7.5/10

Le limier 1972 / 2007

Comparatif du Limier de Joseph L. Mankiewicz et de son remake par Kenneth Branagh sorti confidentiellement cette semaine.

Premier mystère : pourquoi un film de Kenneth Branagh doté de deux têtes d'affiche comme Michael Caine et Jude Law, sorti dans la plupart des principaux pays d'exploitation entre octobre et novembre 2007, n'est-il diffusé en France qu'en février 2008, dans quatre malheureuses salles parisiennes (quatre, bon sang de bois !) ? Le film serait-il mauvais, irregardable ? Fallait-il faire plus de place aux chefs-d'œuvre comme Astérix ? On touche là au deuxième mystère (qui, chronologiquement, était d'ailleurs plutôt le premier) : quel intérêt y a-t-il à produire un remake du film de Joseph L. Mankiewicz (son dernier), qui opposait en 1972 Michael Caine à Laurence Olivier ? Faudra-t-il se contenter du plaisir purement intellectuel de voir Caine endosser le rôle du vieil écrivain 35 ans après avoir joué le jeune amoureux, ou la nouvelle version offrira-t-elle un angle d'approche véritablement innovant ?..

1972
1972
Milo Tindle (Michael Caine 1972 / Jude Law 2007) rend une visite de courtoisie au célèbre écrivain Andrew Wyke (Laurence Olivier 1972 / Michael Caine 2007), afin de le persuader d'accorder le divorce à sa femme Maggie. En effet, Milo vit avec Maggie depuis plusieurs mois et supporte mal de la savoir toujours mariée au vieux barbon planqué dans sa grande maison. Mais Wyke est joueur et possède un gros ego : Milo n'est pas au bout de ses peines.

A l'origine, Le limier (traduction nécessairement imparfaite de Sleuth, qui signifie à la fois "limier" et "faire le détective") est une pièce de Anthony Shaffer, qui signera lui-même le scénario de l'adaptation de 1972. Appartenant clairement à la catégorie des histoires dont il ne faut pas dévoiler le contenu aux spectateurs innocents, elle nous oblige à tracer dans cet article une ligne infranchissable au-delà de laquelle seuls les gens ayant vu la première version (ou la deuxième, d'ailleurs) sont autorisés à continuer leur chemin.

-Ligne infranchissable-

On note dès les premières images une différence fondamentale entre les deux films : la personnalité de Wyke. Le Wyke de Mankiewicz est un écrivain actif, espiègle, sadique et collectionneur d'automates vieillots ; celui de Branagh est un homme aigri, qui n'a pas l'air d'avoir écrit une ligne depuis des années, et vit dans 2007
2007
une baraque à la pointe du modernisme dans laquelle il semble voué à périr d'ennui entre deux gadgets électroniques. De fait, la motivation de ce deuxième Wyke ne repose pas tant sur l'ego que sur la peur de la solitude, et l'ensemble ressemble moins à un bras de fer intellectuel qu'à un jeu de séduction où chacun espère repartir en s'étant nourri des sentiments de l'autre. Ce changement de ton est particulièrement sensible dans le deuxième acte, où la partie "Milo déguisé" est considérablement réduite au profit d'un développement des relations plus qu'équivoques entre les deux hommes. Dommage, Jude Law étant complètement méconnaissable en inspecteur Eddie Black (appelé Doppler dans la version précédente, ce qui constituait un indice sur sa personnalité...) malgré une diction trop forcée pour ne pas attiser les soupçons du néophyte.

Effaçant la partie policière (les dialogues sur les clichés du polar disparaissent complètement), la version Branagh se concentre sur le rapport de force entre ces deux hommes hautement charismatiques, rentrant progressivement dans leur intimité par une mise en scène recherchée : des plans anonymes et symétriques des caméras de sécurité, on passe peu à peu aux gros plans invasifs qui permettent de compter les pores de la peau des acteurs. L'esthétisme du film peut même paraître maniéré, et se donne un peu trop de mal pour cacher l'origine théâtrale de l'histoire ; Kenneth Branagh étant un théâtreux avéré, il devrait l'assumer plus ouvertement, ce que Mankiewicz faisait en laissant simplement le champ libre à ses acteurs. De ce côté-là, difficile de faire un choix entre Caine-Olivier et Law-Caine. Les deux duos fonctionnent différemment, mais avec autant d'efficacité. Pour autant, la version 2007 est-elle plus qu'un exercice de style réussi ? Pas vraiment, mais c'est peut-être suffisant.

