8/10

Mesrine - 2ème partie : L'ennemi public n°1

Une deuxième partie bien plus enlevée que L'instinct de mort sorti le mois dernier : Jean-François Richet et Vincent Cassel flattent la légende dans le sens du poil, et font de Mesrine un Robin des Bois bondissant et sympathique.

Après un premier volet qui se terminait sur la période canadienne de la "carrière" de Mesrine, Jean-François Richet embraye sur une seconde partie située quelques temps plus tard, couvrant les années 1973 à 1979. Pas de suspense, tout le monde connaît la fin (rappelée aussi bien au début du premier film que sur l'affiche de celui-ci) : Jacques Mesrine trouvera une mort violente porte de Clignancourt, au volant d'une voiture transformée en cauchemar de garagiste. Mais son image reste auréolée d'une aura d'héroïsme et de respectabilité, que Richet n'est pas prêt d'ébranler avec ce diptyque à sa gloire.

Entre deux évasions spectaculaires, Mesrine commet les crimes les plus audacieux, détrousse les banques et déclare à qui veut l'entendre qu'il respecte un code
"Tu vois mec, ce que j'aimerais c'est
une barbe et une coiffure disco."
d'honneur inflexible. Médiatisé à outrance, il devient l' « ennemi public n°1 » et entend bien conserver ce titre...

Là où L'instinct de mort (directement inspiré du livre que Mesrine écrivit lui-même en prison) possédait un parfum de biographie appuyé mais imparfait, cette deuxième partie joue à fond la carte du polar dans tout ce que le genre contient d'emblématique. Les sous-genres sont traités en autant de chapitres : film de braquage, film de procès, film d'évasion... Plusieurs scènes auraient pu occuper un scénario entier, et le foisonnement des évènements décrits donnent plus l'impression d'assister à une fiction échevelée qu'à un compte rendu fidèle d'une quelconque réalité. Brigand de grand chemin équipé de flingues rutilants, se pavanant dans les plus beaux costumes, conduisant les plus belles bagnoles, ne s'attaquant qu'aux riches et n'oubliant jamais d'avoir le mot pour rire, le personnage interprété par Vincent Cassel fait penser au Belmondo des années 70. On peut s'amuser à disserter sur la dangerosité de cette glorification du personnage, présenté comme ayant la classe internationale, mais il n'y avait finalement rien de différent dans la légende bâtie autour de figures de l'ouest comme Jesse James. De la même manière, on retrouve ici un héros solitaire (pas une amitié, pas un amour ne dure plus de quelques mois) face à un shérif (le commissaire Brossard campé par un Olivier Gourmet étonnant) dont le duel avec Mesrine possède une certaine noblesse. Malgré les récriminations de Cassel et Richet, malgré l'avertissement en début de film et le monologue un peu consensuel au cours duquel Mesrine affirme qu'une vie de criminel n'est pas à imiter, on aurait du mal à contester la volonté évidente de fournir ici une alternative française au Scarface de Brian De Palma, adulé depuis 25 ans pour sa bad attitude et sa quête
"Bon OK, j'avais tort."
rageuse de liberté à tout prix.

A l'arrivée, le film est essentiellement un divertissement, réalisé sans fioriture et avec un sens de la tension palpable dans chaque scène. On note un fléchissement de l'intensité dans la dernière partie, où apparaît un Gérard Lanvin (affublé d'un accent du Sud qui donne l'impression constante qu'il s'apprête à raconter une histoire marseillaise) dont l'absence n'aurait pas nui à la narration de façon significative. Mais l'ensemble est solide et porté par un casting solide : Cassel (seul acteur commun aux deux films en-dehors de Michel Duchaussoy, qui joue fugitivement son père) est impeccable en bandit bedonnant et gentiment mégalo, Samuel Le Bihan et Mathieu Amalric sont d'efficaces seconds couteaux et Ludivine Sagnier joue les potiches de qualité supérieure. Il n'y a rien de bien malin à creuser dans la psychologie du personnage (bien que son côté « yeux plus gros que le ventre » soit montré avec une certaine finesse) et les évènements sont montrés avec un parti-pris évident (la fin, notamment, est à prendre avec de gigantesques pincettes), mais le spectacle est assuré avec panache et surclasse largement L'instinct de mort... Dont la vision s'avère d'ailleurs rétrospectivement assez inutile.

