8/10

Kung Fu Panda

Une animation impressionnante et millimétrée, secondée de milliers de bonnes idées et d'un humour décalé à souhait. Le panda est mignon mais il est aussi très fort. Il est même un peu trop rempli de bons sentiments.

Po est un panda "normal"... noir, blanc et feignant, et portant une culotte en sac de jutte. Il travaille avec son papa qui vend des lamen dans la vallée de la paix au milieu d'une Chine fantastique à la limite du médiéval. Tandis qu'il rêve de kung fu et de gloire, son père le voit reprendre l'affaire familiale et ainsi découvrir l'ingrédient secret de la soupe secrète, transmis de génération en génération. A la suite d'une maladresse supplémentaire, l'animal sacré se retrouve choisi par le grand maître Oogway pour devenir le guerrier dragon, le seul maître qui pourra défaire le traître et surpuissant Tai Lung.

Si Kung Fu Panda est un conte à base d'animaux personnifiés ou inversement, le décalage qui nous éclate en pleine figure des les premières images en fait un bijou d'humour et de spontanéité. Pour ceux qui le découvriront en VO, un Jack Black halluciné comme à son habitude mais cadré comme jamais se permet de transposer le problème que lui pose la fierté d'être feignant et enrobé dans la peau de cet animal tacheté et mignon qui fit les beaux jours du WWF. Il en ressort une alliance des plus efficace, et ce dernier aurait tout aussi bien pu se coller un déguisement de mangeur de bambou.

Toutefois on est bel et bien dans un film d'animation, et c'est d'ailleurs la partie qui sublime l'effort humoristique. Si les personnages étaient capables de faire les pitres devant une caméra, ils le sont d'autant plus en libérant leurs corps aussi bien que leur langue.

Mais parlons maintenant de l'animation à proprement parler. Celle-ci est très recherchée et fait preuve techniquement d'une exactitude assez imparable. Les personnages sont aussi fluides que le décor est mystique et embrumé. La perspective des horizons est d'une pureté inégalée et les efforts qui sont faits dans ce sens pour rejoindre les éléments d'estampe japonaise qui sont présents dans le découpage comme des illustrations à l'ancienne dans les livres pour enfants, sont un hommage à une référence asiatique d'une très grande finesse. L'intégration de ces moments ou l'on aperçoit le soleil se lever, immobile derrière une branche de cerisier japonais ou encore la brume recouvrant la montagne majestueuse au couché du soleil, apporte une beauté certaine au travail de recherche que représente cette œuvre dessinée. L'animation pure est quant à elle particulièrement soignée et admirable. On ne note aucune tache ni faute de goût au tableau. Les couleurs sont harmonieuses et font paraître les plus vifs rouges avec sobriété.

Le début du film met d'ailleurs parfaitement à l'aise dans cette ambiance mystérieuse et drôle, comme si l'on nous invitait à ne prendre au sérieux que les formes pleines et les traits d'ombres, tandis que les clartés et les mouvements furtifs soulignent la légèreté. On s'amuse alors comme dans toutes les productions du cinéma d'arts martiaux de Hong Kong de la grande époque dont l'inspiration est plus qu'avouée. Combats avec des baguettes, entraînements forcenés et grands passages guignolesques sont presque calqués sur des films de Jackie Chan tels que Les marins des Mers de Chine ou encore La Hyène intrépide. La similitude va même jusqu'à nous offrir les éléments classiques d'un scénario typique de cette période productive du cinéma chinois. Ainsi le Panda n'est autre que l'instrument d'un destin beaucoup trop grand pour sa personne, lui simple serveur fasciné d'arts martiaux jusqu'à la rencontre avec un maître qui changera sa vie. Couplé aux bases d'un scénario occidental, le mélange s'en retrouve un peu appauvri mais sympathique tout de même. La tigresse, la mante religieuse, le serpent, le singe et la grue perdent d'ailleurs de leur pouvoir intrinsèque de grandes figures du kung fu dans cette fresque un peu trop correcte pour développer ses forces.

