A DECOUVRIR
7.5/10

Donkey Kong Country - Test

Pourquoi faut-il que je teste toujours des jeux dans lesquels se baladent des singes qui bouffent des bananes ? Pourquoi les Japonais trippent-ils autant sur les singes et ce, depuis longtemps (le premier Donkey Kong date de 1981) ? Et pourquoi je me pose tant de questions ? Parlons plutôt de ce jeu !

Donkey Kong Country est un portage de la version Super NES sortie en 1994. Un petit tour sur Grospixels m'a permis d'en apprendre un peu plus sur ce jeu auquel j'avais déjà joué à l'époque. La Playstation et la Saturn venaient de sortir et Nintendo voulait en mettre plein la vue en sortant un des plus beaux jeux de plate-forme 2D. Pour cela, ils ont fait appel au studio anglais Rare Software (qui ont plus tard fait GoldenEye) qui a trouvé la solution : les personnages du jeu seront modélisés en 3D sur des stations Silicon Graphics pour être après digitalisés en sprites. Cette "fausse" 3D ajoutée à de splendides décors a fait forte impression. C'est surtout les animations qui sont très réussies et très plaisantes à regarder.
On retrouve donc ce jeu sur Game Boy Advance presque dix ans plus tard. Etrangement, le jeu est moins beau que sur la SNES mais comporte quelques petits ajouts bien sympathiques dont je reparlerai. Les effets d'eau et de glace sont toujours aussi somptueux mais le jeu pixellise un peu plus qu'avant. Par contre, mettez un casque audio pour profiter au maximum des musiques très réussies du jeu.

Voilà pour le petit cours d'histoire pas forcément inutile vu que j'ai pu vous parler un peu des graphismes. J'ai envie de vous raconter le scénario du jeu mais je risque d'être le sujet de railleries après. Tant pis, j'assume : des méchants crocodiles ont piqué les bananes de notre ami Donkey Kong (habillé avec une cravate) et de son fils Diddy (très djeuns avec sa casquette et son t-shirt). Nos deux singes vont donc partir donner quelques baffes et ramasser les bananes. Avouez que ça change de Mario et de cette cruche de princesse :)
Les deux singes sont présents en même temps à l'écran et vous n'en contrôlez qu'un. Vous pouvez changer quand vous voulez de perso (Donkey est plus fort mais Diddy saute plus haut et va plus vite) ou de manière automatique quand celui que vous contrôlez meurt (dès que vous vous faites toucher). Quand vous êtes seul, vous pouvez récupérer l'autre en trouvant un tonneau le contenant.
Vous pouvez même jouer à deux, chacun contrôlant un singe à tour de rôle.

Les actions possibles sont assez variées : nos singes sautent, font des roulades, courent, grimpent, lancent des tonneaux, utilisent des lianes, nagent, se font propulser à coup de canon. Vous pouvez même chevaucher des animaux qui vous servent de bouclier vivant. De plus, certains niveaux proposent des originalités comme la descente dans une mine en chariot façon Indiana Jones, le fait de pouvoir « éteindre » les ennemis avec un bouton, la présence de nombreux challenges cachés dans les niveaux... Ca donne un jeu de plate-forme s au gameplay assez varié qui vous tiendra en haleine un bon bout de temps d'autant plus qu'il regorge de passages secrets que vous devrez tous trouver pour le finir à 100%.

La difficulté est par contre assez mal dosée. Alors que la majorité des boss sont étonnants de simplicité, certains niveaux sont quasi impossibles et demandent une très grande maîtrise. De plus, certains niveaux sont un peu vides d'ennemis et on a parfois l'impression de repasser deux fois au même endroit... Heureusement, il y a la possibilité de sauvegarder au milieu d'un niveau et vous ne manquerez jamais de vies.

Les ajouts de cette version GBA sont peu nombreux : on a d'une part la possibilité de débloquer des artworks du jeu et de l'autre le fait de pouvoir jouer à deux mini-jeux bien sympas : un jeu musical type Dance Dance Revolution et un jeu de pêche. Mais ça ne justifie vraiment pas le fait de payer le prix fort pour le portage assez médiocre d'un jeu qui a près de dix ans alors qu'il y a de bien meilleurs titres sur la portable de Nintendo.

Partager cet article

A propos de l'auteur

    1 commentaires

    • Anonyme

      04/03/2004 à 00h00

      Répondre

      Là encore faut pas s'étonner. Un jeu RareWare comme on en verra peut-être plus jamais. Sur 1 à 10, je lui mets 13 ! Franchement, si vous vous souvenez de 1994, vou saurez de quoi je parle ! C'était LA révolution Donkey Kong, au même titre qu'un Fable, un Metroid Prime, un Halo ou un Mario 64 !!!

    Participer à la discussion

    Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

    Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

    Rubriques