4.5/10

Ong-Bak 2 : la naissance du dragon

Tony Jaa distribue du coup de coude à tout va, en oubliant ce que le terme "scénario" peut bien signifier ? Peut-être que la traduction en thaïlandais est un double-sens ?

A Europacorp, ils aiment bien les suites. Les Thaïlandais aussi. Même chez eux, à partir du moment où l'on peut récupérer les acteurs du premier volet, on ne se prive pour produire de la séquelle à tout va. Tony Jaa ayant dit "oui" (que ceux qu'ils le peuvent traduisent en thaïlandais), Ong Bak 2 pouvait se faire, mais pas dans les mêmes conditions que le premier. L'athlète passe donc derrière la caméra et transpose son histoire au XVème siècle...


L'histoire, on s'en cogne, et on est pas les seuls, même les gens du film s'en battent les oreilles avec des défenses d'éléphants. Ils s'en foutent tellement que l'on n'a même pas l'impression d'être devant une suite séquentielle de scènes amenant à une globalité scénaristique, mais plutôt devant une exhibition d'arts martiaux un peu coûteuse et plutôt violente. Car les Thaïlandais n'aiment pas finasser, oh non. En fait, je me demande personnellement s'ils ont conscience de faire de la fiction, car ils se tapent dessus avec une conviction et une hargne qui limitent toute possibilité de chiqué. En plus, on ne parle pas de deux trois claques par-ci par-là, nous sommes en train d'évoquer des coups de genoux, de coude, et de tout objet contondant pouvant passer sous la main des protagonistes. Bien sûr, le sachet était déjà ouvert, Ong-Bak premier du nom nous avait déjà initié à cette violence sans tabous, mais Ong-Bak 2 remet le couvert avec une désinvolture assez confondante. Ceci, malgré une imagination peu fertile mais toujours aussi visuelle. Derrière la caméra, Tony Jaa se la pète. Il fait du ralenti, balance de grands morceaux de musique doublés de choeurs grandiloquents, et fait son show. C'est pas si mal foutu, pour une première tentative, mais on ne comprend pas grand chose à l'histoire étalée, ni même pourquoi le réalisateur s'acharne à nous expliquer l'enfance de machin.
Devant la caméra, c'est toujours le grand spectacle. Tony Jaa peut dégommer quatorze experts en arts martiaux avec une blessure à l'abdomen et un éléphant dans les mains, ou presque. Il joue avec la gravité et la cohérence sans sourciller, se tape des combats à un contre cent toutes les dix minutes et grimace le reste du temps. Ce n'est pas un acteur, mais un showman, un type doté d'une force physique étonnante et d'une technicité redoutable, quelqu'un que l'on aimerait voir affronter les grandes pointures du combat oriental. C'est bien là ce qu'il pourrait faire de mieux dans sa vie, tellement son jeu nous plonge dans la détresse la plus totale.

Ong-Bak 2 assure côté spectacle, au moins autant que le premier. Mais Ong-Bak 2 nous désole sur tout les autres points, au moins autant que le premier. Il va de soi que le spectateur averti, venu uniquement pour voir du bourre-pif, y trouvera son compte et peut-être même au-delà. Le reste de la populace devra passer son chemin, sous peine d'être dégoûté du cinéma pour le reste de l'année.

A découvrir

Le Masque de Fer

Partager cet article
A voir

Là-haut

A propos de l'auteur

4 commentaires

  • Anonyme

    10/08/2008 à 04h33

    Répondre

    la date de sortie c prevu kan? parske le film et tres spectaculaire

  • riffhifi

    11/08/2008 à 11h40

    Répondre

    ... prochainement...

  • Anonyme

    03/07/2009 à 10h54

    Répondre

    ha le premier film était mortel et y avait de l'action qu'ont voulait surtout avec Tony Jaa et son art martial Muay Thai un sport dangereux mais bien pratique.


    La Ong Bak 2 faut voir mais vu que il y a de la baston encore le film à l'air d'ètre aussi térrible que le premier en plus ça se passe avant le premier film donc la genèse ont pourrais dire j'aime bien moi.


     j'ai hâte de le voir.

  • Lestat

    30/07/2009 à 09h04

    Répondre

    Dans le genre Apocalypto meets Baby Cart,c 'est pas si mal. L'histoire est celle d'une vengeance, ce qui nous change de...euh non en fait, c'est toujours pareil, mais c'est un bon pretexte pour se taper dessus finalement. Tony Jaa est un acteur de merde (dans les phases dramatiques, il a l'air tout simplement niais), mais personellement, je n'irai pas lui dire en face .


    Par contre, on sent une jolie volonté de sa part à mettre en avant des éléments de sa culture : on voit pas mal de statues, de costumes, d'armes exotiques...(et des élephants !). Jaa lui-même s'essaye à d'autres techniques, quitte à se prendre pour Jackie Chan dans une tentative plus ou moins concluante de la technique de boxe de 'lHomme Ivre. Le fantastique fait une vague petite percée via un vampire et un homme-corbeau, ça fait plaisir.

    C'est réalisé à la Pacte des Loups/300 : pas bien subtil, mais efficace. Merci Besson pour le rap tout pourri en guise de générique, c'était très pertinent pour un film thai se déroulant au XVème siècle...

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein cinéma, c'est l'actualité et les critiques de films qui sortent au cinéma, en dvd et en bluray .

Des grands classiques aux films d'actions hollywoodiens. Pas de tabous chez Krinein cinéma, hormis, peut-être, les films français qui sont trop souvent oubliés.

Rubriques