C'est donc un alliage réussi avec sagesse entre tradition et classicisme bon enfant que nous livrent les studios responsables de Madagascar et Shrek. Dreamworks se paye un exploit fédérateur, les publics de tous bords pouvant y trouver leur compte avec un plaisir certain. Au final, le mix est même trop retenu et quelque peu inégal, penchant un peu trop vers l'occident pour vraiment laisser une place à un chef d'œuvre. On en ressort donc impressionné, un peu ému, bluffé et heureux. Il ne nous manque plus que ce dernier ingrédient secret qui rend la vie si merveilleuse et les nouilles si délicieuses, celui qui ne se découvre qu'après l'initiation et qui reste à développer, en suspens, comme une histoire inachevée... ou achevée sur la mauvaise note, celle de trop... comme un refrain de Kung Fu Fighting.

Partager cet article
A voir

Hancock

A propos de l'auteur

16 commentaires

  • Nicolas

    10/07/2008 à 09h33

    Répondre

    Une démonstration technique pas mal impressionnante, qui commence sur les chapeaux de roue pour malheureusement s'achever dans le conventionnalisme le plus total. Un cran au-dessus de Madagascar, quelques crans en dessous de Shrek, et toujours à des kilomètres d'un bon Pixar.

  • iscarioth

    11/07/2008 à 10h28

    Répondre

    "et toujours à des kilomètres d'un bon Pixar"


    Ah ah, c'est bien ce que je craignais malheureusement.

    Mais qu'importe si au niveau du contenu ils ne sont pas aussi performants que leur concurrent. Ils ont mieux ciblé leur marché potentiel avec leur dernière réalisation (quoi, on parle pas ici d'un "produit" culturel ? ). D'après la presse, le film rapporte une fortune à ses producteurs grâce au succès qu'il rencontre en Chine, où les détracteurs nationalistes et protectionnistes n'ont pas réussi à empêcher le succès de Kung Fu Panda...

  • Anonyme

    11/07/2008 à 13h12

    Répondre

    Kung Fu Panda est un film délirant, humouristique et parfois incroyable. Les personnages sont bien choisis et l'histoire est réfléchie et originale. Un film à voir absolument. Seul petit défaut : le film est trop court.

  • Anonyme

    11/07/2008 à 20h53

    Répondre

    Argh !


    Désolé, mais il faut que je le dise : on n'écrit pas "feignant" mais "fainéant" !!

  • riffhifi

    12/07/2008 à 00h05

    Répondre

    "feignant", également écrit "faignant", est un terme familier qui signifie... "fainéant"

  • Anonyme

    12/07/2008 à 20h58

    Répondre

    On dit un feignant, et une feignasse !


    eh oui, c'est plus poétique comme ça. Les rois fainéants c'était y a longtemps.


     

  • Anonyme

    15/07/2008 à 11h52

    Répondre

    Critique hautement intéressante.



    Les
    mots valsent tels des cygnes viscéralement amoureux  sur un lac au
    miroitement sibyllin sous l'ardent et doux éclat de la nouvelle lune.



    J'aurais écrit ça si j'avais trouvé cette critique de bonne qualité. Hélas, mille fois hélas, c'est loin d'être le cas.



    Tout
    d'abord sur la forme, le manque de culture générale fait du tort à la
    critique. J'expliquerai plus loin en quoi. Sur le fond, c'est le manque
    de culture du dessin animé qui pose problème. On a un peu l'impression
    d'avoir fait regarder le film à un enfant de huit ans qui n'a jamais
    été au cinéma.



    Un peu de culture aurait
    permis de râler, une fois de plus, sur un problème récurrent du cinéma
    d'animation américain à savoir le mélange raté des cultures/des genres.
    Notamment avec le coup des lamens. Toute personne ayant un peu de
    culture "pop" sait que "lamen" a pour translittération correcte
    "ramen". C'est petit, mais toujours intéressant à noter. Moi, quand mes
    enfants iront voir un film d'animation, je voudrais non seulement
    qu'ils s'amusent, mais qu'en plus ils n'apprennent pas des conneries.
    Mais peut-être n'attendez vous pas ça des films pour enfants... ce qui
    évidemment expliquerait beaucoup de choses.