A découvrir

dents de la mer (Les)

Partager cet article
A voir

Bad Guy

A propos de l'auteur

28 commentaires

  • Anonyme

    18/02/2008 à 13h26

    Répondre

    le limier de 72 est pour moi un des meilleurs films au monde, de mettre une note aussi basse pour ce chef d'oeuvre montre que le critique est soit aveugle, soit un crétin fini, qu'il se contente de critiquer asterix, ou des navets, mais pitié pas ça.

  • riffhifi

    18/02/2008 à 13h50

    Répondre

    Tu es conscient que les notes sont données sur 10 ?

  • Anonyme

    18/02/2008 à 13h58

    Répondre

    oui, bien sur et ce film mérite 9 au moins, pour ceux qui saisissent la subtilité du film, des décors, des personnages. Bref je trouve aberrant de donner une note si basse à ce film, à croire qu'il a été vu en mangeant un macdo. Ce film est magnifique par le jeu d'acteurs, de décors, de dialogues.Il n'a pas du être bien regardé je pense(entre deux "les experts"?), lol, ou mal compris .C'est certain.Mais aprés chacun est libre  de donner son avis, mais je prenais Krinein pour référence et je vois qu'il n'en a pas.

  • riffhifi

    18/02/2008 à 14h18

    Répondre

    J'ai vu le film deux fois, je ne mangeais pas de McDo et je n'ai jamais regardé les Experts de ma vie


    Et 7.5 constitue à mon sens une bonne note... Pour un film appartenant à la catégorie "théâtre filmé", avec ce que cela suppose de limitations et de conventions. Les deux acteurs sont excellents, mais Michael Caine ne fait pas vraiment illusion en faux inspecteur, et l'utilisation parfois encombrante de la musique et de certains zooms quasi-télévisuels m'empêchent de la considérer comme un chef-d'oeuvre ou de lui mettre un 9. Maintenant rien ne t'interdit d'avoir ton opinion, sache simplement que ni Krinein, ni aucune autre entité ne peut prétendre être une "référence" en matière de jugement. Tu peux simplement avoir le même type de goûts que telle ou telle personne. Et si certains films fédèrent la majorité de la critique, tu n'es pas hors-la-loi pour autant de ne pas les aimer (j'ai des amis qui s'emmerdent devant Citizen Kane ou 2001, je ne les renie pas pour autant - et je ne les crois ni aveugles ni crétins ).

  • riffhifi

    18/02/2008 à 14h19

    Répondre

    D'ailleurs globalement, si on pouvait éviter de s'insulter pour 1.5 point de différence...

  • Anonyme

    18/02/2008 à 15h00

    Répondre

    admettons que je sois insultant, et m'en excuse. de là à parler théatre filmé , etc...(sic), bon allez bye je vous laisse monsieur 'le critique", je doute que les cahiers du cinéma ou Mad movies aient besoin de votre avis un jour.

  • Kei

    18/02/2008 à 15h04

    Répondre

    Wa, on a une nouvelle définition pour pédant.


     

  • riffhifi

    18/02/2008 à 15h18

    Répondre

    je doute que les cahiers du cinéma ou Mad movies aient besoin de votre avis un jour


    Parce que j'écris comme un cochon ou parce que je ne considère pas Le limier comme un chef-d'oeuvre  ?

  • Anonyme

    18/02/2008 à 15h35

    Répondre

    Parce qu'il y a erreur d'appreciation grave pour un critique de film.Et si vous voulez je suis pédant, il faudrait l'avis de qqun d'autre peut etre qui ai vu le film. Sinon ben ok, je me goure, je n'aime que le ciné theatre et je la ferme...

  • Kei

    18/02/2008 à 16h05

    Répondre

    Je n'ai pas vu le film, mais quelqu'un qui se permet de traiter de  crétin fini l'auteur d'un article qui ne lui plait pas, je trouve ça extrème.


    Dire que le film est sous évalué, c'est une chose, insulter un pauvre rédacteur bénévole qui sue sang et eau chaque jour pour fournir a un public de quoi se mettre sous l'oeil (je force le trait, c'est voulu), c'en est une autre.


