9/10

Martyrs

Martyrs est, sans aucun doute, l'un des films marquants du cinéma français cette année. A voir... si vous en avez le courage.

Une fillette, le crâne rasé, court, seule, claudiquant et pleurant, au milieu de bâtiments d'usine désaffectée. Elle fuit, le regard presque fou. Le décor rappelle irrémédiablement les derniers plans d'Hostel, sans doute à dessein. Séquestrée pendant des mois, Lucie est traumatisée à vie par des traitements qu'on suppose inhumains. Recueillie dans un foyer, Lucie ne s'ouvrira qu'à une autre fillette, Anna, sur ce qu'elle a subi. Quinze ans s'écoulent. Les deux fillettes, maintenant devenues jeunes femmes, sont toujours ensemble : Anna est maintenant presque un ange gardien pour Lucie, celle qui va tenter de la sauver de ces hallucinations et ces crises de violence difficilement soutenables.

De Ricco la fripouille à Zeppo le clown blanc

Tu as l'esprit de vengeance
Tu as l'esprit de vengeance
Martyrs
a, avant même sa sortie, fait couler beaucoup d'encre et noirci de nombreux bits. La Commission de Classification des Films a en effet, dans un premier temps, décidé d'interdire Martyrs au moins de 18 ans. Une interdiction qui n'est que rarement prononcée en dehors des films X. Et pour cause, une telle interdiction induit des aménagements en conséquence, concernant les horaires de diffusion, au cinéma ou à la télé. Bref, presque la mort pour ce genre de film. Devant les tollés, la Commission est revenue sur son avis et n'a interdit Martyrs qu'aux moins de 16 ans, tout en offrant un sérieux coup de projecteur sur un film atypique dans le paysage français. Le film de Pascal Laugier (Saint Ange) méritait-il une telle polémique ? Assurément oui. Car il faut bien l'avouer, Martyrs est rude. On n'est plus dans le simple film d'horreur faisant sursauter les adolescentes, faisant hurler les midinettes du collège. Non, Martyrs est au delà de cela : il est profondément malsain. Certes, la première demi-heure est un gigantesque bain de sang, réservé d'habitude aux finals en apothéose. Une violence libérée qui éclabousse les murs et remplit les baignoires, qui provoque des haut-le-coeur et retourne l'estomac. Si on ajoute à ce tableau un monstre abominable et violent, on se demande au bout de cette seule demi-heure ce qui peut bien se passer ensuite. L'habitude du spectateur sait bien qu'après une telle scène, le film se clôt habituellement sur une petite musique terminale, en général au piano, une musique qui laisse comme un goût d'inachevé.

Torture mentale, physique, psychose

Nadaaaaaa
Nadaaaaaa
Mais c'est à la fin de ce sommet de violence presque jouissive que débute Martyrs. Et cette violence délibérée, connue et qu'on aime finalement, devient psychologique. Le sang se fait discret, mais les coups surviennent sans rime, ni raison. La torture, l'humiliation, le traumatisme n'auront peut-être jamais été poussés aussi loin sur grand écran. On se laisse même à penser à ces faits divers sordides, ces gens enfermés pendant des années dans des caves sans voir ni jour, ni lumière, rien d'autre que leur bourreau qui revient, jour après jour, sans dire un mot, sans même un regard. Car, pendant une grosse demi-heure, sans doute la plus réussie du film, le scénario se fait oublier, le film se perd dans une ellipse temporelle, les scènes se répètent inlassablement. Le spectateur se ressent de la même oppression que celle exposée sur l'écran, le spectateur souffre au diapason avec la souffrance exhalée par les images qui défilent. Et puis c'est le dénouement, presque absurde, qui tombe comme un cheveu sur la soupe. Une pseudo-explication religieuse qui apporte une explication bancale à un film qu'on aurait aimé sans cause et sans justification.

