7/10

Mirrors

Mirrors est un film plutôt efficace mais qui ne renouvelle malheureusement pas le genre horrifique. A voir pour se faire peur.

Le miroir, étrange objet dont le seul et unique but est de refléter l'image de celui qui regarde dedans, est un sujet d'étonnement et de réflexion, sans mauvais jeu de mot, pour bien des artistes. Persée parvient à vaincre Méduse en se servant de son bouclier comme un miroir. Le reflet devient prise de conscience chez les frères Grimm, car c'est le miroir qui révèle à la reine maléfique la beauté de Blanche Neige. Chez Lewis Carroll, le miroir est une porte entre deux mondes qu'emprunte Alice pour revenir au Pays des Merveilles. Et personne n'a oublié, sans doute, cet abominable miroir dans Ring, reflétant d'horribles images. Petit dernier de la liste, Mirrors d'Alexandre Aja, réalisateur français exilé à Hollywood et remakeur de La colline a des yeux en 2006, propose une nouvelle fois d'éclairer les miroirs sur grand écran, dans un film horrifique plutôt bien foutu mais pas franchement original.

Le reflet de Ring, Dark Water

Après le visionnage de Mirrors, ce manque d'originalité, associé aux grosses ficelles hollywoodiennes, gâche un peu le plaisir du spectateur. Depuis quelques années déjà, les maîtres de l'épouvante sont clairement asiatiques. Du Japonais Hideo Nakata, réalisateur de Ring et Dark Water, deux films qui mettent le trouillomètre à zéro au Coréen Kim Jee-Won dont l'horreur dramatique 2 soeurs contenait des scènes marquantes quand on se cache au fond de son lit le soir, on retiendra des chemins de la peur bien définis. L'eau ruisselle et suinte de façon
abominable, les jeunes asiatiques se cachent derrière leurs cheveux en vous observant à la dérobée, et cette tension palpable qui fait le succès de ces films, et qui, au passage, les rend absolument prioritaires dans le remake à l'américaine qui peine à se hisser au niveau de l'original. Mirrors est lui aussi une adaptation d'un film, coréen cette fois-ci. Into the mirror n'a pas l'aura de ces prédécesseurs, et Aja a volontairement modifié la trame originale, ne gardant que l'idée générale du miroir. Pourtant il est difficile de ne pas voir l'influence du cinéma asiatique sur ce film. On y retrouve tous les repères habituels, de la jeune fille terrifiante à l'eau fatale et clapotante. Du coup, tout ceci fonctionne terriblement bien. Et Mirrors fait sursauter plus d'un spectateur. Quand il ne lui donne pas des frissons inextinguibles et le choque de façon si marquante que les miroirs deviennent petit à petit très effrayants. Surtout la nuit.

Hôtel holywoodia

Cette influence japonaise marquée ne peut malheureusement pas cacher des mauvaises habitudes du cinéma. Ben Carson (Kiefer Sutherland) est le prototype du nouveau héros, un mec paumé, ancien flic forcément, alcoolique évidemment et en cours de rupture avec sa femme, comme de bien entendu. Le personnage semble parfois tellement caricatural qu'on ne peut s'empêcher de voir Bruce Willis en filigrane de Sutherland. Sa femme Amy est forcément très belle, une médecin du genre à se balader en décolleté pendant la moitié du film et dont le petit haut blanc n'attend qu'une chose : devenir trempé, ce qui arrive inexorablement. Le choix même de l'actrice est un aveu : Paula Patton n'est rien d'autre qu'une sorte de clone d'Halle Berry, utile quand on n'a pas les fonds pour se payer l'originale. Quant au fin mot de l'histoire, que nous ne vous dévoilerons pas ici, il fait partie de ces explications presque rationnelles à des événements surnaturels qu'on a pu rencontrer des dizaines de fois au cinéma. Les dernières minutes sont à ce sujet l'occasion de multiplier les revirements de situation. Enfin, le grand magasin dans lequel se déroulent les événements et qui est, comme souvent, l'élément central du film, est effrayant de noirceur, imposant de majesté et habité d'une malignité palpable.

Dans un genre codifié, balisé, Mirrors ne sort pas des clous mais reste terriblement efficace. Vous ne verrez jamais plus votre miroir comme avant.

