7.5/10

jour d'après (Le)

Catastrophe évitée

Roland Emmerich est un roi du démolissage en règle de New York et du blockbuster limite nanar (Independence Day, Godzilla) qui ne fait qu'en mettre plein les yeux. Vous avez peur ? Je vous comprends. Mais cette fois, le réalisateur allemand choisit la destruction sous une forme qui est peut-être la plus terrifiante, à savoir la nature elle-même. Il nous livre avec Le jour d'après (The Day after Tomorrow en VO) un film catastrophe basé uniquement sur les phénomènes naturels. Et comble du bonheur, il a réussi à se détacher de ses petite manies patriotiques que l'on a en horreur (mais pas trop non plus, faut pas déconner).

Jack Hall (Dennis Quaid) est un brillant paléoclimatologue toujours plongé dans ses recherches et rarement présent auprès de son fils Sam. Lors d'un congrès, il énonce la théorie qu'un réchauffement de la planète pourrait entraîner une période glaciaire d'environ 200 ans. Cela fait bien rire le vice-président des Etats-Unis qui n'a que faire des problèmes environnementaux. Bien mal lui en prend parce que la théorie de Jack se réalise et plus vite que prévu. Sam se retrouve alors coincé dans un New York dévasté et son père, spécialiste en expédition Arctique (oui, c'est un surhomme) lui fait la promesse de venir le chercher.

Je vous vois déjà crier d'ici : "Bouh, c'est nul, on connaît déjà la fin". Peut être, mais qu'est-ce que c'est bien amené ! Il n'y a aucun temps mort, pas un moment pour s'ennuyer. Même pendant les scènes de dialogues, la tension de la tempête est telle que l'on reste captivés. Le scénario est certes classique mais totalement efficace, remplissant son rôle de divertissement. En plus, les acteurs sont bons, emmenés par le trio Dennis Quaid, Jake Gyllenhaal et Emmy Rossum (mon dieu, quel sourire). Ils donnent vie à des personnages très attachants comme Sam qui ne remplit pas les critères habituels du héros (un peu comme Spider-man).

On croit à cette histoire dont on retiendra principalement le gigantisme et la réussite des effets spéciaux. On va quand même voir ce genre de film pour ça. Au final, il y en a assez peu par rapport à la bande annonce (ou alors ça passe trop vite) mais qu'est-ce qu'ils sont beaux ! Les tornades de Los Angeles ou l'inondation de New York sont plus qu'impressionnantes. Emmerich est un maître en la matière et nous le montre encore une fois. On est tenus en haleine par cette tempête et toutes ces catastrophes pouvant surgir à tout moment. Résultat : on arrive à avoir froid et je ne crois pas qu'une seule personne dans la salle soit restée en T-shirt.

Maintenant je sens que vous allez me dire: "mais scientifiquement c'est nul, c'est impossible". Et bien non. La théorie développée par le film se tient et pourrait se révéler plausible. Evidemment, c'est un peu exagéré, les scénaristes ont été inventifs en créant une nouvelle forme de tempête et tout cela paraît bien rapide. Mais il faut bien en rajouter pour faire monter la tension. Même la circulation de le thermohaline a été montrée dans le bon sens. On pourra seulement regretter de n'avoir jamais entendu le vrai nom du courant Nord-Atlantique, à savoir le Gulf Stream.

Roland Emmerich a en plus réussi à se sortir de ses travers habituels, l'américanisme et le patriotisme exacerbés. Il n'y a rien de tel ici. Bien sûr, c'est un film conçu pour le marché américain ce qui fait que l'on ne voit que leur position et ce qui se passe chez eux. Mais est-ce vraiment un reproche ? Au moins, pour une fois, aucune ville européenne n'a été démolie. Il y a toujours l'image du drapeau américain mais cette fois-ci, il ne flotte pas fièrement. C'est même l'inverse, on le voit balayé par le vent et le froid, comme le symbole d'une Amérique impuissante face à ces catastrophes. Il y aura bien une morale mais pas celle dont on a l'habitude. Ici, le message est écologique. Emmerich ose attaquer de front la politique environnementale de Bush et mentionne la non-ratification des accords de Kyoto sur la réduction des effets de serre. Même la religion est très peu abordée avec seulement un petit amen et un autre petit prions. Etonnant. On pourra tout de même critiquer les lycéens de 25 ans (classique à Hollywood) et surtout l'avant-dernier plan du film. Fermez les yeux ou oubliez-le sinon il gâche un peu (je dis bien un peu) l'atmosphère générale du film.