A découvrir

Rock'n'rolla

Partager cet article

A propos de l'auteur

11 commentaires

  • Anonyme

    14/11/2008 à 17h38

    Répondre

    préssé de le voir, après le 1 c'est normal. J'espère avec un peu plus de réalisme pour le second volet.


     


     

  • Anonyme

    19/11/2008 à 22h00

    Répondre

    J'ai adoré le film comme le premier tiens. Oh mon Dieu Protoss va dire que je suis fou et que je vais tuer des gens ! C'est beau l'imagination ... Franchement Protoss, si tu es allé le voir, j'éspère que cela ne t'as pas trop traumatisé.


    P.S: De toute façon je me fiche de la réponse de Protoss, parce que si quelqu'un aime le film et trouve Vincent Cassel génial, il ou elle est automatiquement dangereux, fou et va devenir l'enemmi public n°1; pense ce cher Protoss. Alors ignoré le et dites ce que vous  en pensé.(La liberté d'expression et baffoué avec lui.) 


    Tiens je vais lui redire pour le saouler , 'jai beaucoup aimé le film. Voilà c'est tout.


    Protoss as tu regardé dans le dictionnaire comment dit t'on "emmerdeur" poliment ?

  • Anonyme

    23/11/2008 à 17h29

    Répondre

    Intellectuels, détournez-vous. Ce film s'adresse au public lambda (j'en suis) pour qui l'émotion est le facteur recherché; et c'en est plein. Oublions le reste (qques invraisemblances et maladresses) et ne boudons pas notre plaisir. La seconde partie est plus forte encore que la premiére . BRAVO à Cassel et AMALRIC, ainsi qu'au réalisateur, tous géniaux.

  • protoss

    23/11/2008 à 22h16

    Répondre

    Salut,


    J'ai bien aimé ce film, qui reprend la suite du premier sans fioritures. En fait, on a plutôt l'impression qu'il s'agit d'un film coupé en 2, plutôt qu'une suite. L'atmosphère est prenante, bien que moins impressionnante que dans le premier (peut-être que la touche Depardieu y était pour quelquechose). 


    Voilà voilà... cool cool...  

  • Lestat

    30/11/2008 à 22h23

    Répondre

    Bien, bon film, parfois touchant, souvent tendu (la fin !). Mais je crois que je préférais le classicisme du premier volet.

  • Anonyme

    02/12/2008 à 12h50

    Répondre

    Merde, je me suis fais abusé de mon plein gré : j'ai cliqué sur l'affiche croyant que c'était celle de "La Passion".


    La ressemblance est vraiment frappante, graphiquement parlant.


    C'est fait exprès d'après vous ?

    Sinon, pas plus de commentaires, je n'ai pas encore vu un seul des deux films.

  • riffhifi

    02/12/2008 à 14h10

    Répondre

    Il y a un côté clairement christique dans cette image de Mesrine mort. Après, je ne pense pas que ça soit consciemment apparenté à l'affiche du film de Mel Gibson, mais il faudrait demander aux gens du film

  • Anonyme

    05/12/2008 à 21h35

    Répondre

    Une vraie tuerie , on ne peut faire mieux , un chef d'oeuvre cinématographique .. Une vraie histoire , des rebondissements de partout , j'adore Cassel .


     

  • Anonyme

    06/12/2008 à 01h45

    Répondre

    Je suis allé voir le film et je l'ai trouvé génial. Excellente suite. Vraiment je pense que j'irais peut-être le revoir une deuxième fois pour faire plaisir à un ami qui ne l'a pas encore vu. Je serais toujours aussi heureux de paratger un vraiment moment de cinéma avec le grand et génial Vincent Cassel.

  • Anonyme

    01/01/2009 à 19h23

    Répondre

    Super film ! à voir

  • Anonyme

    21/07/2009 à 17h36

    Répondre

    bien

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein cinéma, c'est l'actualité et les critiques de films qui sortent au cinéma, en dvd et en bluray .

Des grands classiques aux films d'actions hollywoodiens. Pas de tabous chez Krinein cinéma, hormis, peut-être, les films français qui sont trop souvent oubliés.

Rubriques