5.5/10

Joyeuses funérailles

Qui a dit que les funérailles devaient être calmes et tristes ? Famille d'un côté, amis de l'autre, problèmes en commun. Alors que Daniel, le rejeton, doit composer avec l'enterrement de son père, l'achat d'une maison, et le retour de son frère prodige Robert, Martha ramène son fiancé accidentellement sous hallucinogène, l'oncle Alfie râle à s'en gripper la chaise roulante, tandis que le mystérieux Peter se présente comme l'amant du moribond...


Les affiches n'hésitent pas à le bombarder comme une alternative de qualité à 4 Mariages et un Enterrement, grande référence de l'humour british, Joyeuses Funérailles n'en est pourtant qu'un pâle représentant comptant sur son humour un poil macabre pour dérider l'assistance. Et pour amener la chose de manière la plus efficace possible, rien de tel qu'une bonne petite fiole de pilules roses, sorte d'ecstasy puissance deux qui servira presque de fil conducteur au film (le contexte étant un enterrement, on ne peut pas dire non plus qu'il y ait un scénario complet). Dans le malentendu le plus total, l'un des convives avale une de ses petites pilules et commencent à faire le foufou (Alan Tudyk, à la pointe de l'inspiration), semant chaos et incompréhension, tandis qu'une « personne de petite taille » rackette la famille en présentant des photos honteuses du défunt. Cadavres qui roulent, gens à poil, et « caca rigolo » s'enchaînent, sans grande nouveauté, dans une série de quiproquos sans grand rythme ni hausse de tension. Pourtant soutenu par une ribambelle de personnages hauts en couleur, le film en évince la plupart au profit d'autres pourtant moins importants (Alan Tudyk, encore), fusillant les dénués de charisme ou de caractère (le personnage principal est d'une fadeur incroyable). Et pour ne rien relever, tout s'achève dans le cucul de base, dénouement que l'on espérait point mais que l'on envisageait tout autant.

Une comédie british un peu noire, un peu lente, et un peu drôle. Rien de franchement génial, si ce n'est la composition d'Alan Tudyk (toujours), très à l'aise quand il s'agit de faire un peu n'importe quoi.

A découvrir

face cachée (La)

Partager cet article

A propos de l'auteur

0 commentaires

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein cinéma, c'est l'actualité et les critiques de films qui sortent au cinéma, en dvd et en bluray .

Des grands classiques aux films d'actions hollywoodiens. Pas de tabous chez Krinein cinéma, hormis, peut-être, les films français qui sont trop souvent oubliés.

Rubriques