6/10

Lolita malgré moi

Après une enfance passée en Afrique où elle suivait des études à la maison, Cady (Lindsey Lohan) débarque dans un lycée aux Etats-Unis où elle va découvrir le monde des filles...

Après Freaky Friday et Confessions of a Teenage Drama Queen, on retrouve la jeune chanteuse et actrice Lindsey Lohan dans un Teen Movie qui se veut plus critique que la moyenne. En effet, même si les clichés de l'American Dream sont présents (jeunes majoritairement beaux et riches, maisons belles et grandes, lycée plein de couleurs et de bonne humeur...) et qu'on a parfois affaire à un humour un peu gras (le gros qui pète, la blonde avec deux neurones...), le film se démarque par des réflexions et une satire des attitudes qu'ont les adolescentes au lycée.
Cady, qui se cherche une identité dans ce pays qui n'est pas le sien, va entrer dans le groupe des Plastiques, composé de trois filles superficielles et méchantes, pour les observer et se moquer d'elles avec ses deux premiers amis rencontrés au lycée dans les premiers jours de la rentrée. Mais bien vite, Cady va être influencée et va changer...

L'histoire n'est pas forcément très originale certes, mais la façon dont elle se déroule, par contre, l'est plus. En effet, dès le début, on entre dans le bain avec des blagues assez grinçantes où tout le monde en prend pour son grade: que ce soit le directeur (amoureux d'une prof), les professeurs (le prof de sport pervers et son fameux cour d'éducation sexuelle...) et les différents groupes et communautés du lycée (les accros au sexe, les fans d'art, les bizarres, les cools, les intéllos, les lolitas...). Ensuite, de nombreux gags nous font sourire et même souvent rire. On pense ainsi par exemple aux souvenirs d'Afrique de Cady, aux scènes avec la bande des Plastiques (les codes et expressions ridicules, les phrases et actions cruelles...), aux quiproquos liés à la culture et au langage...
Outre tout cet humour charmant, c'est le ton sarcastique qui l'accompagne qui étonne et séduit. En effet, tout le long du film, on sent une critique de la superficialité des filles, de leur bêtise et de la méchanceté qu'elles peuvent avoir entre elles. D'ailleurs, cette critique atteind son paroxysme dans la scène du gymnase qui, sans aucun doute, va devenir culte avec la prise de conscience générale des filles et le Mea Culpa qui s'en suit.
Mais, malgré tous ces aspects intéressants, Lolita Malgré Moi ne décolle pas vraiment à cause d'une histoire d'amitié gentille et niaise, une histoire d'amour pleine de clichés et sans surprises et des baisses de rythmes trop fréquentes.

Lolita Malgré Moi se situe donc entre le Teen Movie un peu trash (les scènes avec le bus scolaire et la relation prof-élèves mineures sont franchement douteuses), le Teen Movie un peu sentimental et le Teen Movie un peu réflexif et représentant la jeunesse (comme les meilleurs John Hughes).

Partager cet article

A propos de l'auteur

1 commentaires

  • Anonyme

    29/12/2009 à 14h35

    Répondre

    Film Génial

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein cinéma, c'est l'actualité et les critiques de films qui sortent au cinéma, en dvd et en bluray .

Des grands classiques aux films d'actions hollywoodiens. Pas de tabous chez Krinein cinéma, hormis, peut-être, les films français qui sont trop souvent oubliés.

Rubriques