A découvrir

Jar City

Partager cet article

A propos de l'auteur

Intéressé par beaucoup trop de sujets, nazonfly est en charge de la partie Musique Krinein depuis quelques années. Ce qui ne l'empêche pas de visiter les territoires des livres, du cinéma, des médias et même de sciences et tech.

6 commentaires

  • Anonyme

    18/09/2008 à 18h46

    Répondre

    Ce Mirrors est un bon film, bien flippant (je ne compte plus le nombre de fois où j'ai sursauté). C'est très "pro" (Aja a vraiment fait du bon boulot), mais trop "américanisé": était-il nécessaire d'y placer une histoire de famille en danger pour rendre le film si flippant ? Et puis, il est vrai que le stéréotype du flic alcoolique après une bavure n'est pas vraiment original.


     Comparé à son original coréen, je dirais qu'il est plus "puissant", mais la version coréenne est plus intéressante, du point de vue des situation des personages (le confusianisme dont est imprégnée la culture et le mode de vie coréen y est particulièrement bien développé).L'Into the Mirror coréen est plus un film d'enquête, le Mirror US est un film très violant (la scène de la beignoire est affreuse !).


    Quoi qu'il en soit, malgré ses faiblesses typiquement US, c'est vraiment un bon film: allez-y sans hésiter et visonnez la version coréenne, elle en vaut également la peine !

  • Anonyme

    28/09/2008 à 18h18

    Répondre

    Désolé de casser l'ambiance mais ce film est une catastrophe.


    Dès la scène d'introduction, on se rend compte que c'est mal filmé et mal joué.


    Tout au long du film les dialogues sont plus ridicules les uns que les autres et les acteurs sont de vraies caricatures. Le scénario tient sur un bout de papier, rien n'est vraiment expliqué, et surtout l'ambiance ne prend pas.


    Et plus que de sursauter, on a surtout envie de gerber lors des deux scènes gores absolument immonde (je pense surtout à celle de la baignoire).


     J'aurais donc passé la moitié de la scéance à m'ennuyer  désespérément avant d'exploser de rire devant un film aussi ridicule (et puis ça fait passer le temps plus vite).


     


    PS: Je vous assure, j'aime bien les films d'horreur en général... mais les bons.

  • nazonfly

    29/09/2008 à 10h00

    Répondre

    Oui j'aurais dû noter les scènes gore....

  • Anonyme

    07/10/2008 à 18h39

    Répondre

    Je rejoins completement l'avis de Joker ...à se demander comment un acteur avec la renommée de kiefer Sutherland a bien pu accepter de tourner dans un tel nanar .




    Par ou commencer ? Peut-etre par l'absence totale de scénario (mhhh j'exagère un peu , il doit bien tenir sur un post-il , écrit en caractère 18 ) , des dialogues qui ont du etre expediés en 20 minutes de brainstorming à mon avis ( " Be carefull with the water , it creates reflections ! " waouh ... ) .




    On rajoute à tout ca un manque total de suspens tout au long du film ( meme le dénouement fait doucement rire , le heros qui se fait malmener facon boule de flipper pendant 2 minutes puis trouve en lui des forces Herculéennes ... ) .

    Ce a quoi on rajoute la scène absolument infâme de la salle de bain (qui se paye en plus le luxe d'etre totalement superflue ... )


    Que dire de la chute du film ? si ce n'est que le scénariste avait du voir 6eme sens ...Bref d'une originalité incroyable .


    On a donc le droit à du gore pour du gore , qui n'est pas à la hauteur de Saw (film qui n'a au moins aucune prétentions ...) et en dehors de ca un film ennuyeux a mourir.


    Au prix de la place de ciné , y a franchement de quoi avoir des regrets ...

  • Anonyme

    08/10/2008 à 11h39

    Répondre

    Je suis d'accord sauf sur un point.


    Paula Pat­ton est largement plus belle qu'Halle Berry.


    (Et l'action ce passe en grande partie dans un ancien grand magasin pas dans un hotel voila c'est tout)

  • nazonfly

    08/10/2008 à 11h53

    Répondre

    Oui un grand magasin, pas un hôtel. Critique corrigée. Merci!

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein cinéma, c'est l'actualité et les critiques de films qui sortent au cinéma, en dvd et en bluray .

Des grands classiques aux films d'actions hollywoodiens. Pas de tabous chez Krinein cinéma, hormis, peut-être, les films français qui sont trop souvent oubliés.

Rubriques