    De
    plus, ma chère saucisse, vous apprendrez que Hong Kong, du temps du
    "cinéma d'arts martiaux de Hong Kong de la grande époque", n'était pas
    en Chine, et que donc on parle du cinéma Hong-Konguais ou Britannique
    (la première formule est la plus usitée mais les deux sont
    techniquement correctes). Détail selon vous? Dites donc cela aux
    artistes chinois, vous comprendrez que ce n'est pas un détail du tout.



    Au-delà
    de ces petits soucis, on peut lire, par exemple: "Il ne nous manque
    plus que ce dernier ingrédient secret qui rend la vie si merveilleuse
    et les nouilles si délicieuses, celui qui ne se découvre qu'après
    l'initiation et qui reste à développer, en suspens, comme une histoire
    inachevée... ou achevée sur la mauvaise note, celle de trop... comme un
    refrain de Kung Fu Fighting." Je vous propose de lire cette phrase à
    haute voix. Rien ne vous choque ? Moi, si. Deux choses. La première,
    c'est un beau charabia d'adjectifs qui rend la phrase difficile à
    comprendre (il m'a fallu 3 lectures pour en venir à bout). On dirait
    presque de l'art germanopratin (presque, les germanopratins, eux,
    jouent un peu avec les mots). La seconde, c'est qu'un asthmatique
    aurait fait 4 ou 5 crises entre la majuscule et le point.



    Bref,
    long à lire et la surabondance d'adjectifs casse tout le rythme que
    l'auteur aurait pu vouloir y mettre. Mais passons, nous sommes capables
    de surmonter la médiocrité pour lire cette enfilade de mots.



    Ô
    tristesse, Ô désespoir. Moi qui pensais lire une critique pop, je lis
    une critique qui fait le bruit d'un pétard mouillé. Petit le pétard.



    Ma chère saucisse, où étiez vous ces dix dernières années?  



    A
    vous lire, l'animation mondiale s'est arrêté à Toy Story. Bien entendu
    je lis entre vos lignes. Devant tant d'admiration face à leur travail "
    Celle-ci [l'animation] est très recherchée et fait preuve techniquement
    d'une exactitude assez imparable.". Bien. De nos jours, quand on voit
    les derniers Dreamworks ou Disney, il est relativement évidemment que
    les studios d'animations sont tous très bons et que la qualité est
    généralement, à un petit chouïa près, équivalente. Mais là, l'animation
    est très recherchée (l'avait-il perdue ?) et en plus elle fait preuve
    d'une exactitude (assez) imparable. Et paf, c'est moi qui suis bluffé.
    J'étais sûr, pour ma part, que l'animation faisait preuve techniquement
    d'une exactitude plus ou moins contestable.



    Non,
    je rigole, à moi aussi on m'a appris que "exact" peut être remplacé par
    "conforme". Conforme aux règles établies me dit mon dictionnaire. Donc
    notre chère saucisse pense que l'animation est normalisée par des
    règles strictes qui doivent être respectées. Et moi qui avais l'audace
    de penser que l'animation était un art. Merci chère saucisse de
    l'amener au rang de science!


    De plus, vous en conviendrez un décor ne fait pas tout, surtout quand on a ENCORE une histoire bateau de
    parcours initiatique comme dans la plupart des dessins animés de nos
    jours...



    Je préfère
    m'arrêter là, ce serait dommage de tout pointer du doigt, et le temps
    me manque. Mais ce film d'animation, bien que de qualité, est loin
    d'être un chef-d'œuvre. Et pour te devancer chère saucisse, non il ne
    lui manque pas un petit quelque chose, mais il lui manque une grosse
    dose d'originalité.



    Bref, je ne vous
    remercie pas pour une critique si inutile. A moins que je n'ai été
    téléporté dans un monde où tout est bonté, il serait bon que vous
    arrêtiez d'utiliser que des adjectifs bénéfiques comme vous le faites.

  • Wax

    15/07/2008 à 12h01

    Répondre

    prout!