Le jour d'après est un grand divertissement, à la fois palpitant, grandiose et plein de bon sens. On aurait pu souhaiter d'avantage d'effets spéciaux (je suis exigeant et ils sont tellement bien faits) ainsi qu'une histoire un peu moins prévisible. Comme un signe, en sortant du cinéma, quelques gouttes de pluie tombèrent. Je levais alors les yeux vers le ciel grisâtre avec une drôle de sensation en me disant pourvu que ça n'arrive jamais. Pas de doute, le message est passé.

A découvrir

People, Jet Set 2

Partager cet article

A propos de l'auteur

13 commentaires

  • nazonfly

    07/01/2005 à 15h09

    Répondre

    Noël apporte son lot de cadeaux, parfois au détriment psychologique de la cible du cadeau.

    Oui pour Noël on m'a offert le Jour d'Après.... que j'ai regardé deux jours seulement après...

    Que dire de ce film sinon que c'est une daube??

    Dès la scène d'entrée, on se retrouve avec le bon vieux héros raccroché à son mince piolet au dessus du gouffre après avoir fait un saut digne d'un athlète de haut niveau (et les bras remplis de carottes de prélèvement excusez du peu).
    Puis innocemment un gros plan sur un drapeau... une bannière étoilée oui vous l'aurez compris.

    Le pauvre scientifique sûr du réchauffement climatique ne sera pas écouté par le gouvernement. Et les Etats Unis auront à se battre contre les rigueurs de la tempête qui évidemment ne sévira que sur les Etats Unis, l'Europe et la Russie. Heureusement le reste du monde n'a pas à craindre de bouleversements.

    Il faut de l'action, de l'action et forcément le climat va changer du jour au lendemain sans crier gare. Attention au froid aux pieds.

    Passons sur les scènes complètement incohérentes : le jeune héros qui se réfugie dans une bibliothèque par hasard (mais c'est tellement plus pratique de brûler des livres pour se réchauffer, tout en évitant soigneusement de brûler des tables), le jeune héros mains nues dans le froid normalement glacial, le froid qui progresse comme une blanche pourriture accélérée.

    weirdkorn nous parle d'effets spéciaux extraordinaires? Sûrement pour la majeure partie du film, mais que dire des abominables (et encore le mot est faible) loups... Ils ressemblent à peu près autant à un loup que je suis le sosie d'une gazelle...

    Durant le film, j'ai tantôt oscillé entre triste désespoir devant un budget si vastement gaspillé, moquerie devant tant de bêtises avancées et tant de lieux communs éculés et, parfois, d'ébahissements devant la beauté des paysages.

    Evitez ce film!!

  • kou4k

    12/01/2005 à 22h41

    Répondre

    moi j'ai plutot apprécié...
    c'est rare qu'un film catastrophe ne me saoule pas alors soyons indulgents ^^.
    il est vrai que c'est SUPER-MEGA-PAS-ORIGINAL comme scenar et que les loups sont immondes(quand meme c'est minable les images de syntheses).
    mais il se laisse regarder quand meme...en fait, uniquement grace aux effets spéciaux et a la bande son...et qui n'a jamais eu envie de voir la fin du monde sans vraiment que ça se produise?

    ps: putain balèze la statue de la liberté qui encaisse 10000000000000 de tonnes de litres d'eau sans broncher!!!...ces américains...

