6.5/10

machine à explorer le temps - 2002 (La)

Qui n'a jamais rêvé de voyager dans le temps ? Revenir au point où tout est allé mal ? Changer le résultat d'un contrôle de mécanique, rejouer un match décisif, ou encore stopper des catastrophes, comme les actes de terrorisme contre le World Trade Center ou la sortie du single de Jean-Pascal ? Bref, c'est le sujet peu original de La machine à explorer le temps, qui espère se donner des allures de réflexion profonde sur le temps et son influence sur notre vision de la vie.

XIXe siècle. Alexander (Guy Pearce), jeune professeur de physique, saute le pas et demande la main de sa petite amie Emma, juste avant qu'elle ne soit assassinée par un petit truand de chemin. Quatre ans plus tard, ses recherches aboutissent à la création d'une machine à voyager dans le temps, et Alexander part dans le passé pour sauver sa bien-aimée. Mais il s'apercevra bien vite que quoi qu'il tente, rien ne pourra empêcher la mort de Emma. " Pourquoi ne puis-je pas changer le passé ? ". La réponse est dans le futur, selon lui...

Le plus gros problème de ce film, c'est sa durée. En 1h30, Simon Wells (le réalisateur) condense l'histoire de son jeune héros, une réflexion sur le temps, et un réel attrait pour les images spectaculaires. Conséquences, Alexander s'aperçoit en un seul voyage que sa bien-aimée ne peut être sauvée, alors qu'on imagine qu'un passionné aurait facilement fait plusieurs voyages avant de se résigner. Egalement, ses voyages dans le futur seront plus que brefs, juste résumés à une ou deux rues et un musée. Mise à part l'époque où vient s'échouer l'histoire qui prend un peu moins de la moitié du film. Parce que sinon, c'est plutôt bon, même si l'idée de départ est un peu de la gnante-gnante déjà vue, le scénario aurait pas mal pu, avec un peu de temps supplémentaire, aboutir sur une réflexion beaucoup plus étoffée. On pourra juger la fin subtile, ou plutôt confuse, qui n'achève pas de la meilleure façon une intrigue assez intéressante. Deux point forts remarquables : la musique, des grands élans mélodiques très agréables, et les effets spéciaux, surtout les passages visuels d'époque en époque (Alexander voit le paysage autour de lui se métamorphoser à vitesse TGV).

Il manque un peu de temps (justement) à la machine à explorer le temps pour s'installer et asseoir confortablement une intrigue, qui pressée par le chrono part dans la précipitation et saute des étapes. On attend de la fin une grande réflexion sur les voyages dans le temps, qu'on aura partiellement de manière confuse. D'autre part, si Jeremy Irons tient une grande place sur l'affiche, sa présence est courte et sa performance anecdotique.

A découvrir

Avalon

Partager cet article
A voir

Crossroads

A propos de l'auteur

4 commentaires

  • Anonyme

    24/05/2003 à 00h00

    Répondre

    euh... comment dire ce n'est pas un film d'action malgré de bonnes scènes dans ce genre mais moi je suis allé le voir pour le "beau", n'est-ce pas génial de voir la terre évoluer quand môssieur l'inventeur est en train de dormir dans sa machine, de plus la lune qui tombe sur la terre, c'était osé...

  • Anonyme

    17/03/2004 à 00h01

    Répondre

    ba voilà! je l ai vu! une daube monumentale sur le plan de l adaptation; mais bon on va etre gentil en disant que quand meme simon wells ( y a un lien au fait?) a fait du bon boulot sur le plan commercial.
    Et puis pour remarque, c'est mercure qui tombe sur la Terre.
    voilà et merci

  • Anonyme

    22/04/2004 à 00h02

    Répondre

    Il s'agit sûrement d'une des meilleure adaptation / remake qu'il m'ai été donné de voir. On y retrouve toute la magie du film original et c'est déjà fort car la version de 1960 est un film culte. Fort heureusement, Simon Wells n'a pas perdu non plus de vu l'esprit de famille en rendant un brillant hommage à son arrière grand père. Il élargit le concept du paradoxe temporel perdu entre la version 1960 et le livre. Au final, on se retrouve avec une oeuvre brillante, bien réalisée et plus réaliste sur l'image du futur que son predecesseur... et la musique est magnifique !

    -Alain-

  • Anonyme

    08/06/2010 à 15h19

    Répondre

    Quelle étrange manie de supprimer les éclairages, et tourner avec une lampe maglite, teintée en rouge.


    Ils appellent ça la "notte bolognese"?

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein cinéma, c'est l'actualité et les critiques de films qui sortent au cinéma, en dvd et en bluray .

Des grands classiques aux films d'actions hollywoodiens. Pas de tabous chez Krinein cinéma, hormis, peut-être, les films français qui sont trop souvent oubliés.

Rubriques