4/10

marche de l'Empereur (La)

Avec une bande annonce inoubliable de beauté et d'émotion, portée par la musique profonde d'Emilie Simon, La Marche de L'Empereur pouvait laisser présager un film tout aussi surprenant. A la vue des 85 minutes du long métrage, force est de constater que cette B.A résumait tout le film à l'exception de la narration.

La narration est le point le plus noir de La Marche de L'Empereur. Avec trois voix, celles de Romane Bohringer, Charles Berling et Jules Sitruk, les humains parlent à la place des animaux, le plus souvent pour dire ce que pensent un couple de manchots et leur petit et plus globalement pour s'exprimer au nom de tous les males, toutes les femelles et tous les petits. Ce choix de narration a largement de quoi dégoûter à lui seul de tout le film car entraîne, dès les premièrs dialogues, du ridicule, de la niaiserie et de l'inutile. Ainsi, on entend souvent Romane et Charles répéter stupidement les mêmes phrases sur des tons poussifs et théâtraux qui sont mal appropriés à la plénitude des manchots. Les dialogues et commentaires sont très enfantins et apparaissent la plupart du temps comme superflus. La nature, au travers des images du réalisateur Luc Jacquet, des cris, des craquements, des gémissements et des plaintes des manchots aurait largement suffit à décrire le propos extrêmement léger du film.

En effet, côté scénario, il n'y a pas de message écologique, pas de révélations fracassantes sur la vie de ces animaux grandioses, pas de moments vraiment marquants. L'histoire est simple: les manchots marchent, s'accouplent, marchent; les males gardent les oeufs des petits pendant que les femelles vont chercher de la nourriture dans la mer avant de revenir; les males partent à leur tour se nourrir puis reviennent et enfin tout le monde s'en reva dans la mer. A la limite, on pourrait ne pas être trop regardant sur la lenteur et le vide du film puisque c'est un documentaire. Mais, il faut tout de même se rappeller que c'est un documentaire sur grand écran, donc que l'on attend plus qu'une petite histoire qui pourrait se résumer en 20 minutes sur un documentaire de Planète ou de France 5.
Même les dangers et les difficultés que rencontrent les manchots sont montrés de manière grossière et ont donc du mal à toucher.

Ce qu'a de plus La Marche de L'Empereur, au délà de belles images de grandes étendues de glace et de neige, de manchots impressionnants et mignons qui se cassent souvent la figure, c'est la musique d'Emilie Simon. Pleine de vibraphones joyeux, de violons intenses, de bidouillages électroniques originaux, de voix subtiles et douces, de cliquetis et de rythmes variés, elle charme plus que les images sans arriver néanmoins à les transcender. En effet, parfois la musique reste trop en décalage avec les manchots comme ce moment où une composition limite Techno accompagne les animaux.

Au final, la légitimité au cinéma de La Marche de L'Empereur est loin d'être évidente. La simplification humaine des dialogues au travers des manchots est plus que ratée et inutile, la performance technique (tourner à -40° avec le vent, le froid...), les belles images et la musique d'Emilie Simon ne changeant rien aux impressions de vide et de longueur.

A découvrir

Lolita malgré moi

Partager cet article
A voir

Aviator

A propos de l'auteur

4 commentaires

  • schiste

    27/01/2005 à 01h08

    Répondre

    Comme la majorité des films documetaires, la marche de l'empereur n'est pas bourré d'action.
    Luc Jacquet l'a spécifié lors de la conférence de presse, ce n'est pas un film à caractère Ecologique. Il souhaitait seulement montrer comment faisait pour survivre ce peuple extraordinaire.

    Quant aux voix, elle semble superflue et niaise parfois... pourtant beaucoup d'informations indispensable à la compréhension du cycle de reproduction sont véhiculés par les voix. Le film sans c'est voix aurait été ... incompréhensible.

    Vincent dis que les scènes de danger sont montrés de manière grossière... pourtant je trouve ces scènes de dangers et de difficultés remplies d'émotion...