  • knackimax

    15/07/2008 à 12h43

    Répondre

    Bonjour Pseudo,


    Tu ecris très bien et très longement. Je prends note de toutes tes remarques meme si il y en a certaines ou je trouve que tu t'enflammes.


    Mais grosso modo, oui j'ai regardé ce film avec des yeux très innocents donc j'assumes mon texte.


    Si tu désires faire une critque plus pertinente du film ne te gènes pas car nous avons une section critique des internautes sur le forum. On la disequeras bien evidemment avant de la publier avec ton accord si tu en es content.


    Maintenant je ne pense pas que ta critique de Knackimax interesse beaucoup les gens a part moi mais promis je prends en compte ta pertinence et ta bontée explicative. 


    Pour les dix dernières années va donc savoir ou elles sont passées... et toi ou étais tu pour savoir tant de choses?


    Donnes de tes nouvelles s'il te plait. Apprends nous ce que tu sait et que nous ne savons pas, et surtout continue a critiquer mais fait nous plutot une critique de film complète et articulée...


    A bientot l'ami 


    Bonne vie 


     

  • Umbriel

    17/07/2008 à 10h31

    Répondre

    Un bon film. j'avoue avoir été un peu déçu... Les critiques laissaient penser à un chef d'oeuvre mais j'avoue qu'à part 2 3 passages franchement très bons, le reste est très conventionnel, moyen et pas original.

    Quand au débat sur l'animation, bah j'ai trouvé ça très très bien, mais bon, ça ne m'a fait semblé mieux ou pire qu'un Shrek ou autre ^^

  • Luz

    18/07/2008 à 12h14

    Répondre

    Alors, alors, c'est un film d'animation très agréable.

    Esthétiquement il est vraiment très beau, j'ai beaucoup plus accroché qu'avec les dessins de Madagascar, que je trouvais assez.. hm..peu à mon goût. Il est assez drôle, sans être trop non plus dans les blagues lourdes.


     

  • riffhifi

    18/07/2008 à 12h43

    Répondre

    J'ai trouvé ça gentil et rigolo. Les voix de Jack Black et Dustin Hoffman sont des atouts, les autres sont des gadgets (sauf peut-être Michael Clarke Duncan, qui en jette un max). Mais c'est un film qui va probablement s'effacer des mémoires avec une rapidité déconcertante.

  • Anonyme

    03/08/2008 à 19h19

    Répondre

    J'ai adoré ^^


    Dommage que le film passe si vite... enfin, cela reste très sympa

  • KaSuGayZ

    08/08/2008 à 13h55

    Répondre

    Comment il a bashé saucisse l'anonyme là au-dessus je kiffe. Je suis plutôt d'accord, par contre il a aucun style,il y avait largement de quoi le contre-baffer eaf' saucisse. (du moins autrement qu'avec un minable : "si t'es pas content, fais le toi-même).

  • math78

    26/01/2009 à 13h05

    Répondre

    Sympa quand même, faut pas lui jeter la pierre.


    Et je rappelle à ceux qui ont la critique facile : il s'agit d'un film d'animation pour enfants. Il est adapté aux adultes certes, mais sa cible c'est bien les gosse 


    Et cela, c'est moi qui le dit : un adulte de 32 ans.


    Parce que mes deux monstres, 4 et 2 ans, eux se font de la "bagarre de kung fu" en veux-tu en voilà.


    Ils en redemandent (pas loin de 8 visionnages en 1 semaine !)


     


    Donc :


    - si tu es célibataire, sans humour et préférant les films d'auteurs, passe ton chemin.


    - si tu es père/mère de jeunes enfants (garçons de préférence) et que tu veux passer un bon moment avec tes gosses morts de rire, ce film est fait pour toi. 

  • Anonyme

    22/02/2009 à 14h03

    Répondre

    ? love panda ? love

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein cinéma, c'est l'actualité et les critiques de films qui sortent au cinéma, en dvd et en bluray .

Des grands classiques aux films d'actions hollywoodiens. Pas de tabous chez Krinein cinéma, hormis, peut-être, les films français qui sont trop souvent oubliés.

Rubriques