    Une remarque pour riff : j'aurais bien aimé entendre plus parler du film et moins de la comparaison entre les deux.


    Ceci dit, les remarques virulentes de goodies75 m'interpellent. Je vais tenter de voir ce film. 

  • knackimax

    18/02/2008 à 16h05

    Répondre

    Je confirmes etre un ami de riffhifi non renié, non aveugle qui s'est emmerdé devant 2001 et lui a fait savoir a maintes reprises. Par contre je suis un gros crétin. Comme quoi il est plus tolérent qu'il n'y parait.

  • Anonyme

    18/02/2008 à 16h12

    Répondre

    ok, j'exagère pour rif(pas dans la dentelle), mais suis content que tu recherches à voir le film, Kei. Tu nous diras merci

  • Anonyme

    18/02/2008 à 16h21

    Répondre

    Sinon ce film est tellement riche, qu'un auteur de polars a ecrit un essai sur ce film, tanguy viel, cinema

  • Umbriel

    18/02/2008 à 17h31

    Répondre

    J'en ai entendu parler ce matin à la radio et paf la critique apparait sur le site trop trop fort Riff (d'autant plus qu'il publie un nombre impressionnant de critique).


    A noter dans la case : à voir

  • Dat'

    18/02/2008 à 18h57

    Répondre

    Il y a des gens qui ont fait des essais sur Matrix.


     

  • Bung

    19/02/2008 à 00h10

    Répondre

    haha trop fort un sujet où on s'arrache la gueule  !!


     Bon alors, je laisserai riffhifi répliqué à son fan, applaudir Dat des deux mains et applaudir Goodies75 des deux pieds car il vient de nous démontrer qu'il y a encore des gens qui comprennent rien aux mots "débat" et "critique".


     


    Surtout quand cette personne parle des Cahiers Du Cinéma ou de n'importe quel autre magazine de presse, d'ailleurs


     


    Par contre Riffhifi, je trouve ta conclusion est un peu vite torchée, elle gagnerait à être mieux rédigée  

  • hiddenplace

    19/02/2008 à 00h29

    Répondre

    Et au fait, monsieur goodies75 qui détient la science (ou plutôt la note^^) infuse, Krinein n'est pas une seule personne (comme tu as l'air de le sous entendre dans "Je prenais Krinein pour référence, et je vois qu'il n'en a pas"), mais un groupe de gens, donc les rédacteurs parlent en leur nom, et donc la note n'a encore une fois pas valeur d'universalité (c'est fou comme ce "débat" est récurrent, bon sang, je trouve ça usant ) 


    Riffifhi a donc autant le droit de mettre 7,5 que toi de mettre 9, je ne vois pas où est le problème, de toute façon l'appréciation d'un film ne dépend pas forcément de sa "qualité" (et encore là, ça s'évalue à quoi?) mais de tout ce que l'on a "digéré"  en tant qu'expérience, références, émotions et états d'âme en allant le voir.


    Sinon j'ai pas vu le film, donc je me retire sur la pointe des pieds

  • Anonyme

    19/02/2008 à 09h19

    Répondre

    nan! on met pas 7.5 à ce film.nan, nan, nan!


    grrr, enfin au moins même si il y a débat celà poussera peut etre les gens à nvoir ce chef d'oeuvre incompri ici.(cf : critique ailleurs)

  • Wax

    19/02/2008 à 09h45

    Répondre

    nan! on met pas 7.5 à ce film.nan, nan, nan!


    En forçant à peine le trait, on appellerai ça du totalitarisme intellectuel...


    On met ce qu'on veut du moment qu'on explique pourquoi! Vala!

  • riffhifi

    19/02/2008 à 09h47

    Répondre

    goodies75, n'hésite pas à développer ton avis sur la fiche du film : http://cinema.krinein.com/limier-1972-oc8572.html


    Ou dans le forum, partie "critique des internautes". Mais n'oublie pas les balises spoilers si tu veux parler du film en profondeur

  • Anonyme

    19/02/2008 à 10h02

    Répondre

    ok, je fais ça ce midi

  • Anonyme

    19/02/2008 à 14h11

    Répondre

    "Sleuth " ou le limier est une pièce de théatre à l'origine, remanié par l'auteur lui-même anthony Shaffer pour Mankiewicz.


