8/10

Mystic river

La vie n'est pas un long fleuve si tranquille

Boston, dans les années 70. Trois gamins gravent leurs prénoms dans du ciment frais pour tuer le temps. Débarquent au même moment deux hommes en voiture se présentant comme flics. Jimmy et Sean leur mentent mais pas Dave, qui se retrouve embarqué dans le sinistre véhicule. Il passera les quatre jours suivants séquestré dans une cave par les deux kidnappeurs, des pédophiles. Trente ans plus tard, un nouveau drame réunit les trois amis d'enfance, lesquels ont suivi des chemins bien différents...

Clint Eastwood nous avait laissé sur une impression pour le moins mitigée avec son dernier film Créance de Sang (d'après le roman de Michael Connelly). Pour Mystic River, l'inoubliable interprète de Blondin chez Sergio Leone retrouve le scénariste Brian Helgeland (par ailleurs réalisateur du très bon Payback et du très nul Chevalier) pour, cette fois-ci, une adaptation d'un bouquin de Dennis Lehane. Faut-il chercher la différence majeure du côté d'un réalisateur exclusivement concentré sur l'arrière de sa caméra ? Il existe en tout cas entre Créance de Sang et Mystic River l'écart qui se mesure entre un bon film de genre et un chef d'oeuvre.

Difficile de passer sous silence la distribution TRES haut de gamme de l'affaire. Dans des rôles bien distincts mais totalement cohérents entre eux, les trois têtes d'affiche trouvent presque à chaque apparition l'occasion d'en mettre plein la vue. Et aussi incroyable que cela puisse paraître, aucun ne tire la démonstration vers lui : tous se mettent au service de l'histoire dans une homogénéité qualitative qui ne court pas toujours les bobines. Il en résulte une rare intensité, particulièrement lors des différentes scènes d'interrogatoire (officielles ou officieuses), qui semble tout autant inspirer les (pas si) seconds rôles.

On le comprend plus ou moins consciemment : tout repose sur une histoire et un script solide. « Une tragédie américaine » selon les mots d'Eastwood. Ces incidents honteux qui soudent et en même temps déchirent des familles, clans voire villes entières dans la fatalité et le poids d'un destin peut-être divin rapprochent Mystic River de certains dramaturges du pays tel Eugene O'Neill. Pays dont le spectateur européen retrouvera ici un aspect fascinant au travers des couleurs et charmes de Boston, étrangement magnifié par les faces sombres de la fiction parfaitement rendues grâce à la photo subtile et délicate de Tom Stern.

Malgré quelques faiblesses mineures (un ou deux effets un poil grandiloquents, les passages anecdotiques avec la femme de Sean), Eastwood ne cède jamais au moindre effet branché si prisé dans les récents thrillers de seconde zone réalisés par les fournisseurs officiels de MTV. Au contraire, le vieux sage nous mène à un train de sénateur et tisse, avec une maîtrise confondante, un véritable thriller des sentiments humains.

A découvrir

Identity

Partager cet article

A propos de l'auteur

10 commentaires

  • Dara

    01/02/2006 à 14h43

    Répondre

    Ce film fait partie de mes films cultes...
    1) Le casting : trois pointures dont je suis fan ! Sean Penn et Tim Robbins sont ... je ne trouve même pas les mots, on se tait et on applaudit...
    2) La réalisation : c'est là que j'ai vraiment découvert Clint Eastwood, qui est depuis un de mes réalisateurs préférés. Beaucoup de finesse et de pudeur pour traiter d'un sujet aussi lourd. Des silences qui veulent dire tellement plus que les mots. Déjà des jeux d'ombre et lumière. L'accent est mis sur le jeu des acteurs. Un thème musical à l'image du film, très réussi...
    3) Le scénario : pose la question de la justice. On nous montre l'homme tel qu'il est, loin du manichéisme, et le plus dur dans cette histoire est de n'avoir personne à détester, une souffrance sans vrai coupable à montrer du doigt (je pense d'ailleurs que le rôle de la femme de Sean Penn est là juste pour soulager un peu le spectateur de sa colère... elle est absolument détestable !).

