Quel est le meilleur film de Miyazaki ?

Et voilà, le Walt Disney Japonais a tiré sa révérence et nous offre son ultime long-métrage avec Le vent se lève. Même sans l'avoir vu, je pense pouvoir dire sans trop prendre de risque que c'est un chef-d’œuvre. Mais c'est avant tout la cerise sur le formidable gâteau qu'est la filmographie d'Hayao Miyazaki. Une collection difficile à départager.

Le meilleur film de Miyazaki ? C'est une question difficile qui nécessite de faire un tri parmi une filmographie qui nous a donné à tous des émotions incroyables, qui nous a fait rêver et qui nous a époustouflés avec une créativité toujours renouvelée. Miyazaki a ce génie de ne jamais tomber dans l'auto-référence ; quels que soient les concepts et les créatures qui ont peuplé son œuvre, il arrive toujours à les dépasser et à nous proposer une nouvelle expérience. Cependant, essayons de voir ce qui fait qu'on aime les films de Miyazaki.

Le plus créatif ? Le voyage de Chihiro

Le voyage de Chihiro est le film le plus vu de tous les temps au Japon. Un succès qui a bien sûr traversé le monde et ce n'est pas sans raison. Dans cet « Alice au pays des Merveilles » cauchemardesque, on sent que Miyazaki prend son pied en créant toutes sortes de monstres dont les designs rivalisent de créativité. L'animation, extrêmement fluide, fait partie d'une des plus belles jamais réalisée et donne vie à ce monde si étrange et à la fois si beau. Entre le moustachu aux mains innombrables, le dragon élégant, l'esprit boulimique ou la sorcière à la tête surdimensionnée, chaque protagoniste est une pure merveille à observer. En somme, un film qui atteint les sommets de la perfection.


Un bestiaire et un univers dignes de Lewis Caroll.

 

Le plus émouvant ? Le château dans le ciel

Un des premiers Miyazaki et pourtant déjà un coup de maître. Le scénario est au final assez classique quand on le compare au reste de la filmographie du réalisateur. Une quête pour une contrée légendaire visée par des ambitieux démoniaques, le tout avec une multitude de machines volantes, obsession de Miyazaki. Mais ce qui fait l'énergie de ce film c'est la tendresse qu'a le réalisateur pour ses personnages principaux. L'histoire d'amour entre le jeune Pazu et la mystérieuse Sheeta est juste un chef d'œuvre d'écriture. Les deux protagonistes dégagent une relation très fusionnelle et en même temps extrêmement ambiguë malgré leur jeune âge. C'est leur histoire, et l'amour qu'ils ont l'un pour l'autre, qui changent le destin de cette île dans le ciel. Certainement le plus tendre des films réalisés par Miyazaki malgré la violence qui se dégage parfois. Si on rajoute à ça la bande son de Joe Hisaishi qui est pour moi une des meilleures qu'il ait écrite, on aboutit à un film sublime.


À voir aussi pour les robots Steampunk.

 

Le plus intense ? Princesse Mononoké

C'est le film qui a fait découvrir Miyazaki au monde et qui a fait dire à bon nombre de personnes qu'en fait, le dessin animé japonais, c'est pas forcément pour les gosses. Princesse Mononoké est une histoire très complexe qui implique pour faire vite la guerre entre les humains, les démons et les gardiens de la forêt. Dis comme ça, je vous l'accorde, on dirait un épisode de Pokémon, mais il n'en demeure pas moins que nous sommes face à une pierre fondatrice de l'œuvre du maître. Miyazaki développe ce qui restera comme son thème principal : le combat entre la nature et la technologie. Ce qui se ressent le plus dans ce film, ce sont les enjeux énormes auxquels sont confrontés les personnages. L'équilibre de la nature est en danger et entre les phacochères corrompus, les orangs-outans haineux et les humains ambitieux, il est difficile d'y voir clair. Bien sûr, dans Ponyo sur la falaise, le monde était menacé par rien de moins que la chute de la lune (!) mais dans Princesse Mononoké l'importance de la lutte et de la défense de la forêt se fait ressentir d'une toute autre manière. Le film est haletant, ne laisse aucun répit à ses protagonistes et reste intense du début à la fin.


Princesse Mononké est aussi une belle occasion de découvrir la mythologie japonaise.

 

Le plus beau ? Mon voisin Totoro

Enfin, pour respirer un peu et redécouvrir son âme d'enfant, quoi de mieux que de (re)voir Mon voisin Totoro. Le récit est d'une simplicité ahurissante et parvient à nous émerveiller tout en brassant des thématiques plus complexes et sombres qu'elle n'ont en l'air. Mine de rien, c'est rare de voir un film où l'histoire ne consiste pas en une structure en trois axes, une situation initiale, une arrivée de problèmes, et un final avec la plupart du temps un méchant à battre. Mon voisin Totoro évite tout ça en nous présentant un monde bienveillant, mais réaliste. Angélique, mais sombre. Les deux héroïnes font face à l'absence de leur mère malade grâce à cette créature de la forêt douce mais un poil effrayante. Une ode à la bonté et à la confiance en autrui, tout simplement. Rien n'est parfait, mais il faut faire avec et toujours essayer de voir le bon.