    Sorti en 1972, ce sera le dernier film et considéré par beaucoup comme le chef d'oeuvre (parmi "cléopatre, le fantôme de madame Muir,  Eve, ....) de Joseph Mankiewicz. 


    En dehors de tout aspect cinématographique, c'est surtout un énorme jeu de cache cahe, de dialogue tranchant, de décor  où le réalisateur s'amuse autant avec ses personnages que ses spectateurs, le spectateur est jouet du réalisateur et se laisse entrainer par les deux principaux protagoniste dans une bataille où se mèle concour de virilité, d'éducation, d'esprit comme rarement il nous est donné.D'un côté sir Laurence olivier qui aristocrate et ecrivain de polar est un passionné de jeu , embringue Michael Caine, fils d'imigré Italien qui est coiffeur et est plutôt dans un souhait d'apparence dandiesque.


    L'enjeu est la femme de l'aristocrate que Caine lui a soufflé mais qui est habitué à un certain rythme de vie où l'on ne compte pas, et Caine a peur de la perdre car son portefeuille s'essoufle, ne lui reste que la jeunesse et la virilité que l'aristocrate n'a plus. Et donc ces deux personnages se rencontrent et pendant 1h , ce sont jeux d'esprit, attaques verbales , et mascarde clownesque que vont nous jouer ces deux personnages, mais dans une subtilité et un jeu épatant d'acteurs . Certes c'est un hui clos , mais chaque élément du décor est important, chaque détail est grisant. Certes on peut s'attendre à ceci ou celà, mais chaque trouvaille est énivrante.  C'est le type de film que l'on peut regarder plusieurs fois de suite, et à chaque fois recevoir la même excitation. On pourra critiquer l'utilisation de zoom, mais c'est que l'on n'est pas attentif à l'essentiel, c'est bien sur à regarder en version originale car comment ressentir chaque  particularité stylistique et le talent de deux acteurs exceptionnels qui marqueront votre esprit à jamais . Scénario machiavélique, labyrintesque , intelligent et jouissif.


    Je ne suis pas concepteur redacteur, donc j'ai tenté d'ecrire ce que je pouvais 


     


     

  • Dat'

    19/02/2008 à 18h59

    Répondre

    nan! on met pas 7.5 à ce film.nan, nan, nan !


     


    Mais tu mets pourtant la note dans ton pseudo

  • Anonyme

    19/02/2008 à 20h01

    Répondre

     goodies, ça se prononce godiche ? je te conseille de lire la critique de Limier dans Télérama avant d'attaquer Rifffhifi , et puis de repenser un peu ton point de vue . . .  un peu de modestie môssieu.

  • Wax

    19/02/2008 à 20h08

    Répondre

    Ah, si Télérama n'aime pas va vraiment falloir que je voie ce film.

  • Anonyme

    20/02/2008 à 08h34

    Répondre

    Télérama ne dégomme pas le Limier, il se permet quand même de souligner que kenneth Brannagh film ce duel à toute vitesse (1h25 contre 2 h 20 pour le film de Mankiéviewicz),  sans trop se soucier d'élégance (contrairement à son prédécesseur), mais avec une ironie vacharde qui vire, sur la fin, au tragi-comique. Il ajoute qu'un sourd malaise se dégage des décors, asphyxiants, sombres et glacés (cf les miroirs etc). Bref,  le dithyrambique éloge de Godiche ma parait carrément gaudriole, alors que le 7,5 parfaitement ad hoc.

  • Anonyme

    20/02/2008 à 09h15

    Répondre

    je parle de la version de 1972

  • riffhifi

    20/02/2008 à 09h55

    Répondre

    Oui, soyons clair : il y a la version 1972 et la version 2007. J'ai mis 7.5 à la première et 6.5 à la deuxième (ça apparaît en fin de page sur la critique).

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein cinéma, c'est l'actualité et les critiques de films qui sortent au cinéma, en dvd et en bluray .

Des grands classiques aux films d'actions hollywoodiens. Pas de tabous chez Krinein cinéma, hormis, peut-être, les films français qui sont trop souvent oubliés.

Rubriques