6.5/10

Oblivion - Oublier n'est pas jouer

Que les deux - trois PGM attirés par le titre prennent la porte directement, ce n'est pas une adaptation du best-seller des Elder Scrolls. Comme les affiches nous l'ont bien fourré dans le crâne, il s'agit d'un film avec Tom Cruise, reposant essentiellement sur la présence de Tom Cruise, comptant sur Tom Cruise pour obtenir suffisamment de crédit auprès du public. Ah, et c'est de la SF, avec une fin du monde certifiée par les producteurs de la Planète des Singes - Les Origines et le réalisateur de Tron L'Héritage, et basée sur un budget de près de 120 millions de dollars. On s'attendrait donc à en prendre un peu plein la gueule, même si le chèque de production s'avère finalement assez faible par rapport à d'autres productions emblématiques. Mais la bande-annonce nous calme : univers épuré et mystère / conspiration / autre-truc-à-définir seraient de la partie. Mince, va falloir réfléchir ?


Travail.

Suite à l'arrivée des belliqueux extraterrestres dénommés Scavs (Chacals en français, appréciez), l'humanité s'est pris une sacré claque dans la figure et a du refaire la décoration à coups de bombes nucléaires. Désormais, ce qu'il reste des terriens a migré vers Titan, une des lunes de Saturne, et pompe les ressources de la Terre pour survivre. Jack et Victoria sont affectés à la surveillance et à la maintenance des drones de sécurité, lesquels éloignent les Scavs des installations Terriennes. Mais un beau jour, une vieille capsule de fusée s'écrase sur la planète, et ce qu'elle contient va bouleverser les convictions de Jack...


Amour.

Mon résumé n'est ni plus ni moins qu'un paraphrasage du résumé officiel du film vaguement mâtiné de mes connaissances sur le sujet - forcément, je l'ai vu. Mais même dans ces conditions, on se doute de quelque chose, non ? Vous le piffez, le twist à la con ? Oui, il existe, et il n'est pas aussi débile que je le laisse entendre. Ce qui ne va pas, c'est plutôt la manière dont il s'exprime à travers les personnages. Il existe ici une sorte de statu quo émotionnel qui fait que chaque protagoniste ne parvient pas à dégager la moindre sensibilité par rapport au sujet, par rapport à l'enjeu, par rapport aux autres, et par rapport à lui-même. Même Tom Cruise, qui s'accapare un sévère pourcentage de présence (quasi 100 %) semble anesthésié par les évènements, par ce qu'on lui révèle. Et pourtant, c'est du genre à changer profondément la vie d'un homme, croyez-moi. L'impact sur nous est donc plutôt faible, l'enjeu pas assez mis en valeur pour que l'on s'y intéresse - surtout que, comme c'est souvent le cas dans ce type de situations, se comporter comme des crétins peu soupçonneux est un standard. Bref, pas trop de jugeote, pas trop d'émotions, on se rabat sur la plastique du film qui s'avère plutôt réussie dans l'ensemble. Le film fait la part aux étendues désertiques et à quelques vestiges d'une civilisation désormais un peu altérée par le nucléaire, pas grand chose de plus à regarder. C'est minimaliste, mais donne un ton au film, un peu à la Wall-E. Le département effets spéciaux n'aura plus qu'à gérer quelques drones de combat, un véhicule aérien et quelques plans larges sur une station aérienne, et il pourra partir en week-end avec la satisfaction du travail bien fait.

Aucune remise en question de la SF pure et dure, Oblivion se contente de soigner sa plastique sans mettre en valeur son scénario, un peu bancal sur certains points. Car quand on ressort de la salle avec plus de questions que de réponses, alors que le film semblait clarifier la situation dans son ensemble, on peut affirmer qu'il manque des briques à la construction. Peut-être une future version longue arrangera-t-elle les choses ?


Glande.

Partager cet article
A voir

Savages

A propos de l'auteur

4 commentaires

  • Nicolas

    15/04/2013 à 10h30

    Répondre

    http://cinema.krinein.com/oblivion-2626 ... 20821.html

  • Loïc Massaïa

    16/04/2013 à 13h22

    Répondre

    ca à l'air vraiment passable...

  • Maat

    19/04/2013 à 20h58

    Répondre

    Ben moi j'ai passé un bon moment, même si on sent venir la majorité des rebondissements. Plus que passable à mon gout, même si ça aurait pu être plus travaillé comme le dit Nicolas.

  • OuRs256

    08/08/2013 à 20h52

    Répondre

    Vu hier soir et je dois avouer que j'ai quand même été assez déçu. Alors oui, ça se regarde et c'est pas trop "américain" pour le coup (pas de drapeau ni rien) mais effectivement, comme pour Nico et Maat, la plupart des rebondissements sont très très mal amenés et on devine tout assez rapidement... (à la première apparition de Sally et à la première ritournelle "Are you an effective team ?", j'étais déjà sceptique... )

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein cinéma, c'est l'actualité et les critiques de films qui sortent au cinéma, en dvd et en bluray .

Des grands classiques aux films d'actions hollywoodiens. Pas de tabous chez Krinein cinéma, hormis, peut-être, les films français qui sont trop souvent oubliés.

Rubriques