4.5/10

Jean-Philippe

Fabrice (Fabrice Luchini), fan absolu de Johnny Hallyday (Jean-Philippe Smet), se retrouve plongé dans un monde parallèle où son idole n'est qu'un simple anonyme...

Avec Fabrice Luchini et Johnny Hallyday en tête d'affiche, Jean-Philippe est avant tout un film d'acteurs. Une oeuvre où deux stars se font plaisir pendant une heure trente. Le premier, Luchini, convient tout du long avec une vivacité communicative remplie d'amusantes têtes d'ahuri. Le second, Johnny, a parfois du mal à convaincre avec un jeu approximatif. Mais il séduit sur la fin avec un charisme indéniable.

Si l'idée de départ a de quoi faire légèrement sourire, le long métrage dans sa globalité n'obtient pas véritablement de résultat plus probant au niveau de l'humour. Jean-Philippe apparaît comme un film dont les seules prétentions sont de plaire aux fans de la légende du rock français et de divertir les adeptes du style extravagant de Luchini. Pour les réfractaires aux deux, la troisième réalisation au cinéma de Laurent Tuel (Un jeu d'enfants) aura du mal à séduire. Car outre les délires du personnage de Fabrice, le ton cassant de Jean-Philippe Smet et la présence scénique finale du rockeur au Stade de France, le film se perd dans des manques scénaristiques et dans le ridicule des interprétations de certains acteurs. Les quelques quiproquos rigolos entraînés par le passage d'une dimension à une autre ne suffisent pas à combler les mauvaises interprétations des adolescents. La plupart des seconds rôles sont caricaturaux et ont tendance à rappeler des productions américaines pour enfants. Les quelques stars invitées, surtout Benoît Poelvoorde et Jean-Claude Camus, apportent des clins d'oeil bien venus. Les mini-rôles tenus par Laeticia Hallyday, Jackie Berroyer et Barbara Schulz tiennent de la franche anecdote purement amicale.

Lors de la scène du concert au Stade de France, Jean-Philippe dégage une véritable émotion, même pour ceux qui ne sont pas fans du chanteur. Le film montre alors que Johnny Hallyday a été sous-exploité du point de vue des sensations qu'il peut procurer chez les spectateurs. On ressort finalement avec un goût incertain d'autopromo parfois sympa mais inutile.

A découvrir

Firewall

Partager cet article

A propos de l'auteur

1 commentaires

  • Meow

    12/04/2006 à 10h13

    Répondre

    Vincent.L a dit :
    la troisième réalisation au cinéma de Laurent Truel


    Tu es dyslexique ou un grand poète totalement incompris?

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein cinéma, c'est l'actualité et les critiques de films qui sortent au cinéma, en dvd et en bluray .

Des grands classiques aux films d'actions hollywoodiens. Pas de tabous chez Krinein cinéma, hormis, peut-être, les films français qui sont trop souvent oubliés.

Rubriques