7.5/10

Mac (Le)

Le Mac s'y connaît en racolage, en témoignent ses affiches parodiant Kill Bill. Etonnament, le film n'est pas qu'une comédie enchaînant les gags plus ou moins lourds. L'histoire et l'image rendent le film plus consistant par l'exploitation des codes propres aux films de gangsters. Une bonne surprise.

Avec son affiche racoleuse, un José Garcia en peignoir flingue à la main dans le code couleurs de Kill Bill, le film s'annonce déjanté. Gilbert Chapelle, employé lambda, va se retrouver dans la peau du mac Ace, donc proxénète à Marseille. On voit déjà le burlesque se pointer, mais qui s'attendait à une dérive vers le caper movie, ces comédies de gangsters aux plans foireux ?

Chapelle ici
Chapelle ici
Chapelle est un banquier, larbin de ses collègues qui accumulent des dossiers sur son bureau. Un soir, retenu tard par sa paperasse, il est témoin d'une dispute dans le parking souterrain. Un pistolet arrive dans ses mains, paniqué, il tuera un inconnu sans le vouloir. Une aubaine pour les deux flics des stup, qui n'avaient plus de nouvelles d'Ace, leur maquereau-taupe (proxénète et balance, pas gros mangeur de ver de terre) sur le point d'être grillé par son boss. Après un quiproquo, ils découvriront que Chapelle et Ace sont jumeaux, et obligeront le premier à remplacer son frère. Cette introduction plutôt sérieuse, voire dramatique, laisse place au comique burlesque : un banquier coincé qui doit se transformer en pimp ! Après une formation musclée, l'intrigue commence, servie par des dialogues et situations décalés. Le film oscillera entre comédie et phases plus sérieuses, le jeu des acteurs semi-improvisé s'y prêtant plutôt bien. On obtient un genre de Snatch à la française.

Ace bien sérieux
Ace bien sérieux
José Garcia, à l'aise en faux souteneur qui fait vraiment l'indic, fera double jeu Chapelle / Ace sans être trop exubérant outre son look de Mexicain. Les seconds rôles servent bien l'ambiance du film, Gilbert Melki (déjà au côté de Garcia dans La Vérité si je mens !) en boss mafieux Al Pacinesque, Arsène Mosca et Jo Prestia (à l'affiche du Baltringue) en sbires sans cervelle et Carmen Maura (Tetro, Volver) en mama à qui on ne l'a fait pas. La réalisation du méconnu Pascal Bourdiaux (Un gars, une fille) étonnera par son efficacité. L'image est variée, recherchée dès le début (un travelling en gros plan sur des corps dénudés se passant un portable), et parfois décalée façon cartoon - comme dans les Astérix produits aussi par Thomas Langmann. On n'aura pas le droit à une succession de gags comme chez son concurrent Protéger et servir, mais une évolution en parodie de films de Tarantino (d'où l'affiche).

Une bonne comédie française, pas si basique, grâce à l'utilisation de twists et autres codes du film de gangsters. Le thème aguicheur l'adresse bien sûr aux jeunes mâles, le quota de filles désapées fera leur joie, mais l'attention porté sur le scénario l'amène presque au niveau des comédies mafieuses de Guy Ritchie.

Reservoir Doggy Bag
Reservoir Doggy Bag
A découvrir

Lovely Bones

Partager cet article
A voir

Démineurs

A propos de l'auteur

4 commentaires

  • riffhifi

    26/02/2010 à 15h37

    Répondre

    Sérieusement, ça se fait encore ce genre d'histoires de jumeaux ?... Au moins je suis rassuré, à voir l'affiche je croyais que c'était un spin-off du Boulet


    N'empêche, je vais quand même m'empresser de ne pas aller le voir

  • Ange40ch203

    26/02/2010 à 17h44

    Répondre

    C'est cran au dessus du Boulet, même si on a un côté comédie  franchouillarde et un pitch de départ copié sur Avatar

  • emilay24

    12/03/2010 à 15h20

    Répondre

    je l'ai vu au cinoch et peut vous dire que c super!!!


     

  • Anonyme

    07/04/2010 à 11h33

    Répondre

    Film drôle, parfois un peu trop
    "prévisible". Le scénario est assez classique et sans réelle
    surprise. L'humour est tantôt subtile, tantôt sans grande finesse.


    Cependant, la sauce prend. Il ne s'agit
    pas d'un enchaînement de blagues ou répliques humoristiques compilées. Il y a
    une cohérence dans la mise en scène et le scénario. On entre dans le film très
    aisément, le ton est juste et  le rythme
    dynamique. Certaines scènes et certaines dialogues sont très amusants.


     


    Un José Garcia qui ne surjoue pas
    au-delà de ce que le personnage incarné impose.


     


    On passe un bon moment, bien
    divertissant.


    Objectif du film atteint.


    N'en attendez cependant pas plus.

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein cinéma, c'est l'actualité et les critiques de films qui sortent au cinéma, en dvd et en bluray .

Des grands classiques aux films d'actions hollywoodiens. Pas de tabous chez Krinein cinéma, hormis, peut-être, les films français qui sont trop souvent oubliés.

Rubriques