2/10

Nombre 23 (Le)

Mais qui peut avoir peur d'un nombre à part des individus frappés par leur professeur de math ou des fanatiques des chiffres et des lettres ? L'idée est saugrenue. En faire un film encore plus. Et pourtant c'est ce qu'a décidé Joel Schumacher en prenant comme numéro complémentaire le 23. Pourquoi le 23 ? Parce qu'il fallait bien en trouver un et qu'il est possible de faire quelques remarques rigolotes avec celui là après avoir joué à la calculette humaine. Alors peut-être que ce chiffre fait peur aux gardiens de but d'équipe de foot (numéro du troisième goal remplaçant, donc celui qui ne joue jamais) mais pour effrayer des spectateurs de cinéma, il fallait utiliser autre chose.

Imaginez donc qu'un type normal (Jim Carrey sans grimaces et dans une petite forme) tombe sur un livre intitulé Le nombre 23 et qu'il perde la tête en l'espace de deux jours après l'avoir à peine lu. Certes, cela s'explique plutôt bien en connaissant la fin, mais qu'est ce qu'elle est mal amenée !

Le problème n'est pas tant que le film soit mauvais, c'est qu'il soit complètement nul, du genre nanar que l'on se passe entre potes lors d'une soirée pour rigoler un coup. Pourtant, Le nombre 23 se veut extrêment sérieux, tellement qu'il en perd toute crédibilité. Dès la première scène où le Jim se prend pour un détective (avec de ce fait des cheveux gominés et une allure de bad boy), c'est la consternation. On croirait une mauvaise parodie des films de 1950 mettant en scène ce type de héros entre la voix narrative à la première personne, la vampe qui fume et des dialogues génialement ridicules. Pour les connaisseurs, ces passages sont dignes d'un certain épisode de Code Lisa, c'est dire ! A partir de cet instant, impossible de se replonger dans l'intrigue et c'est avec un ennui constant (et une montre qui se bloquait sur 18H23, 18H59 ou 19H04) que l'on suit différentes péripéties toutes plus superficielles les unes que les autres jusqu'à une conclusion finalement correcte. Entre temps, on apprend tout de même que le fils d'au moins 15 ans ne devrait pas en avoir plus de 12, qu'un adulte de 40 ans ne peut plus jouer un étudiant sans un bonne dose maquillage, que Ned est un super nom pour un chien et que Joel Schumacher est un réalisateur qui peut être particulièrement mal inspiré.

En voilà des défauts ! Pourtant, le film a raison sur un point, et pas n'importe lequel ; 23 est vraiment un nombre maudit. La preuve, un certain long métrage porte ce chiffre dans son titre et s'avère être une calamité. Comme quoi, en fait, ça fait vraiment peur.

A découvrir

Ghost Rider

Partager cet article

A propos de l'auteur

5 commentaires

  • Leelee

    21/03/2007 à 17h26

    Répondre

    J'ai fait les 3 jours du printemps du cinéma et j'ai fini hier par ce film parce que je m'étais dit, qu'importe les critiques mauvaises que j'ai pu voir là dessus, je voulais le voir à l'origine quand il est sorti et je veux me faire ma propre opinion.
    Eh bien, j'ai été déçue!! Boooh, Jim Carrey était super dans le film de Gondry dans un rôle dramatique mais là non, j'avais l'impression qu'il se retenait de faire le pitre par moment.
    Le passage du détective, c'était de la parodie!! Bon, ok c'est censé donné une image un peu romancée mais quand même, voir Jim Carrey dans ce personnage était comiqe, j'ai même cru voir réapparaître son personnage dans The Mask à un momnet donné!!
    Bref, des choses plutot incohérentes, le jeu des acteurs pas toujours bon. La fin passe encore c'est sûr, elle est au dessus du reste du film...

  • just_jorel

    22/03/2007 à 10h30

    Répondre

    Je vais l'attendre sur ptit écran celui là, j'aime Jim carey, j'aime les thrillers, mais ça me fait quand même peur, cette numérologie. Je pressents le prise de tête...

  • Umbriel

    01/08/2007 à 01h44

    Répondre

    Tout ça pour ça... J'aime beaucoup Jim Carrey (depuis sa prestation dans Eternal Sunshine of the Spotless mind, je suis ce qu'il fait de près), et donc je suis allé voir ce film pour lui... Bah, j'ai été déçu, très déçu. C'est long pour arriver à ce résultat là...


    Il y a que la dernière demi heure et le twist final qui valent le coup, pour le reste : tout ça pour ça :s 

  • gyzmo

    04/09/2008 à 23h35

    Répondre

    Ce film est une blague


    Jim Carrey est pas trop mal (fait ce qu'il faut pour l'être en tout cas), mais son aura dramatique n'est pas à la hauteur de Truman Show ou d'Eternal Sunshine. Puis bon, le scénar est tiré par les cheveux. J'ai trouvé l'ensemble ridicule. Même le final, pourtant bien amené, m'a beaucoup fait rire... et saouler par la même occasion. Parce que bon, des persos qui [SPOIL] ont un passé trouble because of une perte de mémoire [/SPOIL], le ciné hollywoodien nous sert cette "astuce" depuis des lustres. Ca commence à devenir l'excuse en toc pour se permettre d'écrire tout et n'importe quoi.

  • Bung

    05/09/2008 à 01h05

    Répondre

    Bah Gyzmo, bientôt être d'Hollywood va être l'excuse pour écrire et réaliser des scénarios en toc, faut bien qu'ils commencent à préparer le grand public.


     


    Comment ça c'est déjà fait ?

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein cinéma, c'est l'actualité et les critiques de films qui sortent au cinéma, en dvd et en bluray .

Des grands classiques aux films d'actions hollywoodiens. Pas de tabous chez Krinein cinéma, hormis, peut-être, les films français qui sont trop souvent oubliés.

Rubriques