    Luc Jacquet aurait bien sur put choisir de la musique classique pour accompagner son film, mmais au lieu de ça il a fait le paris audacieux de mettre une bande son moderne. Le passage "techno" peut choquer... pourtant il casse l'ambiance sonore du film surprenant le spectateur.
    Et justement je trouve que la musique transcende les images, leur donnant un autre aspect plus majestueux.

    Ce film fait partis des films que soit l'on adore soit l'on supporte pas. Soit on entre dans le film, et chaque minute est comme un voyage en Terre d'Adélie, ce qui fut mon cas. Soit on ne rrentre pas dedans et du coup chaque seconde du film parait longue, rien ne nous captive...

    La Marche de L'empereur, est un documentaire, original de bien des manières, et cette originalité peut evidemment choqué....

    J'espère que vous ne vous arreterez pas à cette critique et irez vous faire votre propre opinion.

  • Vincent.L

    27/01/2005 à 16h56

    Répondre

    Cher Schiste, ce que je reproche majoritairement à La Marche de L'Empereur c'est qu'il n'avait pas besoin d'être sur grand écran pour exprimer ce qu'il exprime, c'est-à-dire effectivement comment, comme des centaines d'autres, fait ce peuple extraordinaire pour survivre.

    Je suis d'accord que sans les voix dela aurait été incompréhensible simplement une seule aurait amplement suffi.

    Les scènes de dangers donnent un peu d'émotion mais l'on a du mal à être touchés car ils se ressemblent tous et qu'on sait très bien que la nature compte des morts pour donner la vie...

    Moi j'ai pas dit que je supportais pas, encore une fois je trouve simplement que c'est long et que ça ne méritait pas forcément d'être au cinéma. Quant à l'originalité de la musique, si tu me lis bien, tu verras que je trouve que c'est un plus indéniable, par contre la narration est vraiment insupportable.

  • Prinncess

    30/01/2005 à 17h24

    Répondre

    Au contraire de Vincent, je pense que ce film mérite sa sortie sur grand écran, comment mieux retransmettre cette émotion devant ce peuple de manchots courageux, attachants et attendrissants qui doivent supporter tant de dureté pour mettre au monde UN bébé par couple et dont certains -manchots ou bébés - ne survivront pas dans de telles conditions ou seront pris comme proie (on se doute bien que les pertes sont sûrement plus importantes que ce que le réalisateur ne nous a montré).

    La musique est vraiment grandiose et chaque morceau correspond bien au moment voulu.

    La narration... Je ne peux être que d'accord avec les deux autres commentaires. Une seule voix, une simple narration aurait suffit, le côté "Dr Dolittle" (en exagérant un peu) est mal venu et mal approprié pour un tel documentaire. Au point de s'en passer, peut être pas, mais les images suffisent tout de même à elles seules pour comprendre.

    Ma note pour ce documentaire est de 8 car il est vraiment bien tourné (sans parler des risques qu'ils ont pris pour le faire). Ma 2e note est de 10/10 pour le courage de ces petites bêtes.

  • Jade

    01/02/2005 à 17h08

    Répondre

    Je parlerais d'instinct plus que de courage, mais bon...

    Ce film m'a fait voir les manchots d'un autre oeil, moi qui pensait qu'ils passaient leurs temps à glander sur la banquise. Très intéressant, mais en effet, les voix sont irritantes au possibles. Non pas par leur intonation, quoique le gamin doit avoir une belle tete à claque, mais par le texte, romantisé et pathétique au possible. La seule information viable qu'elles apportent c'est les indications temporelles. Sinon elles gachent parfaitement le rythme, un peu comme la musique dans une moindre mesure.
    Sinon, ça confirme mon estime pour ces petites bêtes

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein cinéma, c'est l'actualité et les critiques de films qui sortent au cinéma, en dvd et en bluray .

Des grands classiques aux films d'actions hollywoodiens. Pas de tabous chez Krinein cinéma, hormis, peut-être, les films français qui sont trop souvent oubliés.

Rubriques