9/10

Kick-Ass

Et si, demain, vous mettiez une cagoule pour aller dérouiller des durs-à-cuire comme dans les films ? Selon toute vraisemblance, vous vous feriez démonter la tête. C'est précisément ce qui arrive à Dave Lizewski. Mais lui, il y retourne.

En 1998, Nicolas Cage était sur le point d'incarner Superman dans une version réalisée par Tim Burton ; le projet tomba à l'eau, et l'acteur se consola quelques années plus tard en visitant le genre super-héroïque avec le très mauvais Ghost Rider. Depuis son Layer Cake en 2004, le réalisateur Matthew Vaughn a failli réaliser Thor, X-men 3 et (lui aussi) un Superman ; en fait de quoi, il n'a tourné que la fadasse fantaisie Stardust en 2007. Quant à Mark Millar, auteur de comic books particulièrement coté, il s'échine à monter sa propre version ciné de Superman (décidément) et a vu son Wanted complètement dénaturé par Hollywood. De cette triple frustration (et d'une conjonction d'autres paramètres qu'il serait trop long de détailler) naît Kick-Ass : d'abord sous forme d'une bande dessinée dessinée par John Romita Jr. et publiée par Icon (filiale de Marvel) à partir de février 2008, puis très rapidement sous la forme plus médiatisée d'un film qui nous arrive aujourd'hui
"Who am I ? I'm not Spider-man."
dans le pif. Produit de manière indépendante par la société britannique Marv Films (héhé) de Vaughn, Kick-Ass ne s'embarrasse pas des diktats de studios américains, et se contrefout de ne pas être calibré pour un public familial...

Dave Lizewski (Aaron Johnson) a 18 ans et une vie normale. Fan de comics, il décide un jour d'endosser une tenue moulante et d'aller faire régner l'ordre dans la rue. Il réalise bien vite que l'habit ne fait pas le moine, et que son nom de super-héros (Kick-Ass, littéralement "botte-cul") a une fâcheuse tendance à se retourner contre lui... Pendant ce temps, Big Daddy (Nicolas Cage) et sa fille de 11 ans Hit-Girl (Chloe Moretz) forment un duo à la Batman & Robin, lancé aux trousses du caïd Frank d'Amico (Mark Strong, qui aligne consciencieusement les rôles de méchant : Sherlock Holmes l'an dernier, Green Lantern l'an prochain)...

Le genre "super-héroïque", qui constitue le nerf des comic books américains depuis plus de 70 ans, s'est progressivement fait une place de choix sur les écrans, avec une production actuelle qui compte chaque année une demi-douzaine de grosses sorties sur le sujet. Il était inévitable de passer par le stade de la parodie (Mystery Men, Super-héros movie), puis par celui de la distanciation : introduire l'élément surnaturel dans un drame centré sur un individu (Incassable), pousser le principe du super-héros dans ses derniers retranchements (Watchmen), en faire une épave alcoolique et blasée (Hancock)... et imaginer ce qui se passerait si un simple schnock décidait de devenir justicier
du jour au lendemain. Une idée qui est décidément dans l'air du temps, puisque Kick-Ass a été tourné en même temps que Defendor avec Woody Harrelson, sur un sujet sensiblement similaire (sortie le mois prochain, directement en DVD malheureusement). Dans le film de Matthew Vaughn, la balance entre réalisme et délire, entre violence et exaltation, permet de vivre l'empathie au point de partager la douleur et la jouissance, l'épouvante et la satisfaction. Après un prologue pastichant directement le Spider-man de 2002, émaillé de clins d'œil aux autres classiques du genre (la musique est un medley des grands thèmes classiques, à peine déguisés), Kick-Ass se construit sa propre identité, sans oublier de citer continuellement d'autres films (guettez les références, certaines sont assez pointues). Le héros est un geek, le film est conçu pour toucher ses congénères (mais nul doute que les autres se sentiront happés eux aussi).

La violence déployée à l'écran, si elle a suscité sa dose de controverse (avant même la sortie, comme souvent), s'avère aussi instinctive et chargée de sens que celle d'un Fight Club ou d'un Bronson : le héros ne se soucie pas de se faire défoncer la gueule, pourvu qu'il parvienne à refuser la passivité. A ce titre, l'histoire est moins une incitation à l'auto-défense (honnêtement, l'exemple de Dave ne donne pas envie) qu'une exhortation à se mettre en danger (au sens figuré), à aller au bout de ses envies. Mais rien n'oblige à s'arrêter à cette simple lecture, d'autant que le personnage de Hit Girl, entraînée par son père à devenir une machine à tuer, fait singulièrement froid dans le dos. Leur tandem évoque
directement celui que forme Batman avec sa Robin féminine dans le fameux Dark Knight Returns de Frank Miller, dont l'esprit n'a sans doute jamais été aussi bien retranscrit à l'écran : si ces personnages existaient, ils seraient probablement... de véritables bouchers ! Cerise sur le gâteau : Nicolas Cage est excellent, alternant les scènes de gravité avec d'impayables imitations d'Adam West. Bien que son rôle reste secondaire, il donne le ton de l'ensemble du film : tour à tour drôle, dynamique (les scènes d'action envoient de la grosse terrine), émouvant, déconcertant... Une grande réussite, un spectacle viscéral et un formidable exutoire. Déjà culte.


