8/10

L'odyssée de Pi

Après Seul au monde, voici...seul avec un tigre du Bengale. Evidemment, vu comme cela le scénario n'a rien d'attractif, ni de crédible, ni de bien tentant mais en même temps, Ang Lee nous propose ici une sorte de poème, d'invitation à la réflexion sur soi à travers la relation à autrui.


DR.
Pi Patel est au début du film un garçon qui se cherche beaucoup, notamment au travers des religions mais qui peine à trouver sa place, à donner un sens à sa vie. Au cours d'un naufrage rocambolesque mais bien filmé (Ang Lee sait désormais bien utiliser les effets spéciaux), le jeune garçon se retrouve au plein milieu de l'océan avec pour seul compagnon un Tigre du Bengale, donc, un peu carnivore sur les bords (sa ration journalière étant de 5kg de viande, nous comprenons que les rapports risquent d'être vite houleux). Et pourtant, de la même manière que Tom Hanks utilisait un ballon pour s'en faire un compagnon et ne pas sombrer dans la folie de la solitude, Pi Patel va chercher à développer un lien avec le Tigre pour ne pas sombrer lui aussi à son tour.

Le film est beau et n'a rien à envier à Titanic

Ang Lee nous propose ici un film esthétiquement bien soigné, les effets spéciaux et la 3D s'incorporent tellement bien dans le film qu'on n'y fait vite plus attention, avec une dose de reflexion certaine. Avec quelques pointes d'humour savamment distillées pour faire tenir le film dans la durée.


DR.

 

Mais il est un poil trop long

Et c'est là où je trouve le bât blesse un peu. Si l'installation du film est bien faite (le naufrage n'intervient pas de suite, les personnages et leurs caractères sont bien posés), le film traîne un peu en longueur. Certes, nous assistons à quelques rebondissements mais le montage aurait gagné à être un peu plus serré. On se 'noie' un peu dans le récit et parfois on se laisse gagner par la monotonie.

Dommage que le film soit un peu trop long et utilise un peu des mêmes ficelles que Seul au monde. Ce qui ne l'empêche pas toutefois d'être un divertissement grand public très réussi, avec plusieurs niveaux de lectures possibles.

Autres points forts du film: les acteurs! Mention spéciale à Suraj Sharma (très crédible de force et de naïveté à la fois) et aux responsables des effets spéciaux qui nous offrent ici un Tigre plus vrai que nature.

A propos de l'auteur

7 commentaires

  • nazonfly

    30/11/2012 à 08h28

    Répondre

    Tiens j'avais lu le livre mais je n'ai jamais trouvé l'occasion de terminer la critique. D'ailleurs c'est un peu la même sensation que j'en avais eu : un poil longuet mais plutôt pas mal.

    Par contre je ne vois pas de mention concernant un twist final dans la critique, c'est pourtant ce que j'ai retenu du livre !

  • Kil.Art

    08/01/2013 à 10h36

    Répondre

    Tres bonne surprise pour ce film qui casse les codes du film d'aventure en nous créant presque un huis clos en pleine mer et maintient en émerveillement de bout en bout.

    Coté technique, très grosse performance de la 3D. Il fait partie pour moi des deux seuls films avec Sanctum qui ont réussit a utiliser de belle manière cette technologie, notamment une scène de naufrage totalement époustouflante et une scène astrale absolument magnifique !

  • gyzmo

    14/01/2013 à 15h14

    Répondre

    Richard Parker est absolument sensationnel. Les prouesses actuelles de la 3D CGI

    Sinon, à part le début longuet (mais rigolo, because of background de Pi"scine" et ses croyances) et les nombreuses séquences kitchounes, j'ai toujours trouvé fascinant la construction d'un film autour d'un petit espace. Tous les réalisateurs n'en sont pas capables. Ma référence restant Hitchcock (cf. lifeboat, par exemple). Ici encore, c'est un canot de sauvetage qui sert de cadre pendant plus d'un heure et ça fonctionne super bien. Les FX aidant bcp à construire une atmosphère "réaliste" (hors moments space, les tempêtes maritimes sont hallucinantes). Le suspens de cet Odyssée m'a réellement pris au ventre. Ang Lee aurait pu louper ce morceau, j'aurai tout de même apprécié, étant fan des œuvres de survie. En l’occurrence, c'est une réussite. Cette partie m'a beaucoup plu. Mais c'est surtout la double lecture qui m'a fait chavirer de mon siège. Comme je n'avais pas lu le bouquin, je ne m'attendais pas à ça :

    Le twist final, face caméra, pendant 5mn, révélant une possible alternative au récit de Pi, lequel aurait en fait maquiller son horrible expérience pour accepter plus facilement le deuil. A savoir, celle d'un épouvantable naufrage (cannibalisme et meurtre) raconté à la manière d'un conte pour enfant (métaphore des animaux et de l'île carnivore, par exemple). L'affrontement Tigre / Pi peut alors se comprendre comme une lutte intérieure entre la sauvagerie et l'humanité, la folie et la raison, la fable et le réel. La dernière image du tigre ne se retournant pas est forte, je trouve. Parmi d'autres interprétations possibles, elle pourrait correspondre à la bestialité de Pi grâce à laquelle il a survécu, mais qu'il doit quitter sans la regarder face à face pour réintégrer le monde "civilisé" des hommes.