  • Garf

    13/01/2005 à 10h52

    Répondre

    j'ai reçu un jour d'après dans la gueule à noël!
    c'est grotesque et bouffie de prétention mais bon...si ta petit soeur t'as saoulé avec la BO de Dawson tte la journée ou que t'es de mauvais poil parceque ta mère a oublié d'acheter du pain ça passe bien! Les américains sont plutôt bons pour ça d'ailleurs!!!

  • Choucroot

    13/01/2005 à 14h28

    Répondre

    J' adore les films catastrophes.
    Je m' en suis rendu compte en repensant au pied que m' a procuré ce film.
    C' est niais, un néant scénaristique, pas crédible pour un sous, pas si bien fait que ca ( new york fait vraiment scène de synthese dans un gros jeux video), des dialogues nullissimes, un happy end alors que la moitier de la planete y passe, présisible... Et tellement drôle
    Une horreur, mais j' adore
    Roland Emerich 4 EVER
    ( qui est Allemand d' ailleur)
    (( a moin qu' il ai été naturalisé amerloque))

    (bon mais quand même voir ce qui arrive a Los Angeles, c' est tres impressionnant )

  • Bzhnono

    13/01/2005 à 23h10

    Répondre

    Aaaahhhhhhhh! les films de Roland Emerich.

    - Des scènes d'actions dantesques (Universal Soldier avec ce bon vieu Jean Claude Van Damme).

    - Des scénarii hyper crédible souvent dramatiques (Independance Day)

    - Des acteurs à la limite de l'oscarisation et de l'actor's studio (Godzillla)

    - Des scènes de drapeaux trop fortes filmées caméra à l'épaule (Euh...tous ses films en fait).



    En y réflechissant bien y a que Stargate qui ne soit pas encore trop une bouse (mais c'est peut être parce que j'aime bien Kurt Russel ausssi, en fait.)

  • astriddorleac

    19/01/2005 à 16h51

    Répondre

    je n'ai pas super aimé ce film, je l'ai trouvé un peu à l'eau de rose, mais cela dit les images sont belles, on ne peut pas retirer cela a ce film...mais cela ne fait pas tout ... un scenario plus poussé peut etre aurait rattrapé le coup,
    cela dit je me suis endormie, j'ai peut etre raté le meilleur ....

    bon je vais faire la sieste ...

  • Anonyme

    17/02/2005 à 19h32

    Répondre

    Plongeons une fois de plus dans l'il du cyclone (haha, ne vous moquez pas vous auriez pu l'entendre dans le film).
    Bon sang que ce film est un joli cliché, en long, en large et en travers.
    Je vais essayer de ne pas dire la même chose que mes confrères et pour le coup je me dis que jamais tache ne m'a été plus simple vu l'immensité de la catastrophe (haha).
    On attaque par les premières images du film, a savoir un générique gonflé de cinq minutes de survol d'une banquise despérément blanche et plate (vous voyez la métaphore?) accompagné de la même musique que celle qui pourrait accompagner un film de guerre (vietnam, irak, allemagne nazi), un film de science fiction, un film d'amour, un film documentaire, un film avec Tom Hanks dedans...oui je sais, ça fait peur.

    Autre idée originale, le héro est paléo-climatologue, sa femme medecin et leur fils unique surdoué...
    Le héro est dévoué corps et âme a son métier au point de sacrifier sa vie sentimental, normal, c'est pas sous la couette qu'il va sauver le monde. Sa femme est dévoué corps et âme a son métier au point de sacrifier sa vie (tout cours) pour un enfant hospitalisé pour leucémie (j'imagine). Leur fils est dévoué corps et âme a son prochain au point de sacrifier sa vie pour sauver...ah oui vous ne le saviez pas, il amoureux de sa camarade de classe...cette jeune fille d'une mort certaine par infection d'une blessure. Blessure qu'elle s'est faite en voulant sauver corps et âme un sac a main dans une voiture...

    Faut-il vraiment que je continue?
    Le seul intérêt de se film reste les effets spéciaux qui font flipper pour peu que l'on imagine notre désarois face l'immense force de dame nature.