PS : A en juger par la bande-annonce française, le doublage est à fuir comme la peste. Vous aurez été prévenus.


A découvrir

Halloween II - 2009

Partager cet article
A voir

Remember Me

A propos de l'auteur

18 commentaires

  • Canette Ultra

    02/04/2010 à 09h57

    Répondre

    Le comics m'a beaucoup plu donc le film, ça devrait le faire

  • athanagor

    02/04/2010 à 13h22

    Répondre

    J'ignorais que les scènes d'actions puissent envoyer de la terrine...

  • riffhifi

    02/04/2010 à 13h51

    Répondre

    De la grosse ! Avec l'assiette et le couteau à tartiner !

  • Sylvain

    03/04/2010 à 23h15

    Répondre

    Avant d'aller le voir, j'ai besoin de savoir si Cage a une moumoutte.

  • riffhifi

    03/04/2010 à 23h55

    Répondre

    Mieux : une cagoule !

  • Sylvain

    04/04/2010 à 00h01

    Répondre

    Dans ce cas, je vais peut etre me deplacer.

  • sven

    04/04/2010 à 21h02

    Répondre

    La BD est bien sympatoche en tout cas!

  • sven

    18/04/2010 à 16h21

    Répondre

    Par contre, c'est pas sympa de faire des critiques 1 mois avant la sortie du film, j'en peux plus d'attendre, moi!

  • sven

    30/04/2010 à 22h07

    Répondre

    Toujours pas de réaction? Personne ne l'a vu? Oo


    Excellent film, très bonne critique!

    Et excellente BO!

  • weirdkorn

    30/04/2010 à 23h38

    Répondre

    Here's a movie that kick some ass !!!


    Ah, les films non formatés, c'est toujours mieux...

  • Canette Ultra

    02/05/2010 à 14h25

    Répondre

    Je confirme, je film est dément. J'ai beaucoup apprécié !

  • Lestat

    02/05/2010 à 19h10

    Répondre

    Sympa sans plus. Le réalisateur se met en 4 pour ne surtout pas faire un film de superheros pour au final...faire un film de superhéros. Effectivement les personnages sont attachants, le côté complètement décomplexé de la violence contribue à construire une ambiance bien bizarre, y'a un côté Charles Bronson qui fait plaisir, mais j'ai pas trop compris ce que le film racontait au bout du compte.


    Dans le genre "geek qui parle en voix off", j'ai largement préféré Zombieland.

  • el viking

    03/05/2010 à 16h10

    Répondre

    même constat que Lestat. Le film est excellent, c'est juste dommage qu'on ai tant insisté sur l'aspect non hollywoodien et décalé, avec un anti-superhéro extrême puisqu'au final il ne diffère pas vraiment des autres films de super-héros...


     En revanche, la VF est à chier...

  • sven

    05/05/2010 à 11h31

    Répondre

    Personne ne parle de la BO? Si je devais faire un film, je composerais cette BO! (sauf le thème par Mika, ça fait tache!)

  • Lestat

    05/05/2010 à 12h04

    Répondre

    (j'en ai pas parlé parce que j'ai l'ai trouvée sincèrement toute pourrie )

  • nazonfly

    12/08/2011 à 09h41

    Répondre

    Tiens les geeks sont vraiment tendance, maintenant ils font les super-héros. Un début un peu mollasson mais un ensemble bien sympathique. Quelques bons moments de baston assez étonnants grâce aux personnages, notamment la fameuse Hit Girl.http://cinema.krinein.com/kick-ass-17937/critique-9815.html

  • Choucroot

    25/10/2011 à 19h17

    Répondre

    Dommage que le scénario diffère de la BD en ce qui concerne les "révélations", qui font à mon sens tout l’intérêt de l'histoire. Autant dire que là, c'est pétard mouillé...

  • riffhifi

    25/10/2011 à 19h30

    Répondre

    La BD est plus cynique, mais je préfère quand même le film !

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein cinéma, c'est l'actualité et les critiques de films qui sortent au cinéma, en dvd et en bluray .

Des grands classiques aux films d'actions hollywoodiens. Pas de tabous chez Krinein cinéma, hormis, peut-être, les films français qui sont trop souvent oubliés.

Rubriques