3/10

Metal : voyage au coeur de la bête

CHRONIQUE EXPRESS

Le metal est souvent décrié comme un genre musical violent, générateur de dérives et de cultes sataniques divers, pratiqué par des fous furieux qui découpent des animaux et des petits enfants dans leur cave. Le réalisateur Sam Dunn a
voulu mettre fin à cette légende avec ce documentaire qui suit et interroge autant de spécialistes que d'artistes (Iron Maiden, Motorhead, Slipknot, Black Sabbath...) pour cerner le phénomène et ses implications.

Pas de bol, la démonstration tourne vite au trip nombriliste, le réalisateur finit par nous parler davantage de lui que de son sujet, et les spectateurs qui n'étaient pas convaincus dès le départ ne risquent pas de l'être plus à la fin. Dommage, le film aurait pu être un moyen d'élargir le cercle trop fermé des fans de metal.

A découvrir

Mamma mia !

Partager cet article
A voir

Jar City

A propos de l'auteur

6 commentaires

  • Anonyme

    10/04/2007 à 17h50

    Répondre

    je trouve la critique présenté pour ce docu, tout a fait débile!!
    c'est l'exemple meme d'une génération contre lequel la plus part des metalleux ce battent.... le seul trucs vraiment bien dit, c'est la conclusion qui est je l'accorde, un peu conne de sa part....

    et pour le satanisme, il est tout a fait normal de citer les groupes gorgoroth et autres, ils parlent de choses atroces, mais il est important de le montrer, et de dénoncer ce genre d'agissement, c'est la ou vous avez pas comprid qu'elle était le but de cette partie du docu sur le satanisme... bref, pour moi, votre commentaire ne vaut pas un clou, vous etes l'exemple type des personnes fermé d'ésprit par rapport a tout ce que vous comprennais pas!

  • gyzmo

    10/04/2007 à 19h19

    Répondre

    Je trouve l'association "Metal : voyage au coeur de la bête" et le formidable "The Longest Journey" totalement irresponsable ! C'est une HONTE pour l'ensemble de la communauté de france et (surtout) d'ailleurs, vers l'infini et au-delà ! Ce genre d'association amalgameuse est l'exemple type d'une rencontre avec le troisième qui n'a rien à voir la-dedans (qui plus est !!!).

    Je ne vous remercie pas, monsieur le rédacteur.
    Au revoir. A jamais. Prout.

  • Wax

    10/04/2007 à 19h24

    Répondre

    Gyzmo tu es un grand malade...

  • Anonyme

    21/08/2007 à 01h44

    Répondre

    Je crois pas que le film soit effectivement utile pour qui ne connaît pas le milieu, il en ressortira pas grandi ou informé sur le mouvement. Et avec ça, c'est vrai que c'est concentré sur la petite personne de sam.


     En fait le reportage paru il y a quelques années sur ARTE est bien plus explicite sur la chose.


     Une chose, les gars: le satanisme est idéologique, dans le metal, il n'est pas invoqué, mais plutôt évoqué à tout bout de champ, brandi aux yeux de la "bonne société". Loin de moi l'idée de critique la masse populaire, j'explique juste que le mouvement metal adoptait une attitude pseudo-sataniste par provocation, réaction et fracture à une société qu'il qualifiait de "bien-comme-il-faut"


     Une sorte de mai 68 musical, sonore.


     


    Car la plupart des musiciens et fans de metal ne pratiquent pas le satanisme, se marient à l'Eglise et se font enterrer et/ou font enterrer leurs proches dans des cimetières chrétiens. Tout simplement.


     Quant aux tarés qui pratiquent réellement le satanisme, ils sont probablement 1% voire pour mille de la "planète metal"


     PS: aucun des gars qui ont brûlé les églises en Norvège ne dépassait l'âge de 25 ans. Et encore je suis gentil. Les musiciens des groupes de black les plus connus de la scène underground devaient avoir entre 16 et 20 ans. Oh bien sûr, l'âge n'excuse pas les gestes, mais c'est juste pour vous rappeler certains excès dans les banlieues en France il y a quelques temps... ou en mai 68, aussi, éventuellement... 

  • Anonyme

    24/10/2007 à 22h53

    Répondre

    Le black metal norvégien est tellement fermé qu'il ne marche presque que par enregistrements en caves et marchés noirs. Les groupes qui sortent du lot et vendent vraiment des albums (Immortal, Dimmu Borgir) sont honnis. C'est vraiment d'une stupidité aberrante...


    (note: je n'ai pas vu le docu) 


    Un mot sur le satanisme: si la confession, la foi sataniste, sont vraiment des imbécilités finies à jeter par la fenêtre avec un cd de Tokio Hotel (volé à votre petite soeur, car en tant que metalleux vous êtes TRES méchants! regardez Zdenek!), un parpaing et une belette (pour aplatir tout ça à la chute), la PHILOSPHIE sataniste (développée par Anton LaVey), elle, est par trop méconnue et pourtant intéressante. Et étrangement, très metalleuse. En gros, c'est un individualisme neutre: respecte tes amis et les enfants, ne fais pas attention à tes ennemis ou fais-leur face, vis ta vie come tu l'entends, ne te laisse pas guider par un dogme quelconque.


    Oui je suis chrétien. Oui je suis sataniste de ce point de vue. 

  • pastis-mirabelle

    14/01/2008 à 20h40

    Répondre

    M'est avis que les paroles des barres de fer... pardon, des morceaux de métal (oui, elle est facile ) dne peuvent que provoquer, pour la simple et bonne raison que la musique en elle-même est d'une violence à couper le souffle (ce qui ne constitue pas un reproche) et elle fait souvent passer des émotions qui prennent aux tripes. Et, comme le signale drytoon, la quasi-totalité des métalleux sont des personnes tout à fait "ordinaires" (bien que je n'aime pas ce mot). Donc, outre le côté "révolte", je ne crois pas qu'il serait de bon ton de faire un morceau de métal avec les paroles de Candy ...

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein cinéma, c'est l'actualité et les critiques de films qui sortent au cinéma, en dvd et en bluray .

Des grands classiques aux films d'actions hollywoodiens. Pas de tabous chez Krinein cinéma, hormis, peut-être, les films français qui sont trop souvent oubliés.

Rubriques