  • RocK_Lee

    17/02/2005 à 23h02

    Répondre

    Je me suis forcé à voir ce film, parce que mon frère l'a eu en cadeau de Noël, alors autant le voir...
    Je n'ai qu'une chose à dire : c'était tellement à chier que j'ai du me lire Survivant de Chuck Palaniuk en même temps pour pas m'endormir.
    Y avait tout ce que je déteste dans ce film (voir les avis des autres forumeurs) ; et maintenant je me demande comment quand j'étais gosse j'ai pu aimer Independance Day.

  • Bzhnono

    18/02/2005 à 19h49

    Répondre

    J'ai une question existencielle qui me vient à l'esprit quand je parle de ce film:

    - Pour quoi y a des loups dans le film (ça n'apporte vraiment rien et en plus c'est pitoyable)? Pour moi c'est inexpliquable, à tel point qu'a chaque fois que je parle Roland Emmerich avec un pote, on part dans un délire incroyable avec les loups.
    - Pourquoi (encore un pourquoi) y a un enfant leucémique dans le film? Nan mais sérieux, il sert à rien. Ou alors c'était peut être pour pouvoir atteindre les deux heures et quelques que dure ce film.

    Franchement...le jour d'après est devenu culte pour moi, c'est tellement plein de clichés.

  • Protos

    18/02/2005 à 20h00

    Répondre

    Je dirais que les loups sont là pour ajouter une touche de suspense, de tension; c'est terrible : et si les jeunes héros se faisaient bouffer impitoyablement par ces loups affamés? Saviez-vous que le loup possède une morsure de pression égale à 150 kg au cm², sans parler de leurs crocs affutés, de leurs odorat (détection à 270 m), de leurs champs de vision (270°) et de leurs ouïe (40 000 Herz). M'est avis que de vrais loups n'auraient laissé aucune chance à ces jeunes insensés.

  • Tasslehoff

    21/02/2005 à 13h45

    Répondre

    Les loups, c'est peu etre aussi pour rappeler que la nature à repris ses droits. Humains, vous m'avez polué, et bien maintenant je vous gele et ceux qui survivent je vous bouffe.

  • Anonyme

    03/05/2005 à 22h47

    Répondre



    Je vous trouve pour la plupart particulièrement sévère en ce qui concerne "Le jour d'après"! Certes le film pourrait se regarder juste pour les effets spéciaux mais quand on a 10 ans, ok?
    Forcément, il n'y ni sang ni armes à feu ni explosion nucléaire, donc forcément ça ne plait pas!
    De mon côté, je trouve ce film très bon! On n'atteind pas non plus le golden globe mais au moins ce film a le mérite de faire passer un message : il faut cesser de jouer avec la nature! Non seulement elle est incommensurablement plus puissante que nous mais aussi dominatrice...
    Au fur et à mesure que l'évolution de l'espèce humaine se fait ressentir, la nature est mise de côté comme si on oublait que c'est grâce à elle que nous en sommes là... Et oui! c'est dur à dire pour certains mais de nos jours l'homme veut remplacer la nature et sans doute a t-il toujours voulu le faire!
    Ainsi, tout au long du film, on peut voir une série d'évènements dramatiques qui pourrait nous arriver demain. Ce ne sera bien sur qu'à ce moment là que nous nous rendrerons compte de l'importance majeure et salvatrice de notre mère la Nature.
    Côté acteur, ils se donnent à fond pour nous faire partager leur peur et leur angoisse.
    Un film bien filmé, aux excellents effets spéciaux, aux bonnes perfomances d'acteurs et qui transmet une admirable leçon d'écologie à savoir " Protégeons la nature avant qu'elle ne perde patience. Il n'est jamais trop tard..."

  • Anonyme

    09/07/2009 à 13h08

    Répondre

    l'un des trois films qui ont éveillés ma conscience

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein cinéma, c'est l'actualité et les critiques de films qui sortent au cinéma, en dvd et en bluray .

Des grands classiques aux films d'actions hollywoodiens. Pas de tabous chez Krinein cinéma, hormis, peut-être, les films français qui sont trop souvent oubliés.

Rubriques