7/10

Morning Glory - Test Blu-ray

Malgré le titre, Morning Glory n'a aucun lien avec le film du même nom produit dans les années 30 (avec Audrey Hepburn en vedette), d'une part ; et d'une autre, on ne trouve non plus aucune passerelle culturelle vers le célèbre album du groupe pop-rock Oasis, (What's the Story) Morning Glory. Difficile d'écrire une introduction un peu informative dans ces conditions, mais nous pouvons néanmoins disserter un peu sur la signification du titre qui fait référence, à la base, à une fleur s'ouvrant au petit matin. La comparaison avec le sujet du film s'impose donc d'elle-même, puisque celui-ci va traiter du quotidien des équipes préparant les émissions matinales américaines. Il y a également une définition d'argot beaucoup plus imagée (= sexuelle), mais je vous laisse le soin de faire des recherches si cela vous est nécessaire.

LE FILM


DR.
Morning Glory
n'a qu'une seule et unique ambition : divertir. Il ne montre pas réellement l'envers du décor des émissions matinales, ne cherche pas à faire réfléchir sur les tenants et aboutissants du métier de producteur exécutif ou sur l'isolement que provoque l'addiction au travail, et ne propose même pas de romance digne de ce nom, non. Le film ne sera qu'une petite pâtisserie assez sucrée qui va nous permettre de passer un agréable moment, au minimum, en s'appuyant uniquement sur la bonne volonté manifeste de ses acteurs. Rachel McAdams, en plus d'être jolie, possède le don précieux de pouvoir communiquer sa bonne humeur au spectateur, de l'entraîner dans son sillage pour le faire rentrer dans l'univers de son personnage qui, somme toute, n'a rien de bien exceptionnel dans ses fondements. On se retrouve donc avec la jeune productrice ambitieuse, dévouée à son travail, obligée d'affronter les vieux briscards pour se faire une place. Avec son entrain, son énergie, et une certaine dose d'humour, la jeune Becky est le guide rêvé pour entrer tête baissée dans une intrigue toute aussi mince mais qui s'avère, sur la durée, aussi sympathique que son protagoniste principal.
DR.
On pourra reprocher à la première partie du film d'être assez mollassonne, celle-ci étant focalisée sur les coulisses de l'émission matinale et les premières luttes d'ego entre présentateurs ; mais la seconde partie se rattrape en haussant le ton et le rythme, en apportant un petit grain de folie, avec nos remerciements. A la réplique, il faudra compter sur la tronche de vieil aventurier arboré par Harrison Ford, dont la prestance et la mimique de chien méchant font merveille – malgré un jeu en flagrante demi-teinte et un manque de jusqu'auboutisme du personnage. Les quelques duels qu'il s'offre avec Diane Keaton valent néanmoins le coup d'oreille. Derrière la caméra, Roger Michell est loin de faire de la figuration. Sa réalisation est sérieuse, assez enjouée, avec quelques idées bienvenues empêchant le film d'être trop commun ou de trop verser dans la comédie romantique - ce qu'il n'est pas en fin de compte malgré son intrigue amoureuse.

LE BLU-RAY


DR.
Adressons dans un premier temps nos remerciements à Paramount pour avoir changé l'affiche du film et avoir proposé une jaquette d'une meilleure tenue. Celle-ci a beau être assez classique, elle représente davantage le film dans sa globalité, respire la bonne humeur, et met en valeur l'attachante personnalité de Rachel McAdams. On regrette dès lors que le reste ait été aussi mal considéré, à commencer par un menu désespérément statique alors que le blu-ray favorise justement les excentricités. Encore, ceci n'est que détail, mais l'absence de contenu est déjà beaucoup plus problématique puisque le blu-ray ne proposera qu'un commentaire audio assez mou (deux intervenants seulement, la scénariste et le réalisateur) et une scène coupée parfaitement dispensable. Dommage, mais en contrepartie, le film peut s'installer confortablement et proposer un bitrate de compression très important, qui se ressent à chaque plan. Les couleurs sont lumineuses sans jurer, le léger grain de la pellicule est présent sans jamais détériorer l'image, et la définition reste impeccable quelque soit le type de plan. L'audio, profitant d'un DTS-HD Master Audio 5.1 en VO, ne mettra pas vraiment à profit votre installation 5.1 ou supérieur, et pour cause, nous sommes dans le registre de la comédie. Nous restons donc dans des secteurs balisés, limitant au maximum l'utilisation des voies arrières pour s'appuyer sur les dialogues et la musique par les voies frontales.

CONCLUSION

La combinaison du talent de Roger Michell et la fraîcheur du jeu de Rachel McAdams parviennent entièrement à dissimuler les faiblesses et le manque d'originalité de cette comédie assez drôle et sans prétention, que l'on appréciera principalement pour les valeurs de divertissement qu'il véhicule.
L'achat du blu-ray est recommandé pour les spectateurs exigeants en termes de qualité d'image et de son, mais pas pour ceux qui adorent croquer du bonus avant d'aller au boulot, le contenu étant plutôt faible et assez peu intéressant.


DR.

A propos de l'auteur

0 commentaires

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein cinéma, c'est l'actualité et les critiques de films qui sortent au cinéma, en dvd et en bluray .

Des grands classiques aux films d'actions hollywoodiens. Pas de tabous chez Krinein cinéma, hormis, peut-être, les films français qui sont trop souvent oubliés.

Rubriques