    Une fois la seconde vérité en tête, le film accède à une dimension vraiment géniale et puissante, je trouve. Tout prend alors sens. Même les scènes kitchounes. C'est totalement le genre de métrage qui se revoit une seconde fois pour saisir les justesses de l’allégorie, je suppose. Ang Lee et sa mise en scène ont très bien gérés l'ensemble. La communication entre les deux évènements (le conte, la réalité) fonctionne à merveille. En plus, le film laisse tout de même le choix au spectateur de croire en l'une des deux versions... même si le conte est favorisé (par Lee, par Pi, par le rapport des assureurs asiatiques, et p-e par l'écrivain canadien). En fin de compte, L'Odyssée de Pi est aussi l'occasion de questionner nos croyances, parfois incompatibles avec la réalité des faits, et l'importance salutaire de transformer cette dernière pour mieux la digérer dans ses moments les plus sombres. Classique. Mais bien amené !

  • hiddenplace

    16/01/2013 à 18h58

    Répondre

    En dehors de cette affiche qui donne un air très bateau de film de survie pour enfants sur l'amitié un peu naïve entre un tigre et un jeune homme, en fait ça s'avère être un vraie vraie belle histoire, beaucoup plus complexe et profonde qu'il n'y paraît. Une vraie réflexion sur l'Homme, ses convictions et ses instincts, sur le rapport à la Foi (et aucun prosélytisme là-dedans, c'est juste une réflexion). Je me suis encore vidée de mon eau pdt la moitié du temps, et j'ai été complètement abasourdie par le twist de ouf auquel je ne m'attendais pas une seconde. Même si je ne suis pas toujours fan de ces films où finalement le décor est intégralement virtuel, les cadres et les animaux en 3D sont réalistes et oscillent entre une imagerie d'Epinal de la Nature façon Yann Artus Bertrand ou Avatar et une nature parfois plus brute souvent rendue dans les vrais documentaires (l'île fait penser à une vision fantasmée des Everglades), ce qui fait que pendant une majeure partie du film on ne sait jamais dans quel registre on est vraiment, mais étonnamment c'est un très bon point.

    Et sinon l'acteur qui joue Pi est très très bien, il porte quand même le film quasiment à bout de bras puisqu'il est presque essentiellement seul face à de la 3D, de la fausse mer déchaînée et un faux tigre en "plastique" ^^
    J'espère le revoir à la lueur du twist, rien que de repenser aux détails du film, après coup, ça me remue encore maintenant.

  • Loïc Massaïa

    16/01/2013 à 20h54

    Répondre

    hiddenplace a dit :
    En dehors de cette affiche qui donne un air très bateau


    non c'est une barque.
    pas un bateau.









    (je sors)

  • hiddenplace

    16/01/2013 à 23h42

    Répondre

    J'avoue, j'y ai pensé... mais c'était involontaire à la base

  • Hugo Ruher

    10/06/2013 à 13h55

    Répondre

    Enfin vu!
    Vraiment un bon film très intéressant et sympa à suivre. Le twist final est innattendu et marquant et en effet ça donne envie de le revoir à la lueur de ces révélations,
    Ce que je reprocherais au film c'est d'être trop bavard par contre. Avec une telle histoire, je m'attendais à quelque chose de quasi-muet, où la compréhension progressive entre le tigre et Pi passerait uniquement par les regards... Mais en fait il y a une constante voix off qui ne me parait pas toujours très utile, le film aurait été plus fort sans.
    En plus, ce défaut ressort encore plus à la fin, je pense surtout à l'écrivain qui sort quelque chose comme: "Alors le cuisinier c'est la hyène, l'orang-outan votre mère... mais alors..." C'était de trop en ce qui me concerne. Je ne dis pas que le film prend le spectateur pour un idiot, loin de là, mais c'est le genre d'explications que je ne trouve pas nécessaire quand justement, l'idée c'est de laisser le spectateur se forger sa propre lecture du film. Plus de sous-entendus et de silence auraient rendu le film bien meilleur mais peut-être moins accessible. Sans tomber dans un truc complètement abscons à la Lynch quand même!
    Mais bon, malgré ces quelques détails, vraiment un bon moment! 

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein cinéma, c'est l'actualité et les critiques de films qui sortent au cinéma, en dvd et en bluray .

Des grands classiques aux films d'actions hollywoodiens. Pas de tabous chez Krinein cinéma, hormis, peut-être, les films français qui sont trop souvent oubliés.

Rubriques