4/10

Narco

ça devrait faire un Klopp

Narco, abréviation de narcolepsie, provenant du grec "narco", torpeur, et de "lêpsis", action de prendre. Pour simplifier, un narcoleptique est une personne qui s'endort n'importe où et n'importe quand sans facteur déclenchant distinct. Narco est aussi le titre du film de Tristan Aurouet et de Gilles Lellouche dont le personnage principal est touché par cette maladie. Chez Krinein, dont le nom signifie en grec critique, on ne va s'en priver d'en parler au vu de son contenu.

Gustave Klopp (Guillaume Canet) est narcoleptique. Dur de conserver ou de trouver un travail dans ces conditions. Les jours passent et sont difficiles pour lui et sa femme Pam (Zabou Breitman). Il possède pourtant un grand talent de dessinateur qu'il met à profit pour raconter ses rêves sous forme de bande dessinée. Des rêves bien trop présents au goût de sa femme et qui ne le supportera pas dans sa création, tout comme son pote Lenny Bar (Benoît Poelvoorde), un karateka version beauf.

Mais tout ça vous le savez déjà si vous avez vu la bande-annonce. D'ailleurs, avez-vous vu cette bande annonce ? Oui ? Et vous l'avez appréciée ? Aussi ? Mince, les chances d'aimer Narco ne sont alors plus très élevées tant ce que l'on y voit n'a pas grand-chose avec les extraits aperçus. On pouvait s'attendre à un film bien décalé où comédie et délires tant scénaristiques que visuels s'entremêlaient gaiement. Finalement, on y a droit durant les quinze premières minutes qui ne se sont même pas révélées si bonnes que ça. Malgré une grosse débauche d'effets spéciaux, les peu de rêves (trois seulement) manquent de folie et font justement très formatés Hollywood. Ceux-ci ont eux-mêmes du mal à s'insérer dans une histoire servant en réalité à raconter la vie d'un couple.

En effet, Narco n'est pas comique mais dramatique. Hormis deux ou trois scènes rigolotes et quelques délires scénaristiques, le film passe le plus clair de son temps dans la vie morne de Gustave Klopp et de sa femme, dans leur petite maison sombre et leurs faibles espoirs. Ceux qui s'attendaient à rire vont être déçu au vu de l'ambiance de plus en plus morose qui s'installe. Il est dur de s'y intéresser entre le ton parfois hors du temps qui contraste avec ce drame de tous les jours. La sauce a du mal à prendre et ce n'est pas le rythme lent qui réussira à nous faire rentrer dans l'histoire, à moins de nous transformer également en narcoleptique.

Que l'impression d'avoir été trompé par la bande-annonce est forte, le film se révélant bien plus être un drame familial qu'une comédie déjantée. Tout le potentiel comique a déjà été montré et ce n'est pas une histoire manquant de constance qui arrivera à rattraper le reste. Narco a osé mais vient de s'endormir sur lui-même.

A découvrir

Mémoire effacée

Partager cet article

A propos de l'auteur

2 commentaires

  • axmax

    05/12/2004 à 21h39

    Répondre

    N'allez pas le voir !!!

    surtout si vous avez vu la bande annonce en effet celle-ci résume tous les passages drôles du film...N'est-ce merveilleux? vous gagnez un temps fou!
    car on peut le dire ce film est une perte de temps

    au début on rigole mais comme dirait l'autre:"ça part en cacahouette"
    on perd complétement le peu d'intérêt que l'on avait pu éprouvé.......
    il y a au moins une bonne demie-heure de trop !
    bonne nuit

  • Jade

    06/12/2004 à 10h20

    Répondre

    Ah, de mon coté, j'ai adoré! Les personnages sont très crédibles (ça se souligne dans un film français), et on rigole du début à la fin! L'ambiance est totalement délirante, et Guillaume Canet est épatant en pauvre gars un peu simplet. Par contre, celui qui m'inquiéte, c'est Benoit Poelvoorde. Non pas qu'il joue mal, mais ça fait bien 5 ans qu'il joue tout le temps le même role. En règle générale, tout les personnages sont parfaits dans leurs roles de paumés de service qui ont raté leur vie, et les situations ridicules au possible. Et en plus, le film reste optimiste (dans le sens un peu 'imbécile heureux', c'est vrai, mais c'est tout le charme du film) du début à la fin.
    La ou Axmax parle d'une demi-heure de trop, je nuancerais en disant qu'il y a une ou deux longueurs, mais on a largement survécu à pire. Une belle comédie qui se prend pas au sérieux, en somme.

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein cinéma, c'est l'actualité et les critiques de films qui sortent au cinéma, en dvd et en bluray .

Des grands classiques aux films d'actions hollywoodiens. Pas de tabous chez Krinein cinéma, hormis, peut-être, les films français qui sont trop souvent oubliés.

Rubriques