S'assoupir dans les arbres avec un chat de 800 kg, c'est peut-être la définition du bonheur.

 

Alors, après ce petit tour d'horizon, comment se décider sur le meilleur film de Miyazaki ? Difficile surtout sans avoir évoqué le côté enchanteur de Kiki la petite sorcière, le récit épique de Nausicaä de la vallée du vent ou encore l'univers magnifique du Château ambulant. Le vent se lève sera peut-être le dernier du maître (on espère quand même un peu qu'il change d'avis) mais ce qui est sûr c'est que la retraite est méritée.

A propos de l'auteur

Je regarde plein de films et sur mon temps libre je suis journaliste. J'ai eu peur devant Paranormal Activity et je me suis endormi devant Interstellar. Mes goûts n'engagent que moi.

10 commentaires

  • nazonfly

    30/01/2014 à 11h53

    Répondre

    En lisant cet article, je m'aperçois qu'il faudrait que je revois tous les Miyazaki alors que je connais Totoro et Kiki par cœur (merci les enfants !).Quand on compare Totoro à l'animation pour enfants "classique" (comprenez Pixar et Disney), Totoro est un petit bonheur, tranquille et poétique. Voir Miyazaki qualifier de Disney japonais, c'est oublier justement cet aspect poétique, en dehors du monde, ce à quoi n'est jamais arrivé Disney il me semble.

  • AzardG

    30/01/2014 à 13h20

    Répondre

    Pas un mot sur Porco Rosso...?

  • Islara

    30/01/2014 à 15h29

    Répondre

    Quand je pense que je n'ai vu que 3 de ces films (Princesse Mononoke, Le voyage de Chiiro et Le Château ambulant), je me dis qu'il va falloir que je m'y mette sérieusement. Il semblerait que Mon voisin Totoro sera mon prochain sur la liste.

  • Hugo Ruher

    30/01/2014 à 15h51

    Répondre

    C'est vrai que Porco Rosso est très bon aussi, même s'il m'a moins marqué je dois dire!Et pour la comparaison avec Disney, je te rejoins naz, c'est aussi pourquoi je trouve que les classiques Disney vieillissent plus mal pour la plupart car ils sont très imprégnés de l'époque dans laquelle ils se situent, ce qui est moins le cas pour Miyazaki plus abstrait dans l'univers et plus poétique.

  • Islara

    31/01/2014 à 17h09

    Répondre

    C'est surtout que les Walt Disney manquent terriblement de subtilité, sont très prévisibles et pour bcp manichéens. Miyazaki a, je crois, fait des études de philo et ça se sent. 

  • Choucroot

    31/01/2014 à 23h34

    Répondre

    Aussi surprenant que cela puisse paraître, Le vent se lève est à mon sens loin d'être le chef d'oeuvre qu'on s'attendait à voir clore la "saga miyazaki". Si les thèmes abordés sont chers au maître, la mise en scène est non seulement très peu inspiré, mais laisse aussi entrevoir un discours plus que discutable. Je ne rentrerai pas dans le détail ici, mais je l'ai trouvé dangereusement naïf, et faisant preuve d'un déni assez révoltant.D'ailleurs - disons le franchement - j'ai trouvé que c'était bien sûr un mauvais Miyazaki (le pire), mais surtout un mauvais film, pas de ceux qu'on regrette d'avoir perdu 2h à regarder, mais du genre qui met en colère...

  • Islara

    01/02/2014 à 19h14

    Répondre

    Eh ben... moi qui pensais aller le voir, je vais regarder les critiques de plus près.

  • Canette Ultra

    04/02/2014 à 09h32

    Répondre

    Je suis globalement insensible au "charme" des Miyazaki. Répétitifs et souvent peu inspirés, j'ai du mal à comprendre l'engouement qu'il génère car trop souvent, je trouve que nous avons des copiés collés dans des mondes pas si originaux que cela finalement. Après, Chihiro a titillé ma curiosité, certes, mais le chateau dans le ciel ou Nausicaa m'ont paru bien insipides. Après, ce sont les goûts et les couleurs, je vous l'accorde et cela permet de contraster un peu avec les avis positifs que nous avons

  • nazonfly

    12/02/2014 à 14h24

    Répondre

    Tiens chez vos libraires/marchants de journaux il y a un numéro spécial Miyazaki des Inrocks 2.

  • Hugo Ruher

    12/02/2014 à 15h18

    Répondre

    Les copieurs!

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein cinéma, c'est l'actualité et les critiques de films qui sortent au cinéma, en dvd et en bluray .

Des grands classiques aux films d'actions hollywoodiens. Pas de tabous chez Krinein cinéma, hormis, peut-être, les films français qui sont trop souvent oubliés.

Rubriques