents acteurs et son scénario qui se tient. Un petit western de temps en temps ne peut pas faire de mal.

A propos de l'auteur

0 commentaires

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein cinéma, c'est l'actualité et les critiques de films qui sortent au cinéma, en dvd et en bluray .

Des grands classiques aux films d'actions hollywoodiens. Pas de tabous chez Krinein cinéma, hormis, peut-être, les films français qui sont trop souvent oubliés.

Rubriques