6.5/10

Kung Fu Panda 2 - Avait-il assez faim ?

Po le panda parvient toujours à faire rire et à passionner petits et grands malgré quelques faiblesses comme la prévisibilité ou le manque occasionnel de souffle épique. Une saga qui devrait donc satisfaire suffisamment pour donner envie de connaître la suite des aventures du plus rebondi des héros.

Que les amateurs de Dreamworks et d'arts martiaux se réjouissent, Po le Panda est de retour dans une fresque toujours aussi fringante ! Il est prêt à « mettre les bouchées doubles ». Voilà le genre de phrase que l'on peut lire ou entendre lorsqu'on évoque Kung Fu Panda 2. Après la saga Shrek, c'est au tour d'un autre héros enrobé d'avoir une suite. Si techniquement, le savoir-faire des studios ne semble pas avoir de souci à se faire, il faut bien entendu que le fond soutienne la forme. C'est pourquoi Krinein se met en route vers le pays du soleil levant afin de découvrir les derniers exploits du plus rebondi des héros de Kung Fu (après Sammo Hung).


Chow-chow devant !
Tout commence par une introduction qui met en valeur le nouveau méchant, à savoir Shen le paon. Avide de vengeance, il décide de créer une arme puissante capable de terrasser le Kung Fu. C'est pour Po, et les cinq cyclones doivent combattre le vilain. Cependant, en chemin, le panda devra trouver la paix intérieure tout en découvrant son terrible passé. Si le pitch est simple, il reste un bon prétexte pour des combats toujours aussi déjantés. Celui face au chef des loups sur le pousse-pousse est un exemple d'excentricité martiale du film. La découverte du passé de Po est prévisible à tout point de vue mais parvient à faire naître une petite larme dans les yeux du spectateur (qui peut résister à un bébé panda ?).


Gran Master Po and the Furious Five !
Cependant, le caractère prévisible et de temps à autres peu inspiré vient parfois plomber un peu le souffle humoristico-épique de ce film. Ainsi, nos personnages se perdent dans quelques séquences faiblardes comme la mise au point d'un plan, ou une blague redondante et prévue sur l'appétit du panda. De même, les mimiques de Po sont marrantes mais parfois mal placées, comme lors de la charge finale où il regarde de chaque côté un peu bêtement. Cela contraste nettement avec l'intensité dramatique des flashbacks, qui sont l'occasion de souligner le talent graphique et le travail des coloristes qui ont su donner de la force à ces séquences.


Joue donc pour nous vieil homme !
Ainsi, techniquement, le résultat est toujours aussi impeccable. Les effets visuels sont bien faits et les chorégraphies martiales bien pensées. Les pirouettes de maître Bœuf (en fait c'est plutôt un buffle) ou les jeux de plumes de Shen sont un bon exemple d'hommage aux films d'arts martiaux, tout en tenant compte des caractéristiques animales des protagonistes. C'est pourquoi il est parfois regrettable de ne pas avoir davantage de séquences de combat ou bien d'avoir pour certains combats, trop de plans rapprochés. Ces plans ne permettent pas d'apprécier véritablement les mouvements de nos héros.

Néanmoins, il ne faut pas bouder son plaisir puisque Kung Fu Panda 2 assure le spectacle. Les plus jeunes seront ravis tandis que les adultes passeront un bon moment. Le premier opus était davantage un hommage aux films de combat mais le second opus est tout de même assez appréciable pour avoir envie de découvrir la suite.


Un héros rebondi qui... rebondit !

A propos de l'auteur

3 commentaires

  • zoey-oh-yeah

    30/06/2011 à 23h10

    Répondre

    J'ai été très agréablement surprise par ce deuxième opus de Kung Fu Panda, certes, beaucoup de passages qui pourraient être vraiment gnangnan mais heureusement, le personnage de Po caractérisé par sa finesse naturelle vient casser ces scènes-clichés. J'ai moins ri que pour le premier, mais on rit encore avec celui-ci.
    J'ai vu ce film en 3D, difficile maintenant d'y échapper à Paris, personnellement, je m'en passerais bien, mes yeux aussi. Bref, une chose intéressante que l'ami qui m'a accompagné a souligné: c'est la première fois (pensons-nous) qu'un film utilise la 2D pour signifier le flash-back, donc le temps passé. Les passages qui pourraient être en noir & blanc en sépia ou autre modification esthétique nous projetant dans le passé connaissent carrément ici un traitement de l'image différent: c'est du dessin, de la 2D, bref, un style qui semble maintenant être considéré comme appartenant à un ancien temps! Intéressant puisque le cinéma évolue aujourd'hui vers la 3D et que cela ne doit pas juste être subi (apprécié ou non) mais aussi pensé. Assez inquiétant aussi si le dessin animé pur venait à être considéré comme "passé" alors que, selon moi, c'est un art merveilleux...http://cinema.krinein.com/kung-fu-p ... 16471.html

  • nazonfly

    30/06/2011 à 23h20

    Répondre

    Bah il y aura toujours de vieux dessins animés, tout comme la mode du trucage numérique n'a pas effacé les effets spéciaux à la main (cf Gondry). Mais de la 2D pour signifier le passé, c'est un choix intéressant (surtout ce que ça veut dire sur certaines personnes qui utilisent la 3D !).

  • Canette Ultra

    01/07/2011 à 07h47

    Répondre

    Pour le contraste 3D/2D c'est amusant.

    Dans Kill Bill, l'enfance du personnage de Lucie Liu est raconté sous forme de dessin animé par exemple, le contraste était présent.

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein cinéma, c'est l'actualité et les critiques de films qui sortent au cinéma, en dvd et en bluray .

Des grands classiques aux films d'actions hollywoodiens. Pas de tabous chez Krinein cinéma, hormis, peut-être, les films français qui sont trop souvent oubliés.

Rubriques