Salut à toi qui es keupon

Block H
Sympa le Pavillon 36
Dans ce film finalement plus mental que viscéral, Mylène Jampanoï et Morjana Alaoui sont les deux éléments centraux. Elles incarnent Lucie et Anna avec une précision et une force impressionnante. On se demande bien qui, dans le cinéma français, aurait pu porter ces rôles de façon aussi magistrale. Dans la douceur, comme dans la violence, elles semblent jouer toujours juste, n'en faisant jamais trop : elles ne sont pas de bêtes scream girls blondes siliconées. Il faut sans doute remercier Pascal Laugier qui est parvenu à faire un monument du film d'horreur psychologique, dans un pays pas forcément reconnu pour ses films de genre. Le cinéma français semble commencer à se dévergonder, à se désinhiber et à proposer des objets non identifiés radicalement différents de ce qu'on peut voir habituellement. Enfin, comment ne pas citer, pour terminer, Benoît Lestang, maître ès effets spéciaux, qui aura accompagné Martyrs pour son dernier film.

Plus qu'une énorme claque, Martyrs est un film qu'on ne peut pas oublier, la faute à une violence psychologique insoutenable qui marque l'esprit au fer rouge. Hostel, avec un sujet pourtant semblable, pâtit franchement de la comparaison. Au final, seule la fin fait bien pâle figure à côté du reste du film, mais elle ne parvient pas à gâcher la plaisir du spectateur, si toutefois on peut parler de plaisir pour un film au delà de toute norme.

A découvrir

Lauréat (Le)

Partager cet article
A voir

Faubourg 36

A propos de l'auteur

Intéressé par beaucoup trop de sujets, nazonfly est en charge de la partie Musique Krinein depuis quelques années. Ce qui ne l'empêche pas de visiter les territoires des livres, du cinéma, des médias et même de sciences et tech.

17 commentaires

  • Anonyme

    08/09/2008 à 11h46

    Répondre

    Le film qui a mis K.O la censure comme dirais Mad Movies un de mes magazines favoris. Film choc, violent mais aussi brillant avec une fin philosophique. J'applaudis et j'en redemande.

  • nazonfly

    09/09/2008 à 11h03

    Répondre

    Un film qu'il est franchement difficile d'oublier. On voit clairement l'influence de Hostel (sans doute des Saw que je n'ai pas vus) dans cette tragédie gore. Une première partie qui aurait pu être la fin d'un film, mais qui ne ressemble être que le début de l'horreur, pas de l'horreur-épouvante qui fait sursauter, non celle qui prend aux tripes, qui dégoûte. Pour une fois qu'un film de cette qualité est français, il ne faut pas bouder son plaisir.

  • Danorah

    23/09/2008 à 08h42

    Répondre

    Je n'irais pas voir ce film pour tout l'or du monde.

  • Luz

    23/09/2008 à 09h42

    Répondre

    Lucie est traumatisée à vie par des traitements qu'on suppose inhumains.


     [img]/cinema/../forum/images/smilies/please.gif"%20border="0[/img] Il était temps de l'avouer !


    Sinon au contraire j'ai fortement envie de voir ce film

  • Dat'

    23/09/2008 à 13h08

    Répondre

    Cela sera en Dvd pour moi, mais je suis extremement curieux de voir ce Martyrs... je trouve les Hostel assez miteux, curieux donc de voir ce film français qui, en prenant une recette similaire, semble accoucher d'un plat aux saveurs clairement inédites...


     

  • Anonyme

    23/09/2008 à 14h39

    Répondre

    Je suis très curieuse à propos de ce film, mais je sais que jamais au grand jamais je n'irai le voir  Déjà que le Dark Knight m'a fait des frayeurs, alors là laisse tomber...

