1/10

Nuits de terreur

En 1850, à Darkness Falls, Matilda Dikson, était adorée des enfants. A chaque fois qu'un enfant perdait une dent, elle lui donnait une pièce d'or en échange. Un jour, un incendie brûla le visage de Matilda qui en ressorti défigurée. Honteuse, elle ne sortait plus que la nuit avec un masque de porcelaine sur le visage. Plus tard, on accusa l'affreuse Matilda d'être à l'origine de la disparition de deux enfants et on la pendit. Matilda, dont l'innocence fut reconnue ensuite, jura, dans son dernier souffle, de se venger.
140 ans plus tard, le jeune Kyle perd une dent et voit sa mère mourir dans d'étranges circonstances. 12 ans après, Caitlin (Emma Caufield), la première petite amie de Kyle (Chaney Kley), lui passe un coup de fil car son petit frère Michaël (Lee Cormie) a des terreurs nocturnes...

Attention ! Ne pas se fier au relatif bon score au box-office que ce film a fait aux USA, c'est un navet en puissance !

Pour commencer, le scénario est résumé dès les 3 premières minutes du film, ce qui a pour conséquence que l'horreur a déjà un nom, un visage, une explication et qu'il n'y a donc plus aucun mystère et aucune peur. De plus, vous l'aurez compris avec le résumé, Matilda se venge sur les enfants lorsqu'ils perdent leurs dents, ce qui est d'un ridicule effarant.
Ensuite, le point central du film est donc encore le « noir » dans lequel il ne faut pas rester sous peine de se faire tuer par la méchante au masque de porcelaine. En conséquence, tout au long du film, nos héros achètent des tonnes de lampes de poches pour rester dans la lumière.
Plus encore, les techniques utilisées pour nous effrayer sont ultras classiques : les effets de lumières qui s'éteignent, le fait de suggérer le monstre avec des jeux d'ombres et des bruits de souffle désagréables, le fait de faire les héros se retrouver seuls contre les autres qui ne les croient pas (typique de la série de livres Chair De Poule), le fait d'utiliser les enfants comme victimes de premier plan...
Ce film n'a donc absolument rien de personnel : il pique l'esthétique du monstre à celle de la mort dans The Frighteners de Peter Jackson, il reprend l'idée du masque pour cacher un visage hideux à la série des Friday, The 13th...
N'espérez rien de la présence de l'actrice Emma Caufield, vue dans le rôle d'Anya dans la série TV Buffy The Vampire Slayer car elle n'apporte rien à cette nullité.

Enfin, pour rigoler, je vous invite à compter le nombre de fois que l'on dit « don't stay in the dark », c'est hallucinant ! A noter aussi le coup de l'ascenseur qui fonctionne alors qu'il y a une coupure générale d'électricité.

Pour résumer, ce film, qui ne dure que 85 min, est très ennuyeux car tout est prévisible, ridicule et déjà fait mille fois. Un bon conseil : n'allez pas dans les salles obscures car la vieille pourrait en profiter pour vous piquer votre thune dans le noir !

Partager cet article

A propos de l'auteur

1 commentaires

  • Anonyme

    28/12/2003 à 00h00

    Répondre

    j ai trouvé ce film genial! il ne fait pas vraiment peur mais il y a de l'action, c est un film à voir car il en vaut la peine !!!!!!

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein cinéma, c'est l'actualité et les critiques de films qui sortent au cinéma, en dvd et en bluray .

Des grands classiques aux films d'actions hollywoodiens. Pas de tabous chez Krinein cinéma, hormis, peut-être, les films français qui sont trop souvent oubliés.

Rubriques