7.5/10

Narc

Narc(otiques)

Nick Tellis (Jason Patric) est un ancien flic qui travaillait sous couverture aux stupéfiants (narcotiques d'où Narc). Cependant, sa dernière enquête s'étant mal déroulée, il a provoqué la mort d'un bébé et a été relevé de ses fonctions. 18 mois plus tard, il est recontacté par la police qui lui propose de se racheter en reprenant une enquête sur l'assassinat d'un confrère qui était, comme lui, infiltré dans le milieu de la drogue. Réticent à côtoyer de nouveau ce milieu mais en difficulté financière, Tellis accepte l'enquête et doit donc faire équipe avec Henry Oak (Ray Liotta), qui était un proche de la victime et se consacre entièrement à la venger.

Le film débute par une scène assez classique de poursuite entre le flic et le méchant mais filmée de manière originale, caméra à l'épaule, à la manière d'un documentaire. Le résultat est saisissant et donne immédiatement le ton du film : Narc est un film sombre. Ce n'est pas de son scénario, assez classique (les deux flics que tout oppose qui doivent collaborer pour l'enquête sur un meurtre dans lequel un des deux pourrait être impliqué...), que Narc tire sa force mais de son ambiance, en effet, le réalisateur, Joe Carnahan (pressenti pour Mission Impossible 3), parvient à créer une ambiance bien spécifique et dirige ses acteurs de main de maître. On a rarement vu Ray Liotta aussi présent sur scène, on ressent sa colère sans qu'il ne tombe jamais dans la parodie. De même Jason Patric reprend le rôle du flic tourmenté de manière très subtile et son désir absolu de savoir la vérité est contagieux tant il sonne vrai.

Le découpage des scènes contribue également à l'ambiance, et même s'il exploite plusieurs clichés comme les nombreux flash-back qui évoluent au fil de l'enquête, ou le split de l'écran pour suivre l'enquête des deux policiers simultanément, ces clichés sont si bien intégrés et si bien réutilisés qu'ils passent très bien sans choquer. Au contraire c'est cela qui donne au film son ambiance. De plus les lieux visités, souvent des taudis ou des rues sombres, ainsi que le climat, hivernal et maussade, viennent ajouter à l'impression de misère et de tristesse du film. Toutes les anecdotes racontées par les policiers ou les suspects interrogés nous montrent des aspects réellement tragiques et choquants du monde de la drogue.

L'ambiance et l'interprétation des acteurs transforment donc un scénario moyen et banal (malgré ses nombreux rebondissements), en un film intéressant et qui rafraîchit le genre. Même si l'on assiste à une fin un peu trop chargée en rebondissements et si les méchants sont stéréotypés avec des dialogues (en VO) d'une parfaite vulgarité, le film a le mérite de sonner vrai. A noter le petit rôle de Busta Rhymes en méchant black.

Narc nous permet donc de voir deux acteurs à leur plein potentiel, tout en étant doté d'une intrigue et de personnages intéressants, le tout avec un bon réalisateur, un film que je conseille donc.

A découvrir

larmes du soleil (Les)

Partager cet article

A propos de l'auteur

    0 commentaires

    Participer à la discussion

    Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

    Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

    Krinein cinéma, c'est l'actualité et les critiques de films qui sortent au cinéma, en dvd et en bluray .

    Des grands classiques aux films d'actions hollywoodiens. Pas de tabous chez Krinein cinéma, hormis, peut-être, les films français qui sont trop souvent oubliés.

    Rubriques