  • nazonfly

    23/09/2008 à 17h36

    Répondre

    Oui si tu as eu peur devant Dark Knight, je crois que tu peux oublier Martyrs. Regarde la bande annonce, c'est déjà assez flippant

  • Cineman

    23/09/2008 à 23h36

    Répondre

    Ha je savais bien qu'une critique de Martyrs finirait par échouer sur krinein ! Que dire à par que c'est surement le film le plus marquant ( dans ce genre ci j'entend ) qu'il m'ai été donné de voir ! Après une première partie efficace mais plus banale , on plonge dans l'horreur pur et simple , la violence la plus direct et on encaisse le coup pendant au moins 20 minutes. C'est rude , mais ce coté jusqu'au boutiste donne à ce film toute sa dimension , son originalité ( surtout pour un film français ) et en fait l'un des films d'horreurs les plus réussis jusqu'à présent ( à des kilomètres d'Hostel1/2 en effet ).


     

  • Anonyme

    26/09/2008 à 00h03

    Répondre

    sans doute des Saw que je n'ai pas vus


     Non, même i je suis pas vraiment convaincu que les Hostel y soit pour quelque chose, je veux bien l'admettre avec un peu d'effort, mais alors Saw, pas du tout Nazgul, je les ai tous vu, c'est marrant très bête mais surtout très mauvais. La violence de saw verse plutôt dans le gore excessif, alors que Martyr, aussi choquant soit il, n'est pas très gore, le peu qu'on y voit a déja été vu au ciné plusieurs fois, sinon le film n'est pas "parfait" mais il est très intense et c'est déja une bonne chose en soi.


     

  • Dat'

    26/09/2008 à 01h12

    Répondre

    Le premier Saw etait bien foutu quand même... !


     

  • Anonyme

    26/09/2008 à 19h24

    Répondre

    Une dernière critique élogieuse sur le film.1: J'ai adoré le film.2: Je suis allé le revoir au cinéma.3: J'attend avec impatience la sortie en DVD.4: Je le conseille vraiment sauf aux âmes sensibles.5:  Un sacrée film que je suis pas prêt d'oublier !

  • Anonyme

    30/10/2008 à 09h15

    Répondre

    Ca fait bizarre de se dire qu'on a vu un tres bon film


    et que pourtant on ne veut plus jamais le revoir.

  • Anonyme

    02/03/2009 à 00h40

    Répondre

    Autant je suis d'accord avec tous pour dire que tout est parfaitement maitrisé dans ce film, aussi bien le jeu des acteurs, les effets spéciaux, l'ambiance etc... Autant je suis extrèmement déçu par la chute, on ne peut plus basique et attendue. Mon conseil arrétez le film à 2mn de la fin, sinon vous allez vous rendre compte que vous venez de gâcher 1h30 à regarder un énième film sur le thême, très à la mode, de la barbarie humaine...

  • Anonyme

    01/05/2009 à 00h22

    Répondre

    CHAPEAU BAS LES FRANCAIS, POUR UNE FOIS UN BON FILM D'HORREUR COMME ON LES AIMENT. VOUS VOULEZ DU SANG  DU DEGEU DU GORE VOUS ALLEZ ETRE SERVI! EN REVANCHE AME SENSIBLE S'ABSTENIR!

  • Anonyme

    08/12/2009 à 17h37

    Répondre

    J'aimerais bien qu'on me raconte la fin, ca me torture je ne sais pas comment ce film  a pu se terminer. Quand ils ont commencé a l'écorché s'en était trop pour moi j'ai du zapper.


    ...

  • Anonyme

    17/04/2010 à 01h18

    Répondre

    à écouter!

  • Anonyme

    17/08/2010 à 10h06

    Répondre

    Film excellent mais à ne pas regarder seule

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein cinéma, c'est l'actualité et les critiques de films qui sortent au cinéma, en dvd et en bluray .

Des grands classiques aux films d'actions hollywoodiens. Pas de tabous chez Krinein cinéma, hormis, peut-être, les films français qui sont trop souvent oubliés.

Rubriques