    Ce film m'a véritablement bouleversée (et je ne sais même pas trop dire pourquoi... ) : sanglots et mutisme après la séance... 10 fois que je le vois et je pleure toujours comme je n'ai jamais pleuré... Il me prend aux tripes (mais vraiment, j'ai l'impression de sortir du bateau pirate du parc astérix...)... C'en est excessif !!! Ceci est un témoignage très personnel et qui ne vous intéressera sans doute pas beaucoup, mais c'est une manière pour moi d'exprimer mon admiration pour ce réalisateur et ces acteurs qui ont su me faire ressentir de pareilles choses.

    Rebelote avec Million Dollar Baby !

  • naweug

    01/02/2006 à 15h13

    Répondre

    Yep, j'aime bien aussi. Complètement différent de Million Dollar Baby, mais à la fois proche dans sa manière de traiter certaines choses par le silence.. car mine de rien, c'est dur à gérer ça dans un film.

  • Anonyme

    19/11/2007 à 19h17

    Répondre

    Pour ma part le film aurait dû s'achever sur le dialogue entre Sean et Jimmy ponctué par la phrase du premier disant que les 3 ne sont peut-être jamais ressortis de cette voiture, de cette cave : là on est proche d'une lecture mystique du films, une sorte d'enfer vécu par chaque personnage depuis.


    Hélas à mon avis ce qui suit gâche le film, à savoir le personnage de Jimmy qui demeure impuni, et donc double criminel. Je ne m'étendrai pas trop sur l'opinion que j'ai des films d'Eastwood, mais par exemple donner une coloration de thriller et d'enquête policière tout le long du film, tout cela pour aboutir à leur échec (eh oui personnifié ce bon vieux Jimmy), avec deux gamins vicelards comme criminels, deux histoires de pédophilie et j'en passe, ça fait beaucoup de complaisance pour rien.


    Je préfère comme étude plus sobre de la justice, la famille, et surtout la violence, "History of violence", dont je ne suis pas fan, mais qui est moins bien malsain. Je peux donner des explications à ce sujet si certains "fans" se sentent offensés.

  • Anonyme

    14/11/2008 à 12h48

    Répondre

    Je retrouve ce que j'apprécie dans les réalisations d'Eastwood : sobriété, justesse et pudeur.


    Avec en plus de grands acteurs (Sean Penn en tête) qui jouent à merveille, vous obtenez un grand film.


    Vraiment, à voir. Si si

  • nazonfly

    14/11/2008 à 12h56

    Répondre

    Non, non.

  • Anonyme

    14/11/2008 à 16h34

    Répondre

    SI SI !!


    M'énerve ce Nazgul1664, l'est jamais d'accord avec moi


    J'ai en plus l'impression qu'il me piste


    T'vas voir ta gueule à la récré to !

  • nazonfly

    14/11/2008 à 16h47

    Répondre

    Non je ne te piste pas. Je ne fais pas forcément tout le temps gaffe à ceux à qui je réponds (surtout quand ils n'ont pas d'avatar), mais c'est vrai que je n'ai pas franchement apprécié Mystic River...

  • Anonyme

    14/11/2008 à 16h59

    Répondre

    Je suis le drogué de la Star'Ac8 : le castor faisant des cookie vanille-chocolat SANS noix de pécan  (ce que je trouve abérrant mais bon...)


    Pas de problème, tu as ton avis que je respecte... l'appréciation d'un film est ce qu'il y a de plus subjectif.


    Bien à toi,


    Math78

  • riffhifi

    14/11/2008 à 17h16

    Répondre

    Non, ce qu'il y a de plus subjectif c'est l'appréciation d'un album de musique. Mais c'est subjectif.

  • Anonyme

    14/11/2008 à 17h20

    Répondre

    lol

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein cinéma, c'est l'actualité et les critiques de films qui sortent au cinéma, en dvd et en bluray .

Des grands classiques aux films d'actions hollywoodiens. Pas de tabous chez Krinein cinéma, hormis, peut-être, les films français qui sont trop souvent oubliés.

Rubriques