8/10

Monsieur Verdoux

Lorsque Orson Welles parla pour la première fois à Charlie Chaplin de son projet de faire un film sur la vie du célèbre séducteur et assassin Landru, Chaplin y voit d'emblée la possibilité de réaliser une oeuvre différente de ses précédentes puisqu'il pense à une oeuvre beaucoup plus froide, une sorte de comédie macabre.

Chaplin achète l'idée à Welles et convainc non sans mal le comité américain de censure. Il pense d'abord baptiser son film Tueur de Dames, puis Barbe Bleue, puis encore Verdoux. Finalement il retiendra Monsieur Verdoux.

Monsieur Verdoux est un bon époux et un excellent père de famille, puisque attentionné et généreux avec les siens. Et comme beaucoup, il a son petit vice à lui. Lequel ? Celui de séduire de belles femmes, belles mais surtout fortunées. Puis de les assassiner avec précaution et de leur dérober leurs richesses.

Le film sort alors que et la presse et le public ne s'intéressent qu'aux véritables sympathies de son auteur. Rappelons que Charlie Chaplin est soupçonné depuis quelques années déjà de soutenir les idéaux communistes et qu'il est menacé d'expulsion. Du coup, la sortie du film a été un échec cuisant, et Monsieur Verdoux a été jugé trop cynique et immoral. Le pari était trop grand.

Cependant, ce fut un immense succès en Europe. Certes, on est en présence d'une comédie sombre et glacée, où seul règne l'humour noir et grinçant d'un Chaplin pourtant toujours aussi vif et expressif grâce à ses gestes en tous genres et son visage élastique. Verdoux est un meurtrier, et cet aspect de monstre aussi charismatique que calculateur s'oppose intégralement au raffinement dont il fait preuve, à ses bonnes manières et à sa bonne éducation.

C'est un plaisir, ne le cachons pas, de retrouver Chaplin dans un domaine radicalement différent. Un Chaplin qui a définitivement abandonné son personnage fictif de vagabond pour se consacrer à des oeuvres plus matures. Moins raisonnables diront certains. Reste que l'idée de base et le contenu de l'histoire, la mise en scène et les rôles secondaires sont tous excellentissimes. François Truffaut disait à propos du film : C'est une réussite prodigieuse. La construction du scénario, le dialogue, le rythme, le jeu de tous ses partenaires, tout est génial dans ce film, et d'un génie nouveau.

Monsieur Verdoux est un grand moment cinématographique à vivre. Le panel d'émotions qui vous prendra à la gorge tout au long du film vous surprendra. On est ému, on est outré, mais jamais choqué. Verdoux est un assassin sympathique, qui amuse la galerie jusqu'à faire rire aux larmes. Pourtant, sa cruauté n'est jamais vraiment dissimulée.

A noter que Chaplin s'est bel et bien tourné vers le cinéma parlant en signant coup sur coup Le Dictateur et cette oeuvre, lui qui avait toujours eu le souci de réaliser des films universels, qui soient compréhensibles du monde entier et qui avait donc toujours refusé d'y insérer le moindre dialogue.

A découvrir

feux de la rampe (Les)

Partager cet article

A propos de l'auteur

0 commentaires

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein cinéma, c'est l'actualité et les critiques de films qui sortent au cinéma, en dvd et en bluray .

Des grands classiques aux films d'actions hollywoodiens. Pas de tabous chez Krinein cinéma, hormis, peut-être, les films français qui sont trop souvent oubliés.

Rubriques