9/10

Kid (Le)

Nous sommes en 1919. Chaplin vient de perdre son premier enfant. Son mariage bat de l'aile. Le plus célèbre des cinéastes américains est en panne d'inspiration. C'est dans un des nombreux cabarets de Los Angeles que ses yeux vont lui donner d'admirer un petit phénomène, haut comme trois pommes : Jackie Coogan, effectuant aux côtés de son père un somptueux numéro de danse. L'idée de faire un long métrage, muet bien entendu, sur la famille est née. Chaplin voit en lui son Kid.

Charlot, modeste vitrier de son état, décide de recueillir et d'élever seul un enfant abandonné par sa mère, une pauvre femme anéantie par le chagrin et le repentir.

Un film avec un sourire, et peut-être aussi une larme : tels sont les premiers mots de The Kid, le premier vrai long métrage de Chaplin. Un long métrage à la fois émouvant, sincère, tantôt triste, tantôt réjouissant. Chaplin interprète Charlot, le plus célèbre de tous les vagabonds. Un homme simple, honnête, un gentleman comme diraient certains, mais tellement pauvre, qui finit par prendre sous son aile un nouveau-né, fraîchement abandonné par sa génitrice, abattue par sa triste vie. The Kid est une histoire élémentaire qui traite de l'amour dont peut faire preuve un père pour son fils quelle que soit sa situation, de l'amour maternel aussi. Le thème cher à Chaplin, celui du combat à l'issue incertaine d'un homme seul face à une société arrogante et injuste, est également repris en profondeur.

Charlot est un pantin articulé, qui saurait faire rire aux larmes même les plus endurcis. Mais dans The Kid, il prend une ampleur que l'on ne lui connaissait pas : il émeut et son aventure de père improvisé luttant désespérément pour offrir la meilleure vie à son fils saurait attendrir même les plus endurcis. Chaplin est aussi bon tragédien que comédien (Theatre Magazine, 1920).

Les décors créés pour ce film sont la réplique exacte des quartiers de Londres dans lesquels Chaplin a grandi. La chambre de Charlot est celle dans laquelle son auteur a vécu. Et il n'y a qu'un pas à faire pour identifier la mère de l'enfant à la mère de Chaplin. Ce film tenait clairement à coeur à ce dernier, qui n'hésita pas à écrire seul son scénario, à le réaliser, à le produire et à en écrire toutes les musiques. Il prendra l'habitude d'endosser tous ces rôles à la fois par la suite.

La sortie de The Kid fut un triomphe retentissant pour son auteur, qui fut en mesure d'ouvrir peu après sa propre société de production : Les Artistes Associés. Jackie Coogan, l'enfant-star, n'aura pas la carrière tant attendue puisqu'il multipliera les échecs cinématographiques cuisants avant, finalement, de trouver une place dans La Famille Addams.

"Je le dis en mon âme et conscience : Le Kid est resté aussi jeune, aussi frais, aussi drôle, aussi poétique, aussi attendrissant et émouvant qu'autrefois" (Le Canard Enchaîné, 1973).

A découvrir

Jour de fête

Partager cet article
A voir

Mon oncle

A propos de l'auteur

1 commentaires

  • Anonyme

    08/12/2009 à 22h12

    Répondre

    Quelle merveille!

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein cinéma, c'est l'actualité et les critiques de films qui sortent au cinéma, en dvd et en bluray .

Des grands classiques aux films d'actions hollywoodiens. Pas de tabous chez Krinein cinéma, hormis, peut-être, les films français qui sont trop souvent oubliés.

Rubriques